Auto/Moto

MotoGP bilan 2022 : Quartararo seul chez Yamaha

La saison 2022 de MotoGP terminée, l'heure de faire le bilan est arrivée. We Sport vous propose une analyse équipe par équipe de l'année qui vient de s'écouler. L’écurie Yamaha a surnagé cette année grâce à Fabio Quartararo. A lui seul, le Français a permis à son équipe d’exister sur le devant de la scène mondiale. Il faudra faire beaucoup mieux en 2023 pour espérer rester en haut avec seulement deux motos.

 

Yamaha Factory Racing : 5e, 290 points 

290 points inscrits, 248 par Fabio Quartararo. La stat est claire, le Français porte à lui seul son équipe. En 2022, malgré une moto bien inférieure à la Ducati, El Diablo a été dans la course pour le titre mondial jusqu'au dernier rendez-vous de la saison. Depuis plusieurs années, le talon d'Achille de la M1 est la vitesse de pointe. En 2022, ça ne s’est pas amélioré bien au contraire. Avec des dizaines de kilomètres heures de différence face aux motos italiennes, les pilotes Yamaha ne pouvaient que limiter la casse sur certains tracés. L’équipe satellite RNF Racing avait dans ses rangs deux pilotes qui roulaient en queue de peloton comme Franco Morbidelli. Cela n’a pas favorisé le développement de la machine car les ingénieurs pouvaient uniquement se baser sur les données de Fabio Quartararo. Si la prochaine moto est toujours aussi peu performante, ce sera encore plus difficile pour le tricolore de lutter au classement général. Les Nippons doivent donc régler ce problème cet hiver et cela semble être sur la bonne voie avec un meilleur moteur présenté lors des tests de pré-saison.

 

Fabio Quartararo (2e, 248 points) : le champion 2021 aura tout tenté

Que retenir de la saison de Fabio Quartararo ? Le pilote intouchable ou presque en première partie de saison ? Ou celui toujours aussi peu à l’aise dans des conditions humides et sur des circuits qu’il n’apprécie pas ? La deuxième question est aussi due aux limites de sa moto. Avec sa M1, le porteur du N°20 ne pouvait simplement rien faire à la régulière dans les longues lignes droites. Il perdait parfois plusieurs tours à vraiment doubler certains pilotes car ces derniers utilisaient leur vitesse de pointe pour repasser le tricolore. 

Au-delà de ce problème, Fabio Quartararo est tombé sur un os, en l'occurrence Francesco Bagnaia auteur d’une superbe remontée. Mais le tricolore a aussi fait le show, notamment à Barcelone où devant une foule ralliée à sa cause, El Diablo a survolé la course et la concurrence. Avec trois victoires, le Français n’a pas à rougir de sa saison. Il aura tout donné jusqu’à la dernière course pour empêcher le sacre de l’Italien, en vain. Vice-champion du monde, Fabio Quartararo aura eu le mérite de faire exister Yamaha en MotoGP car sans lui, la marque japonaise aurait eu du mal à se sortir du fond de la grille.

 

Franco Morbidelli (19e, 42 points) : la descente aux enfers

Jusqu’à où Franco Morbidelli va-t’il descendre ? Vice-champion en 2020 avec Yamaha Petronas, il avait fini 17e au général lors de sa première saison avec l’écurie officielle. En 2021, l’Italien est descendu jusqu’à la 19e position. Il est le dernier des pilotes officiels au classement du championnat. Beaucoup moins à l’aise que son coéquipier au guidon de sa moto, il n’est rentré que deux fois dans le top-10 avec comme meilleur résultat une 7e place en Indonésie. Contrairement au Français, Franco Morbidelli n’arrive pas à s’adapter à sa machine. Même si au sein de l’équipe, on voit une progression, elle est très peu visible de l'extérieur. En Malaisie, le transalpin est passé directement en Q2 avec une troisième ligne au final. Un très bon résultat qui montre que le pilote Yamaha peut être devant quand il se sent bien. Malheureusement, cela est arrivé trop peu souvent cette saison. Avec 8 résultats hors des points, son bilan n’est pas très bon mais l’an dernier il avait raté le top-15 à 11 reprises. 

 

Saison 2023 : seulement deux motos mais les mêmes objectifs

En 2022, Yamaha avait 4 motos engagées, l’an prochain il n’y en aura plus que 2. Le team satellite RNF Racing va quitter le giron japonais pour utiliser des machines Aprilia. Avec deux machines en moins, il y a deux fois moins de datas donc autant de chances en moins de progresser et de performer. Sur les quatre de cette saison, seule une marchait vraiment donc ce n’est peut-être pas une grande perte, il faudra voir ça en 2023.

Du côté des pilotes, Franco Morbidelli doit remonter dans le classement. Le top-10 serait un minimum pour un pilote qui a déjà gagné des Grands Prix et finit sur le podium du classement général. 

Fabio Quartararo veut, lui, reprendre sa couronne mondiale. Le champion du monde 2021 n’a qu’une idée en tête : prendre sa revanche sur Francesco Bagnaia. C’est aussi ce qu’avait dit son team manager au soir de la défaite de Valence. Le talent du Français ne fait aucun doute, le niveau de sa machine lui oui. Il faut que Yamaha lui donne une moto qui soit capable de gagner et de se battre avec les Ducati, mêmes sur des tracés avec de longues lignes droites. S’il a les bonnes armes entre ses mains, Fabio Quartararo sera l’un des principaux favoris au championnat. Triste d’avoir perdu sa couronne, El Diablo a déjà les crocs pour repartir au combat en 2023 et écoeuré ses adversaires comme il sait le faire dans les grands jours.


Dernières publications

En haut