Mauvais résultats, scandales extra-sportifs, où en est le Racing club de Lens ?

Où en est le Racing de Club de Lens ? Après les déboires judiciaires des joueurs, le début de saison chaotique, le ras le bol des des supporters, quelle est la situation actuelle extérieure ?

Une saison chaotique et chamboulée à Lens.

Le Racing Club de Lens signe son pire début de saison ! En effet le club artésien débute leur championnat de Domino’s Ligue 2 avec 7 défaites consécutives. Si Alain Casanova est limogé fin Août au bout de 4 défaites et une pression des supporters en tribune, il est remplacé sur le banc par Eric Sikora. Choix judicieux ? Les supporters en doutent depuis son premier passage officiel sur le banc en 2012.. Jocelyn Blanchard, directeur sportif, est lui aussi démis de ses fonctions en septembre dernier, payant les frais de son recrutement ridiculement raté. Il est remplacé par Eric Roy, ancien directeur sportif de l’OGCN. Pour cause, Le départ de Benjamin Bourigeaud est une nouvelle peu rassurante pour les supporters qui étaient attachés à l’enfant de la région, le manque se fera sentir, c’est acté dans leur esprit. Pourtant l’arrivée du chouchou Cristian Lopez apaise les rancoeurs et redonne espoir au public qui veut y croire malgré le mercato estival totalement loupé.

C’était espéré par les lensois depuis quelques années, ça y est, Gervais Martel cède enfin sa place de président à Arnaud Pouille…. Mais reste tout de même dans les bureaux, bon, c’est déjà ça de pris.

Nouveau rebondissement dans le club, puis-ce que la société Solférino et Joseph Oughourlian rachètent les parts de l’Atlético Madrid qui avait pris possession du Racing 5 mois auparavant, en juillet 2017.

Crédit : But Football

Une équipe qui n’y arrive pas

Lens est actuellement 18eme au classement domicile de cette saison de Domino’s Ligue 2. Le club de D2 ayant la plus forte affluence à domicile n’est toujours pas capable de ravir leurs supporters. Les lensois n’y arrivent pas, le public râle, balance leur déception à coup de banderoles, de grève de déplacement, mais est-ce assez alarmant pour remuer les joueurs sur le terrain ?

Des dérapages accumulés

 

La saison n’aura pas été non plus sans peines. Violences, envahissement de terrain, joueurs en garde à vue, accusation de violences sur un « conseiller régional patriote», rien n’a joué en faveur du racing.

Placé en garde à vue en octobre dernier pour violence sur une femme, Nicolas Douchez à été condamné, en février dernier, par le tribunal correctionnel de Paris à payer une amende de 1000€ pour les faits suivants : violences en état d’ivresse et dégradation grave du bien d’autrui.

Si le gardien de but lensois a fait son méa culpa, le club qui l’avait initialement écarté du groupe au moment des faits pour 20 jours, n’a toujours remis le portier dans ses cages. Eric Sikora s’exprime d’ailleurs à ce sujet :

« « Il doit se rétablir et redevenir compétitif  Il a un problème au mollet depuis 3 semaines, il avait repris la course mais s’était à nouveau fait malJe pense qu’il est soulagé par rapport au jugement et ce qu’a dit le procureur. C’est bien et ça va lui permettre de se consacrer maintenant au football à 100%il n’y a aucun souci par rapport à Nicolas. »

Extrait de l’interview faite par Télé Gohelle pour Made in Lens

Mais Nicolas Douchez n’est pas le seul, en effet, tout fraîchement arrivé à Lens en provenance de Watford cet hiver, c’est Brice Dja Djédjé qui a été placé en garde à vue pour violences conjugales. Le club déjà au fond du trou sportivement parlant n’avait pas besoin d’un nouveau fait d’hiver de cette ampleur. La garde à vue levée, l’enquête ouverte, Brice qui devait être juger en septembre prochain, revient sur les terrains dans la foulée. Situation moquée par les internautes mais également par le public lensois qui ne cache pas leur déception en entonnant des chants ou des banderoles au vu de la situation sportive et extra-sportive du joueur et de ses coéquipiers.

Ce n’est pas fini dans la série des scandales. Guillaume Kaznowski, conseiller municipal et régional d’extrême droite, accuse, et porte plainte contre trois joueurs lensois pour coups portés à son égard. Si monsieur Kaznowski maintient son histoire, les premiers éléments de l’enquête démontrent une toute autre version. En effet, les trois joueurs auraient été victime de propos racistes à la sortie du match opposant Lens à Bourg en Bresse lors de la 29eme journée de ligue 2 ( score final 0-1). Si Souleyman Diarra, Abdallah Zoubir et Abdelrafik Gerard confirment bel et bien le fait qu’ils ont été pris à partie, ce serait leur version qui serait retenue. “ Non l’élu Les Patriotes n’a pas été frappé par des joueurs du RC Lens” titre le média 20 minutes

Cette histoire ne s’arrête pas là puis ce qu’eux trois portent également plainte contre l’élu. Les avis divergent, même si les témoignages des supporters présents sont majoritairement en faveur des joueurs. Rendez-vous dans quelques semaines.

crédit : RMC Sport

En attendant le Racing affrontera demain, 17/03, le stade de Reims. La défaite n’est plus envisagée par les supporters qui sont au bord de l’implosion, et qui ne feront pas le déplacement par décision de l’ensemble, ou presque, des sections de supporters.

Les supporters sang et or sont formels : Mouillez le maillot, Honorez le blason !

Charlotte Gruszeczka.

A propos de l'auteur

Amoureuse du ballon rond depuis mon plus jeune âge, j'essaye d'exploiter mes talents sur les terrains depuis quelques années, même si mon profil ressemble à celui de Gregory Vignal. Le sport est ma religion, l'humour mon passe-temps.

Poster un commentaire

dictum vulputate, commodo ultricies id leo odio ipsum id, adipiscing felis nunc