À vos marques

Meeting de Karlsruhe – Dongmo, Lavillenie et Belocian surnagent

Meeting de Karlsruhe

Hier soir, l’athlétisme mondial faisait sa rentrée avec la première étape du World Indoor Tour, le meeting de Karlsruhe. Retour sur les résultats de cette soirée allemande en salle.

Lavillenie et Belocian dominateurs

En forme après avoir passé 5.92m il y a deux semaines pour son retour à la compétition, Renaud Lavillenie a encore dominé le concours. En tête dès sa première barre à 5.62m, il tua le concours en passant 5.80m à son premier essai. Incapables de suivre, ses adversaires, l’américain Matt Ludiwg (5.80m au deuxième essai) en tête, le virent s’envoler à 5.88m puis 5.95m, record du meeting et performance qu’il n’avait plus réalisé depuis la finale olympique à Rio en 2016. À 34 ans, il démarre de la meilleure manière une saison olympique.

Wilhem Belocian était également un ton au-dessus de tout le monde sur le 60m haies. Impérial en séries, où il réalisa son record personnel en 7.48, il le fut également en final où il réédita presque sa performance avec un chrono de 7.49 pour s’adjuger la victoire. Moins de réussite en revanche pour Pascal Martinot-Lagarde. En effet, le médaillé de bronze du 110m haies à Doha a concouru malgré une gêne aux lombaires, contractée à l’échauffement, et a dû renoncer à la finale. À noter également dans cette épreuve la troisième place d’Aurel Manga en finale (7.64), avec un chrono qui lui assure les minimas pour les prochains championnats d’Europe en salle (4-7 mars).

Asher-Smith cartonne, Samba-Mayela déçue

Chez les femmes, le 60m haies n’a pas réussi à la française Cyrena Samba-Mayela. Deuxième de sa série (8.00), l’une des deux athlètes françaises née en 2000 engagée sur ce meeting (avec le jeune Ethan Cormont à la perche) est partie à la faute en finale, finissant dernière en 8.31. Une course remportée par la finlandaise Noorlotta Neziri juste devant la championne d’Afrique Tobi Amusan.

Du côté du 60m, la championne du monde du 200m Dina Asher-Smith a dicté sa loi. Facile en série (7.11), elle a égalé son record personnel en finale avec une marque en 7.08. Préparée pour courir toute la saison en salle, elle pourrait bien faire tomber le record national de Grande-Bretagne (7.06). À signaler la bonne course de la française Orlann Ombissa-Dzangue (7.16), deuxième de la course juste devant la suissesse Ajla del Ponte (7.17) qui a aussi égalé son record personnel.

Domination cubaine sur les sauts

Sans surprise, les cubains ont dominé les concours à la longueur. Chez les hommes, Juan Miguel Echeverrìa a pris les commandes dès son premier saut (8.18m) et n’aura pas eu besoin d’aller plus loin pour l’emporter. Il devance finalement son compatriote Maykel Masso, dont le meilleur bond est allé dix centimètres moins loin (8.08m). Côté français Augustin Bey n’a pas pu faire mieux que 7.35m, terminant septième du concours.

Chez les femmes, c’est Liadagmis Povea qui a dicté sa loi. La cubaine a battu son record personnel (et réalisé la meilleure performance mondiale de la saison) en allant à 14.54m pour remporter le concours. Elle devance assez largement ses adversaires, seulement deux autres athlètes ayant passé la barre des quatorze mètres.

Un doublé kényan et des français en forme

Si Cuba a dominé les concours de sauts, les kényans ont eux été meilleurs sur les 3000m masculins et féminins. Chez les femmes, Beatrice Chepkoech s’est adjugée la course avec un chrono de 8’41’’98. Suivie de près dans les derniers tours, la recordman du monde du 3000m steeple a maintenu une certaine allure pendant toute la course. Dans le dernier tour elle a su résister aux assauts de certaines concurrentes, devançant finalement Fantu Worku et Melissa Courtney-Bryant qui avaient essayé de la prendre par surprise auparavant.

Scénario différent chez les hommes, où Bethwell Birgen a été plus dominateur. Arrivé aux 2000m, l’avance du kenyan a semblé insurmontable et personne n’a pu le rattraper, ce dernier remportant donc la course en 7’34’’12. Derrière lui, l’espagnol Mohamed Katir a tenté de remonter et a finalement explosé son record personnel, réalisé en extérieur, de neuf secondes (7’35’’29). À noter également l’excellente course du français Jimmy Gressier, troisième en 7’39’’70, qui a réalisé la deuxième meilleure performance de l’histoire pour un tricolore derrière le record de France de Bouabdellah Tahri.

Enfin, notons également les bonnes performances françaises sur le 800m. Avec trois concurrents sur la distance, la France a s’est classé deuxième, troisième et quatrième, ne pouvant rien faire contre le britannique Elliot Giles (1’45’’5). Néanmoins, Benjamin Robert (2e) a tout de même battu son record personnel (1’46’’3) tandis que le champion du monde 2017 Pierre-Ambroise Bosse a terminé à quinze centièmes de sa meilleure marque en salle (1’46’’40), tout comme Baptiste Mischler qui ne passe pas si loin de son record personnel (1’46’’60).

L’Allemagne sourit, le Portugal aussi

À domicile en Allemagne, Katharina Trost et Marvin Schlegel ont tout deux remporté la course sur laquelle ils étaient engagés. Sur le 1500m, l’Allemande s’est imposée grâce à un superbe dernier tour, coiffant sur la ligne trois autres concurrentes qui terminent dans la même seconde qu’elle. Du côté du 400m masculin, son compatriote Marvin Shlegel s’est donc lui aussi imposé (46.61), battant dans le même temps son record personnel. À noter dans cette course la troisième place du français Thomas Jordier (47.22).

Pour conclure sur ce meeting, impossible de ne pas parler de LA performance de la soirée. Dans le concours du lancer du poids féminin, la portugaise Auriol Dongmo a survolé les débats. Meilleure performeuse mondiale la saison passée, elle a rapidement repris son bien avec un record personnel et record du meeting à 18.81m dès son premier essai. Suffisant pour remporter le concours, ce jet sera néanmoins amélioré par la suite avec trois lancers à plus de dix-neuf mètres, dont un à 19.65m ! Facile, elle devance très largement ses concurrentes (la suédoise Fanny Roos se classe deuxième avec un record national à 18.64m) et réalise une marque qui n’a été atteinte qu’une fois depuis les championnats du monde en salle 2016. Le poids mondial va bien, seulement quelques jours après que l’américain Ryan Courser ait battu le record du monde chez les hommes.

Le premier meeting du World Indoor Tour a permis aux athlètes de reprendre le rythme dans une saison qui ne fait que commencer. Pour les résultats complets c’est ici, et pour la suite rendez-vous le 9 février pour le meeting Hauts-de-France Pas-de-Calais à Liévin.

Crédits Image en Une : Karlsruhe Indoor Meeting

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire