Mourinho et Tottenham : et si ça fonctionnait ?

« Finir le travail commencé », c’est un peu la mission de José Mourinho à Tottenham. Le coach portugais est venu remplacer Pochettino le mercredi 20 novembre. Après 5 années sur le banc des Spurs, l’entraineur argentin laisse derrière lui un des plus beaux projets que la Premier League ait connu. Paradoxalement, les supporters des Spurs émettent quelques doutes sur la réussite du Spécial One dans le nord de Londres. Voici pourquoi la réussite de Mou’ à Tottenham est d’ores et déjà écrite !

100%, c’est le pourcentage de gain d’un titre de championnat de Mourinho dans n’importe quel pays où il est passé. J’ai presque envie de commencer par dire « Les hommes mentent, pas les chiffres. » Après deux rencontres avec les Spurs, nous avons réussi à analyser la stratégie mise en place par José Mourinho et le moins que l’on puisse dire c’est que pour le moment cela fonctionne plutôt bien. Conclusion trop hâtive ? Nous parlerons aussi du personnage qu’il est et pourquoi le Special One à Tottenham peut faire beaucoup de bien. Bref, voici un dossier complet sur les premiers pas de Mourinho dans le nord de Londres.

 

Une organisation presque parfaite

Ouf ! Tottenham est sorti du piège West Ham lors de la première de Mourinho. Le coach portugais a signé le week-end dernier une rencontre à deux visages. Voilà bien longtemps que l’on n’avait pas vu un Tottenham comme celui-là. Les 45 premières minutes ont été rayonnantes et on a senti une réaction des Spurs. On aurait pu voir le Mourinho de Manchester United qui préfère laisser le ballon à l’adversaire et procéder en contre. Toutefois, le coach portugais a mis en place une organisation très offensive qui permettait de contrôler le rythme de la rencontre, d’avoir le pied sur la balle mais surtout d’apporter le danger devant. Jeu rapide vers l’avant, beaucoup de mouvements, un pressing constant dans les 40 derniers mètres, 20/20 pour cette première période qui se conclue donc en 2-0.

Ainsi, son 4-2-3-1 de base se positionne en 3-2-3-2. C’est une idée floue sur le papier mais on va essayer de l’expliquer.

Dés le début de la rencontre, les Spurs ont posé le pied sur le ballon. On peut le voir sur cette séquence où Davies, Sanchez et Alderweireld restent derrière et s’échangent des passes latéralement avant de trouver la solution dans la profondeur.

crédit : Fullmatch.net

À priori, l’objectif était de densifier l’axe. On a pu voir Serge Aurier très haut sur le terrain et permettant ainsi aux deux milieux axiaux d’avoir plus de solutions. Une fois un décalage réalisé, une des solutions peut être de trouver Son (positionné ligne de touche à gauche) ou Aurier (excentré à droite) dans des positions lancées pour amener des centres. Le surnombre dans la surface avec Kane, Alli et Lucas peut donc amener une situation dangereuse. On peut voir cela à l’image.

crédit : WeSportFr

Voici donc sur le papier la position moyenne des joueurs durant la rencontre. C’est dire comment Mourinho a essayé de monter le bloc.

À noter que le numéro 18 est Lo Celso et qu’il s’agit évidemment de Lucas portant le numéro 27.

On peut observer cette situation dès les 10 premières minutes de la rencontre. Si on va un peu plus loin, il y a clairement une volonté d’occuper les 5 couloirs de jeu (extra left, left half-space, center, right half-space, extra right) afin de donner un maximum de possibilités de passes au porteur de balle et une capacité à combiner dans n’importe quel endroit du terrain. Tout cela permettait de déstructurer au maximum le bloc de West Ham.

À la perte de la balle, on retrouve le fameux 4-2-3-1 sur le papier. C’est donc une véritable organisation qu’a mis en place José Mourinho. Prise de balle en mouvement, jeu de transition rapide et évidemment l’apport constant de joueurs aux abords de la surface sont les clés de sa réussite.

crédit : Fullmatch.net / modifications : WeSportFr

Cela demande beaucoup de communication. Une qualité que n’avaient plus les joueurs de Tottenham depuis quelque temps. On pense à des rencontres comme face à Sheffield ou à Brighton où les Spurs se désolidarisaient complètement.

crédit : Fullmatch.net / modifications : WeSportFr

Encore une fois, les séquences viennent de la première période. La seconde mi-temps a été bien plus hachée. C’est le fameux deuxième visage de cette première rencontre de Mourinho dont je vous parlais. On a revu les carences défensives des Spurs. Manque de concentration, de lucidité devant le but, de postions défensives ou encore de communication, on a vite retrouvé le Tottenham des derniers mois sous Pochettino. L’important était les 3 points surtout dans un derby. Contrat donc rempli pour le coach portugais.

Zé allait il remettre en place cette stratégie quelques jours plus tard face à l’Olympiacos en Ligue des Champions ? Bis repetita pour ce second match. C’était la première à domicile de Zé. L’ambiance n’était pas exceptionnelle mais on a quand même vu une belle rencontre. Le scénario du match était digne d’une rencontre de Champions League puisque menés 2-0, les Spurs se sont finalement imposé 4 buts à 2.

Sinon, on retrouve tout de même les mêmes idées offensives de Mourinho dans cette rencontre. Même s’il faut une grosse boulette du défenseur central de l’Olympiacos pour que les Spurs réduisent l’écart dans les derniers instants de la première période, la présence de Dele Alli est très loin d’être anodine. Pareil que face à West Ham, le milieu anglais est placé très haut pour essayer d’apporter le surnombre dans la surface adverse.

crédit : Fullmatch.net / modifications : WeSportFr

Technique qui paye sur le premier but et qui va payer sur le second. La volonté était encore de trouver soit Son ou Aurier dans les extra couloirs dans le but de trouver les appels de Kane, Lucas ou Alli dans les half-spaces. À noter que ces joueurs là sont cliniques dans ces positions et que le coach portugais l’a bien compris. Serge Aurier sort une masterclass sur les deux rencontres. On a senti l’Ivoirien bien plus à l’aise dans cette position très offensive.

Sur le second but, le ramasseur de balle donne vite la balle à Aurier qui envoi une passe à Lucas. Le Brésilien part vite dans la profondeur. Cette simple touche élimine 3 joueurs et permet à Tottenham de jouer le 3 contre 1.

crédit : Fullmatch.net / modifications : WeSportFr

On peut émettre quelques doutes sur cet aspect tactique. Dans un premier temps, il faut absolument gommer ces carences défensives qui ont causé les 4 buts concédés en 2 rencontres des Spurs… Un problème que Mourinho sait gérer puisque par le passé, il a souvent basé son équipe autour d’une bonne charnière centrale. Dans un second et dernier temps, les Spurs ont joué face aux Hammers et à l’Olympiacos, deux équipes qui montrent beaucoup de suffisance dans le jeu. Qu’en sera-t-il quand les hommes de Zé rencontreront une grosse équipe comme Liverpool ou Manchester City ? L’ancien entraîneur de Manchester United remettra-t-il en place le bus ou décidera-t-il de jouer au ballon. Question que l’on peut se poser car Serge Aurier ou Son ne devraient pas autant se balader face à Trent et Robertson par exemple.

 

Partout où il est passé, il a tout changé et tout gagné !

