NBA

NBA Bilan semaine 3 : les Cavs, candidats au titre ?

NBA

La 3ème semaine de compétition vient de se conclure et certaines équipes continuent de maintenir leur rythme de croisière quand d’autres peinent toujours à décoller. Les Bucks toujours invaincus, seuls les Cleveland Cavaliers parviennent à suivre la cadence de Giannis Antetokounmpo et ses coéquipiers dans la conférence Est. À l’Ouest, les Phoenix Suns ont pris le commandement, avec les Memphis Grizzlies dans leur sillage et le surprenant Jazz d’Utah, toujours en haut du classement. Voici notre NBA bilan semaine 3 !

Les Cavaliers impressionnants, les Suns retrouvent leurs sensations

Transfuge cet été du Jazz, Donovan Mitchell n’a pas tardé pour prendre ses marques avec sa nouvelle équipe des Cleveland Cavaliers. Sur un rythme de MVP NBA avec ses 31,4 pts, 4,5 rebonds et 6,5 passes de moyenne, l’ancien Jazz a porté son équipe à la seconde place de la conférence Est avec 8 victoires en 9 rencontres. Si l’absence de Darius Garland lui a permis de pouvoir s’exprimer comme il le faisait dans l’Utah, il restera à voir si la cohabitation avec le jeune meneur est possible ou pas. Mais après 3 semaines de compétition, les Cleveland Cavaliers sont encore les seuls à coller aux basques des champions NBA 2021, les Milwaukee Bucks. Auteur d’un parcours parfait avec 9 succès en autant de matchs, les partenaires de Giannis Antetokounmpo ont su profiter d’un calendrier très clément avec 7 rencontres à domicile contre des adversaires à leur portée. Mais il n’empêche que privés de Khris Middleton, les Bucks ont pris les commandes de l’Est et rien ne dit qu’ils lâcheront cette première place. Derrière, les Boston Celtics de Jayson Tatum continuent de s’accrocher avec 6 victoires et 3 défaites mais ont subi la foudre des Cavs à 2 reprises en l’espace de quelques jours. De son côté, Atlanta fait son petit bonhomme de chemin avec le même bilan que les Celtics. Trae Young et Dejounte Murray (22 pts, 6 rbds et 8 passes de moyenne) ont trouvé leurs repères et c’est tout le collectif qui en profite (116,4 pts de moyenne par match). Un quatuor qui semble se détacher à la fois au classement mais aussi dans l’impression visuelle.

Dans la conférence Ouest, on commence à retrouver les franchises qui étaient déjà présentes la saison dernière au sommet du classement. Meilleur bilan de la ligue l’année dernière, les Phoenix Suns ont repris le lead avec un bilan de 7 victoires en 9 rencontres. Avec un Devin Booker qui retrouve son meilleur niveau (27 pts, 4 rbds et 5 passes), les Suns peuvent viser encore les sommets cette saison, même si la vérité des play-offs sera différente. Dans leur roue, comme la saison dernière se trouvent les Memphis Grizzlies. Ja Morant toujours aussi incroyable de maîtrise, le meneur des Grizzlies voit cette année émerger un lieutenant pouvant l’aider au scoring, Desmond Bane. Le 3ème année claque maintenant près de 25 points par match, 5 rbds et 5 passes, de quoi soulager son coéquipier All-Star en attaque. Sa polyvalence des 2 côtés du terrain en fond un joueur qui prétendra au All-Star Game en février prochain s’il continue sur ce tempo ! Enfin, comment ne pas citer le Jazz d’Utah, qui avec ses 8 victoires en 11 rencontres, continue de faire sensation. Avec un Lauri Markkanen (22 pts et 9 rbds cette saison) dans la continuité de son Eurobasket, les Mormons tournent à plein régime avec collectif avec près de 28 passes par match. Un groupe soudé qui mérite sa place sur le podium de la conférence Ouest !

Les 76ers sans Harden, semaine difficile pour les Warriors

Déjà privés de Joel Embiid, malade, les Philadelphie 76ers devront faire également sans James Harden, blessé pour un mois. Une tuile pour une équipe qui se cherche encore (4 victoires en 10 matchs). Les 76ers peinent à trouver la bonne carburation, avec une attaque très lente qui manque de variété, et une défense pas encore en place. Si le talent ne manque pas dans cette équipe à l’image d’un Tyrese Maxey qui ne cesse de progresser à chaque sortie, la gestion de Doc Rivers et le jeu proposé donnent beaucoup d’inquiétude aux fans de Philly. Même son de cloche à Miami, où le Heat ne parvient pas à enchaîner les performances. Si Tyler Herro commence à obtenir de plus en plus de tickets shoot avec des pointes à 26, 29 et 34 points, l’alchimie du Heat qui était encore présente la saison dernière ne se retrouve pas dans le jeu proposé depuis 10 matchs (4 victoires). Jimmy Butler et consorts devront réagir et très vite afin de ne pas laisser partir le wagon de tête de la conférence Est.

À l’Ouest, les semaines se suivent et se ressemblent pour les Los Angeles Lakers (2 victoires et 7 défaites). Après avoir ouvert leur compteur contre les Nuggets puis avoir été miraculé contre les Pelicans, Lebron James et ses coéquipiers ont de nouveau rechuté contre le Jazz et Cleveland. Les mêmes lacunes visibles match après match (manque d’adresse, de cohésion offensive et d’intensité) qui montrent que sans changement dans l’effectif, la saison sera mauvaise ! Mauvaise est également le mot pour décrire la série des Golden State Warriors. Un road trip de 5 matchs pour autant de défaites et une impression de faillite collective défensive. S’il n'y a pas encore de quoi être véritablement inquiet pour les champions NBA en titre, le manque de discipline des joueurs de Steve Kerr commence à en énerver certains et les personnes qui parlaient d’une saison compliquée après les événements d’avant saison ont jusqu’à présent raison. Mais connaissant les S.Curry, K.Thompson et D.Green, la réaction sera là dans les semaines qui arrivent en NBA.

Le joueur de la semaine NBA : Luka Doncic

Alors qu’on l’avait laissé fatigué et usé après un Eurobasket difficile, Luka Doncic s’est vite fait remis de cette déception pour attaquer la nouvelle saison NBA pied au plancher ! Habitué à commencer en mode diesel, le meneur Slovène compile 36 pts, 8,8 rbds et 8,6 passes lors des 8 premiers matchs. Il est le premier joueur depuis Wilt Chamberlain a débuté un nouvel exercice avec 8 matchs à plus de 30 points. Le joueur des Dallas Mavericks porte, une fois de plus, à lui tout seul la franchise du Texas (5 victoires et 3 défaites), et on ne sait toujours pas où sont les limites du natif de Ljubljana !


Jérémy Ernou

Le sport est une religion

Dernières publications

En haut