Auto/Moto

MotoGP bilan 2022 : Pramac Racing première équipe satellite

La saison 2022 de MotoGP terminée, l'heure de faire le bilan est arrivée. We Sport vous propose une analyse équipe par équipe de l'année qui vient de s'écouler. L’équipe aujourd’hui à l’honneur est la petite sœur de Ducati : Ducati Pramac Racing. Emmenée par Johann Zarco et Jorge Martin, l’équipe est le premier team satellite du classement général. 

 

Ducati Pramac : 4e, 318 points 

En 2022, Pramac Racing a alterné le très bon et le très mauvais. Intraitable en qualifications avec Jorge Martin, l’équipe a pu compter sur Johann Zarco pour inscrire de bons points en course. C’est tout le paradoxe autour de ce duo de pilote. L’Espagnol est l’un des meilleurs pilotes sur un tour mais commet des erreurs évitables le dimanche au moment de terminer le travail. A l’inverse, le Français n’est pas toujours le plus rapide en qualifications mais possède un bon rythme de course qui lui permet de remonter dans le peloton. En Catalogne, Pramac Racing s’est offert un double podium avec la seconde place de Jorge Martin devant Johann Zarco, le plus beau week-end de la saison pour l’équipe satellite de Ducati. 

 

Johann Zarco (8e, 166 points) : si proche mais pourtant si loin de la victoire

C’est l'événement que tous les Français attendent : la première victoire de Johann Zarco en catégorie reine. Passé tout proche en 2021, le Cannois est monté 4 fois sur le podium dont deux fois à la deuxième place au Portugal et en Allemagne. Pourtant, le tricolore n’a toujours pas goûté à la saveur d’une victoire. Alors qu’est-ce qui lui manque ? 

Johann Zarco et Jorge Martin entourant Fabio Quartararo (Yamaha) au Grand Prix de Catalogne en juin dernier. ©MotoGP.

Le N°5 n’a sûrement pas la constance pour jouer un titre mondial mais il peut jouer devant à de nombreuses reprises pendant la saison. Le samedi, Johann Zarco a parfois du mal à aller chercher les derniers millièmes de seconde qui le séparent de la pole position ou la première ligne, même s’il a réussi à 4 reprises cette saison, dont deux poles au Portugal et à Silverstone. Mais le gros problème du pilote Pramac reste les départs. Trop souvent, il perd de nombreuses places à l’extinction des feux, le faisant reculer aux portes du top-10, voire plus loin. C’est d’autant plus dommageable qu’il parvient ensuite à remonter grâce à un rythme de course d’une constance rare. Mais en partant de trop loin, il n’a pas le temps de revenir jusqu’au sommet du classement. A corriger l’an prochain. 

 

Jorge Martin (9e, 152 points) : redoutable en qualifications, beaucoup moins en course

Jorge Martin est peut-être le meilleur pilote du plateau sur un tour lancé. Celui qui est capable d’aligner les 4 secteurs au moment opportun pour s’élancer de la pole position. Il l’avait fait à quatre reprises en 2021 et à cinq cette saison (Qatar, Austin, Australie, Malaisie, Valence). Le Martinator est même capable de le faire sur son tout premier tour après la sortie des stands, une compréhension de la piste rare qui fait de l’Espagnol le favori de presque chaque qualification. 

Malheureusement, Jorge Martin ne parvient pas toujours à concrétiser en course. Preuve à l’appui, il n’a pas converti une pole en victoire cette saison. Son meilleur résultat étant deuxième en Argentine et à Barcelone. Au-delà de ça, le pilote Pramac chute souvent pendant le Grand Prix sans réelle explication. C’est ce problème qui le place à la 9e position du championnat alors qu’il pourrait largement prétendre au top-5 et même plus haut. 

 

Saison 2023 : gagner en constance, objectif principal

Jorge Martin ne doit plus tomber en course et Johann Zarco réussir ses départs, voilà les deux gros points à améliorer en course pour les pilotes Pramac. S’ils y parviennent, ils seront forcément plus haut dans le classement chaque week-end et ainsi marquer plus de points. Cela permettrait aux deux hommes de se battre pour la victoire et même dans une autre mesure pour le titre mondial. 

Du côté de l’Espagnol, au vu de sa vitesse sur un tour, il a toutes les compétences pour être un futur champion du monde à condition de mieux gérer les Grands Prix. Dans le clan tricolore, une victoire pourrait complètement débloquer Johann Zarco. Rempli de confiance et délaissé de ce poids, le double champion du monde Moto2 serait en mesure de se battre pour aller chercher le graal : la couronne mondiale. 

Avec le même duo de pilotes, Pramac Racing vise la continuité. L’équipe connaît la puissance de leur machine et de ceux qui l’utilisent, alors pourquoi changer quand on a pas utilisé son plein potentiel. 


Dernières publications

En haut