Les armoires à titre de Tottenham sont bien vides… Mais voici quelques chiffres qui devraient rassurer les supporters des Spurs :

  • Mourinho est le seul entraîneur à avoir remporté la Ligue Europa et la Ligue des champions plusieurs fois. (2 et 2) Rappelons que les vice-champions de la Coupe aux grandes oreilles se sont qualifiés pour les huitièmes de finale suite à cette victoire face à l’Olympiacos.
  • Mourinho a le 5e plus haut ratio points par match de l’histoire de la PL sur les coachs ayant disputé plus de 50 rencontres avec 2.1 pts/match. Il précède Pep Guardiola avec 2.39, Alex Ferguson avec 2.16, Antonio Conte et son taux à 2.14 et Jurgen Klopp à 2.12. Comme quoi, qu’importe le « Boring Chelsea », Mourinho remporte majoritairement ses rencontres.
  • Il est l’entraineur qui a eu besoin du moins de matchs pour atteindre les 100 victoires (142) en PL. Il est d’ailleurs à 9 victoires de devenir le 5e manager de PL à atteindre les 200 succès.
  • Enfin, en PL, il a remporté 3 titres de championnat, 4 coupes de la ligue et une FA CUP. Tout cela sous les couleurs de Manchester United et Chelsea.

Mais alors quel est l’objectif ? Difficile à dire puisque que de toute manière qu’importe la compétition, il faut ramener un trophée au club de Levy très prochainement.

« Nous ne pouvons pas gagner la PL cette saison mais nous le pourrons l’année prochaine. »

Et pour motiver José Mourinho d’atteindre les places qualificatives pour la Ligue des Champions en fin de saison, les anciens finalistes de la plus belle compétition européenne ont inclus un très joli bonus dans le contrat du « Spécial One ». Ainsi, le Daily Mail nous apprend que si l’ancien tacticien de MU termine dans les 4 premiers du championnat, il touchera près de 2,5 millions d’euros en plus de son salaire annuel à hauteur de 17 M€.

Clinique très souvent lors des deuxièmes années avec son club, Mourinho voit aussi sa réussite chez les Spurs arriver la saison 2020/2021. « Nous ne pouvons pas gagner la PL cette saison mais nous le pourrons l’année prochaine » a-t-il déclaré. Mourinho n’est pas le coach qui peut mettre en place un projet sur le long terme mais qui va essayer de tirer le meilleur des joueurs sur deux ans.

Et pour réussir, Daniel Levy a fait en sorte de donner toutes les cartes en main à l’ancien coach du FC Porto. Ainsi, le staff de José Mourinho a vu l’arrivée de deux anciens membres du staff technique du LOSC.

« Au terme de discussions entre le LOSC et le Tottenham Hotspur Football Club, un accord a été trouvé pour entériner le départ de Joao Sacramento et Nuno Santos, membres du staff technique professionnel lillois, et leur permettre de rejoindre à partir de ce mercredi le club anglais. Dans un premier temps, le LOSC fera appel à des solutions internes pour compenser ces deux départs. Prochainement, le Club annoncera une organisation définitive. » annonce le LOSC dans un communiqué le 20 novembre dernier. Ces deux membres sont pour José Mourinho très expérimentés. Admiratif de l’ancien dauphin du Paris-Saint-Germain, le coach portugais espère que leur venue en Angleterre aura autant de réussite que celle en France la saison passée.

 

Retrouver du caractère

crédit : BBC

Donner du caractère à une équipe qui n’en a pas forcément. Voilà aussi un objectif que va avoir Mourinho. Cela peut paraître fou, mais lorsqu’on prend du recul on se rend compte que Škrtel avait plus de caractère que tous les joueurs de Tottenham réuni. Dès sa première interview, on sait déjà que le personnage va peut-être donner un esprit de combat et une volonté de remporter toutes les batailles que n’avaient pas forcément Pochettino. Pas que le coach argentin n’avait pas d’envie et de détermination mais José Mourinho est bien connu pour transcender son équipe. Il essaye de toucher au plus haut point le mental du sportif pour en tirer le meilleur de lui.

« Je lui ai demandé : Êtes-vous Dele ou le frère de Dele ? » « Je suis Dele » aurait répondu le milieu anglais surpris. « Alors joue comme Dele Alli ! » a conclu l’entraîneur. Quelques phrases qui deviennent vite le moyen parfait pour le motiver après un début de saison très moyen.

Mourinho ou le « Special One », c’est le personnage qui cache José. La première conférence de presse veut dire beaucoup. A l’heure d’un Manchester City-Chelsea très alléchant et très intéressant, c’est bien West Ham – Tottenham qui a été l’affiche du week-end. Pour preuve, lors de la première conférence de presse de Zé sous la couleur des Spurs, il y avait 94 journalistes de 61 journaux différents.

« Tottenham est un club médiocre, ce ne sont pas des vainqueurs, ils seront toujours dans l’ombre de Chelsea. » Voici ce que disait José Mourinho en 2005 avant de sortir lors dès sa signature : « Je suis ravi de rejoindre un club avec un tel héritage et des supporters aussi passionnés. La qualité de l’équipe m’excite. » Honnête ou pas ? Fidèle ou pas ? Traître ou pas ? Chacun se donnera son propre avis. Mais il est vrai qu’en plus de ne pas arriver en terres conquises, le coach portugais devra aussi assumer ses propos lors de la rencontre face à Chelsea. Le 22 février 2020, Mourinho retournera à Stamford Bridge où les Blues l’attendront de pied ferme.

En conférence de presse, Zé a aussi fait savoir que son retour n’a pas fait que des malheureux. « Hier, j’ai reçu 50 messages de United, des joueurs, du staff, du conseil d’administration et cela signifie beaucoup. C’est le respect que les gens ont pour vous » s’est-il exprimé.

Un peu d’humour, un peu de sérieux, une petite pique contre un rival… Bref, l’opération séduction habituelle de Mourinho est en marche. Avec deux victoires tout est au vert. Le premier gros test sera le 4 décembre à 20h30 où les Spurs se déplaceront à Old Trafford…

 

Quel premier mercato ?

crédit : A Bola

D’après le Telegraph, José Mourinho aimerait signer Zlatan Ibrahimovic à Tottenham. Pourtant, The Special One a coupé court la rumeur amenant le suédois chez les Spurs en conférence de presse lundi dernier. « Zlatan est un joueur incroyable, un mec incroyable, mais il n’y a aucune chance pour qu’il vienne. » a-t-il lâché.

La majorité des journalistes s’accordent à dire que Nemanja Matic devrait déposer ses bagages très prochainement à Tottenham. Le milieu serbe arrive en fin de contrat en juin prochain et pourrait donc partir cet hiver s’il n’y a pas de renouvellement. José Mourinho l’a déjà coaché à Chelsea et à Manchester United. C’est même lui qui l’avait fait venir en 2017. C’est dire comment il est apprécié par l’entraineur portugais.

On peut aussi penser à des joueurs portugais. Les tabloïds anglais annoncent que des négociations avec le Sporting Portugal pour Bruno Fernandes et avec l’autre club rouge de la capitale portugaise pour Ruben Dias auraient d’ores et déjà commencé. C’est deux joueurs ont le même agent et cela devrait faciliter la tâche. Déjà annoncé l’an dernier, Fernandes pourrait prendre la suite d’Eriksen dont son contrat arrive à échéance en juin prochain. Le milieu danois aurait même refusé une proposition de renouvellement de contrat.

Enfin, la dernière rumeur ne concerne pas un joueur mais un directeur sportif. Le Daily Record a affirmé que Luis Campos, actuel directeur sportif portugais du LOSC, devrait débarquer dans le Nord de Londres dès l’été prochain.

Toutes ces infirmations sont à prendre avec des pincettes. Affaire à suivre…

 

L’opération remontée est lancée du côté de Tottenham. Mourinho a promis de la passion à tous les supporters des Spurs et aux amateurs de la Premier League. Espérons que tout cela continue et surtout de ne pas voir le fameux bus de sitôt. Le coach portugais veut redorer un blason et emmener ce club là où il doit être. La plaisanterie est désormais finie… Et non je ne suis pas arrogant, c’est le monde qui est hypocrite !

 

crédit photo de couverture : Sky Sports

A propos de l'auteur

corner for LFC...

Poster un commentaire

nunc adipiscing ipsum accumsan Nullam amet, consequat. Donec