On en parle aussi...

Ma bibliothèque footballistique : Mario Balotelli, si différent

Lundi 16 mars 2020, le monde du sport est déjà à l'arrêt, quand le Président de la République annonce que les Français devront rester confinés, et ce, jusqu'à nouvel ordre. Plus de sortie, plus d'événement, plus de sport… Certains ont vu ça comme un coup de massue, d'autres comme une opportunité de faire ou refaire de nouvelles choses. Cuisiner, jardiner, bricoler… Et lire. En bon sportif que je suis, j'ai alors dépoussiéré ma bibliothèque qui regorge d'ouvrages plus intéressants les uns que les autres. Et voici ceux qui m'ont particulièrement marqués, pour différentes raisons. 

Mario Balotelli : Ange et Démon 

Une véritable mine d'or, littéralement ! Au delà du fait que le livre soit très simple et plaisant à lire, assez court également et n'entrant que dans certains détails essentiels, l'intérêt de cet ouvrage réside principalement en fait dans tous les échos, tous plus fous les uns que les autres, de la vie de Super Mario.

Il est possible de classer cela en deux parties : les anecdotes relevant de l'information et de du façonnement de “l'homme” Mario Balotelli, et celles déroutantes liées au comportement, immature et décalé du personnage Balo, du rarement vue pour un sportif de haut niveau.

Il est peu dire que Mario Barwuah (son vrai nom) en a bavé durant son enfance, et continue de devoir prouver, toujours plus que les autres. Né de parents Ghanéens en Sicile, il déménage ensuite avec toute sa famille à Brescia, où faute de moyen, ses parents se voient contraints de l'abandonner. Il sera recueillit par la famille Balotelli, qu'il considère comme sa vraie famille, n'ayant jamais accepté le geste de ses parents biologiques. Né avec une perforation à l'abdomen, moqué par sa couleur de peau… sa jeunesse n'a pas été facile, mais celui qui deviendra super Mario, surnom affectueux donné par l'une de ses nourrices, trouvera refuge dans le foot, et va dès 15 ans devenir professionnel, à Lumezzane, en Série C. Avant ensuite de connaître la carrière qu'on lui connait, l'Inter, Manchester City, Milan, Liverpool, Nice, Marseille et Brescia. Mais partout, il a fallut que l'international Italien, en fasse plus. Partout, il a été chahuté, victime de racisme, de la part même de ses propres supporters, des siens. Un crève cœur, lui ardent et fervent représentant de la lutte contre le racisme. Mais rien n'y fait, Balotelli est pris à parti. Alors l'avant centre se ressource, auprès des siens, et de sa fille, Pia, qui a clairement contribué à faire de Mario un homme, un vrai.

Image : Sofoot

Car il est vrai que ce n'était pas gagné d'avance. Il faut l'avouer, en lisant ce livre, on comprend très vite que l'énergumène est complètement fou. Et quel régal de lire ça ! Entre ses actions complètement insensées et ses décla chocs, il y en a pour tous les goûts. Le choix n'a pas été simple, mais voilà 5 cas qui caractérisent le personnage Balotelli, rien que durant son passage à Manchester City :

  • Seul à 20 ans à peine en Angleterre, l'hygiène de vie de l'ancien Interiste laisse clairement à désirer. Si Roberto Mancini, l'un des seuls coachs qui a réussi à se faire écouter de Mario, “‘n'est pas son père” et laisse donc quelques largesses, sa mère adoptive arrive pour recadrer son fiston chéri. Elle lui impose alors d'aller immédiatement acheter fer à repasser, table et produits d'entretien. Lui revient avec un trampoline, des jeux pour enfants et deux Vespa! Et sans les achats imposés par sa mère. Ahurissant.
  • Toujours lors de sa période citizens, Balotelli a besoin d'un retour au source et décide donc de retourner à Brescia, où il y retrouve Enoch, l'un de ses frères. Les deux insensés ne trouvent rien de mieux que de se rendre dans une prison pour femmes, où ils se feront réprimander. Les deux frères s'y sont rendus pour “voir de leurs propres yeux”.
  • Encore et toujours à Manchester, l'italien organise une fête qui dégénère, tentant tout naturellement de faire exploser des pétards par la fenêtre. Résultat, un incendie et environ 500 000€ de dommage.
  •  Alors qu'il s'ennuyait au centre d'entraînement, Super Mario, c'est le cas de le dire, ne trouve rien de mieux que de tirer sur les jeunes de l'académie passant dans les couloirs, avec des fléchettes. Inconscient.
  • Enfin, cette roulette/frappe sidérante lors d'une tournée aux Etats-Unis avec les skyblues, qui sorti littéralement hors de ses gondes Mancini, pourtant très patient avec son attaquant. Un manque de respect inadmissible pour le club.

Conscient du problème, les dirigeants du Milan AC ont alors imposé une charte de bonne conduite, comprenant notamment une interdiction de sortie en boite de nuit, pas de coupe extravagente, ou encore aucun retard ou affront à l'hygiène de vie.

Voilà le problème avec Balotelli        Image: Maxifoot

Pèle mêle, voici également quelques unes de ses déclarations, là aussi complètement incroyables : “En arrivant en Angleterre, mes parents m'ont dit d'acheter une voiture avec le volant à droite. Qu'est ce que j'ai fait, j'ai gardé ma caisse avec le volant à gauche”. Prêt à tout pour amuser la galerie, et certains que le réal se fera éliminer par Dortmund, il osa même déclarer “Si le Réal refait son retard face à Dortmund et se qualifie pour la finale de la LDC, je laisserai ma petite amie coucher avec toute l'équipe”. Pas avare de blague sur la gente féminine, il s'était même permis “d'inviter” Shakira à la finale de l'Euro 2012, pour qu'elle voit “ce que je vais faire à son compagnon”, Gerard Piqué.  Après avoir gagné le Golden Boy, très jeune, il est questionné sur les précédents lauréats, tels que Rooney, Aguero, Fabregas ou Messi. Réponse cinglante du principal intéressé “Sur tout ceux qui ont déjà reçu ce prix, seul un joueur m'est légèrement meilleur : Lionel Messi. Tous les autres sont derrière moi”. Voilà.

Finalement c'est peut-être cette anecdote de José Mourinho qui caractérise le mieux Balotelli, alors à l'Inter: “Nous n'avions pas d'autre attaquant disponible, il n'y avait que Mario et il avait été averti en première période. J'ai donc passé 14 minutes sur 15à la mi-temps à parler avec lui. Je lui ai demandé de ne réagir à aucune provocation, à aucune erreur arbitrale, à rien car je n'ai pas de solution offensive. Dix minutes après la reprise, il se fait expulser”.

Balotelli a été incompris, c'est un fait. Il n'a rien fait pour l'être, c'est également une certitude.

Entre ces faits extra-sportifs, ces nombreuses aventures conjugales, son talent largement au dessus de la moyenne et le désamour et les insultes racistes, la carrière de Mario Balotelli gardera sans doute un goût d'inachevé. Frustrant, car il aurait réellement pu atteindre les sommets. 

 

Dernières publications

En haut