Champions League

Ligue des Champions (J5) : Dortmund tenu en échec mais qualifié pour les huitièmes

Dans ce match au sommet du groupe F de la Ligue des Champions 2020/21, le Borussia Dortmund et la Lazio Rome auront offert aux téléspectateurs une deuxième mi-temps de haute volée, sans pour autant se départager. Match nul logique (1-1), mais le club romain aurait presque pu espérer mieux. Les Laziales joueront leur qualification en huitièmes face à Bruges, à domicile, dans une semaine. Pour le Borussia, le contrat est rempli, le club de la Ruhr décrochant une nouvelle fois sa qualification pour le tour suivant.

 

Immobile, homme des grands soirs

Le capocannoniere de la dernière saison de Serie A aura parfaitement répondu présent au sein de ce match crucial. Seul joueur de la Lazio vraiment dans le bon sens en première période, il a démontré toute sa classe et sa hargne pour remettre son équipe sur de bons rails. Bien aidé par son compère Milinkovic-Savic en seconde mi-temps, les deux stars ont réussi à renverser le match. Victime d’une faute du rentrant Nico Schultz, le Serbe offrait une véritable offrande à l’ancien joueur du Torino, du Genoa, ou encore de … Dortmund. Parfaitement tiré, son penalty prenait un Bürki des grands soirs à contre-pied. Mais que ce fut dur pour la Lazio avant cela.

Tout au long de la première mi-temps, le Borussia Dortmund aura dicté le rythme sans déchanter. Avec son armada de jeunes joueurs tous plus talentueux les uns que les autres, les locaux ont démontré que la jeunesse paie aussi parfois. Bellingham (17ans), anglais tout comme Sancho, a longtemps régalé ses partenaires de son touché soyeux, son compère Reyna également. Reina, le vétéran espagnol, a d’ailleurs été bien plus souvent sollicité que le portier suisse par cette jeunesse montante. Il a multiplié les arrêts notamment devant Delaney (2′) et Thorgan Hazard (30′), auteur d’une magnifique frappe tout en puissance. Jouant très haut, le BvB aurait pourtant pu se faire piéger dans son dos. Immobile, intenable, multipliait les bons appels de balle et les contres fulgurants. Pas assez bien entouré par un Joaquin Correa souvent maladroit, ces actions auraient mérité mieux. La frappe du numéro 11 de la Lazio à la 20e minute en est la preuve parfaite. Inconstant, hésitant, il n’aura pas pesé du tout sur cette rencontre.

 

Dortmund, triumvirat d’enfer

Finalement, l’éclair vint de Raphaël Guerreiro en toute fin de première mi-temps. Souvent, le jeu de Dortmund a penché de son côté gauche. Plus percutant que Morey, le jeune espoir espagnol pour qui c’était son premier match en Ligue des Champions, il trouvait souvent de belles combinaisons avec Reus, Hazard et Reyna. Les deux derniers sont d’ailleurs impliqué sur le but marqué par le piston gauche des Schwarz-Gelben. Reina, qui se loupait complètement sur une relance longue distance, envoyait directement le ballon dans les pieds de Hummels. Le ballon était rapidement transmis à Delaney puis à Guerreiro, circulant trop vite pour les hommes d’Inzaghi. Suite à un beau jeu à trois entre Hazard, Reyna et Guerreiro, l’international portugais logeait le ballon sous le corps de Reina, du gauche. Dortmund rentrait aux vestiaires avec un pied et demi en huitièmes de finale.

 

La Lazio sans regrets

En seconde mi-temps, les Laziales sont donc revenus avec de bien meilleures intentions. Bien récompensés par le but sur penalty de Ciro Immobile (voir par ailleurs), ils auraient même pu enfoncer le clou et tout relancer dans ce groupe F, sans un Roman Bürki impérial dans ses cages. Sentant le danger de plus en plus pressant, Favre dut faire des réajustements tactiques. Exit donc Hazard et Reus, qui avaient déjà tout donné. Sancho et Brandt, ayant une vocation légèrement plus défensive, rentraient sur le terrain à leur place. De l’autre côté, les entrants apportaient beaucoup aux Romains, notamment Andreas Pereira. Ce dernier, rentré à la place de Correa, a tout de suite fait oublier l’Argentin.

Dortmund s’est donc accroché jusqu’à la fin à ce précieux point, synonyme de qualification pour les huitièmes de finale de Ligue des Champions. Une seule fois, le club n’avait pas atteint ce stade après les phases de poule (en 2017). Le club de la Ruhr s’est tout de même fait peur, sur des ultimes incursions d’Immobile, toujours lui (87′) et de Pereira (90’+4). Hummels, sorti blessé et non remplacé, aurait pu manquer presque un peu trop aux siens. Solide sur phases arrêtées, l’international allemand aux 70 sélections a su longtemps contenir les assauts adverses, bien épaulé par Manuel Akanji. C’est globalement une équipe de Dortmund solide et appliquée qui a fait face à une équipe de Rome en manque de réalisme, mais très volontaire.

 

Lazio – Bruges : deux clubs, un ticket

Pour Dortmund, l’objectif sera donc de valider cette qualification en gardant la première place du groupe, à la faveur d’un déplacement face au dernier, le Zenith Saint-Pétersbourg. De l’autre côté, la Lazio va recevoir le Club Bruges pour ce qui s’annonce comme un match incontournable. Vainqueurs 3-0 de Russes bien fébriles, les Belges vont sûrement jouer leur va-tout à l’extérieur pour le dernier match. Attention les yeux, cette finale du groupe F risque bien d’être explosive.

 

Il en aurait fallu un tout petit plus, un brin de réussite peut-être, pour faire chuter cette solide équipe de Dortmund. Avec des jeunes à tous les étages, le club de la Ruhr a su globalement maîtriser son sujet, qui s’est surtout réveillé en seconde mi-temps. Une défaite aurait pu accroître la pression sur la Lazio, qui pourra se contenter d’un nul à domicile pour renvoyer Burges en Ligue Europa. Dortmund devra faire au moins aussi bien que son adversaire du soir pour conserver la tête du groupe F. 

 

Crédits photo Une : Twitter @BVB

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
Aenean vulputate, dolor. justo ut adipiscing