Espagne

Marcelino, un génie en terre basque

Après désormais deux mois à la tête de l’effectif de l’Athletic Bilbao, l’ancien entraîneur à succès du côté de Valence a posé ses valises chez les Basques pour remettre de l’ordre et créer une dynamique au sein d’un club qui en manquait cruellement au terme d’une année 2020 décevante. Zoom sur les progrès qu’a déjà permis le technicien espagnol au sein d’un club si spécial. De vainqueur de la Supercoupe d’Espagne à une remontée phénoménale au classement qui peut permettre aux joueurs basques d’espérer retrouver l’Europe dès la saison prochaine. 

Le constat d’échec de Gaizka Garitano

C’est au terme d’un peu plus d’une année à la tête des Basques de Bilbao que Gaizka Garitano jette l’éponge en janvier dernier. Il laisse derrière lui une équipe proche de la dérive, en grande difficulté en championnat et avant tout à l’extérieur avec une série inquiétante, expliquées par une fragilité défensive empêchant toute régularité de performance pour les joueurs de l’Athletic.

Crédits photo : Photo News

Alors que les Basques glissent dangereusement vers les profondeurs du classement, les enjeux restent importants avec notamment un très beau parcours en Coupe du Roi ainsi qu’une finale de Supercoupe d’Espagne à disputer. Il reste néanmoins des points positifs à garder de l’ère Garitano, et avant tout une belle résilience à San Mamés. L’animation offensive est également un point à mettre en avant, avec une attaque qui n’a jamais été en panne malgré la retraite d’Aritz Aduriz.

En s’appuyant sur un effectif qui a peu évolué, et des joueurs d’expérience comme Raúl García, Iker Muniain et la pépite Iñaki Williams, les Basques et leur modèle si particulier font toujours office d’exception culturelle dans un championnat espagnol hyper-compétitif.

Deux semaines pour se remettre la tête à l’endroit

Après avoir pris ses fonctions le 4 janvier 2021, Marcelino retrouve son premier banc après son expérience du côté de Valence. Il débute par une défaite dite ” encourageante ” à San Mamés face au FC Barcelone. Alors que dans dix jours, les Basques se préparent à disputer la Supercoupe d’Espagne, Marcelino a conscience que ce trophée pourrait bien être le seul dans l’armoire de ses joueurs cette année mais n’a que dix jours pour tout mettre en place.

Un match reporté face à l’Atlético Madrid pour cause de cas de COVID chez les Madrilènes plus tard et les joueurs de Bilbao s’avancent pour deux rencontres décisives dans leur saison, à commencer par la demi-finale de cette Supercoupe d’Espagne, à disputer face au Real Madrid. Grâce à un doublé de Raúl García, les Basques prennent les devants avant la mi-temps avant de tenir dans le second acte pour finalement s’imposer 2 buts à 1, une vraie osmose se crée et les hommes de Marcelino ne sont qu’à une victoire de décrocher un trophée, moins d’un an après leur succès en Coupe d’Espagne.

La finale face au FC Barcelone sera un modèle de résilience de la part de l’Athletic. Menés à deux reprises au score face à deux réalisations d’Antoine Griezmann, les joueurs de Marcelino vont revenir au score dans les derniers instants du temps additionnel grâce à Villalibre. Ce sera dans les premières minutes des prolongations que le pur produit de la maison, Iñaki Williams inscrit un magnifique but et offre ce premier trophée de la saison à son club, ainsi qu’une première récompense pour Marcelino.

Crédits photo : BeIn Sports

Un effectif déséquilibré mais en progrès sur le plan défensif

La période qui va suivre sera l’occasion de voir se concrétiser sur le plan comptable les améliorations tactiques de l’équipe. Si l’on excepte un revers au Camp Nou fin janvier, les Basques ne se sont plus inclinés, toutes compétitions confondues, depuis le 6 janvier, soit près de deux mois d’invincibilité qui ont permis d’observer une vraie rigueur défensive. Si l’on excepte les deux matchs face au FC Barcelone, les hommes de Marcelino n’ont jamais encaissé plus de deux buts dans un même match tout en ayant toujours trouvé le chemin des filets.

Dans ces conditions, l’équation est assez simple, et la victoire n’est jamais loin pour les Rouge et Blanc qui auraient néanmoins pu éviter de passer à côté de la victoire à plusieurs reprises comme lors de leurs deux derniers matchs en Liga face à Vigo et Eibar.

Quelle stratégie sur le long terme ?

Les discussions sur la stratégie du club de n’engager que de purs produits basques continuera toujours à faire parler les observateurs du ballon rond. Néanmoins, force est de constater que la régularité au plus haut niveau du football espagnol du club basque est tout simplement hallucinante.

Avec un nouveau trophée qu’ils pourraient décrocher en ce samedi et la finale de la Coupe d’Espagne 2019/2020, maintes fois reportée en raison de la pandémie, l’Athletic Bilbao de Marcelino pourrait espérer retrouver une dynamique pour cette fin de saison. Grâce à une cohésion de l’effectif et une vraie détermination sur le terrain, l’esprit et la symbiose du groupe n’est qu’une formalité pour le coach basque.

Il lui reste à se montrer plus ambitieux sur le plan offensif, faire de sa pièce maîtresse Iñaki Williams un rouage encore plus décisif dans les matchs importants et de faire de l’Europe l’objectif clé de cette fin de saison.

Crédits photo : Transfermarkt

Rendez-vous donc à 21h30 pour une finale au timing pour le moins atypique, près d’un an après la date à laquelle elle était initialement prévue. Un trophée et une dynamique pourraient naître de cette rencontre où rien ne sera simple face à la Real Sociedad mais où le rôle du génie Marcelino pourrait faire revenir un trophée tant convoité en terre basque.

 

Crédits image en une : La Liga / Athletic Bilbao
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire