NBA

NBA : C’est quoi le « five-by-five » ?

La formule est moins clinquante, volubile ou croustillante que le triple double. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’elle est moins connue. Et pourtant, elle existe bel et bien et fait des émules dans cette portion congrue qu’elle s’est fignolée.

Genèse et clarification conceptuelle,

Un « five-by-five » est réalisé lorsqu’un joueur atteint les cinq unités dans cinq catégories statistiques différentes. Je vous le concède : c’est une performance très rare. Il faut remonter à la saison 1963-1974 pour en retrouver les premières lueurs. Ce fut la première fois que les contres et les interceptions ont été ajoutés aux stats répertoriées par la NBA. Et pourtant, depuis cette fameuse saison par qui tout aura commencé, seulement 13 joueurs ont réussi l’exploit d’afficher un ‘’five-by-five’’.

Les appelés au bataillon,

Précurseur et figure intemporelle de la performance ici mise en emphase, George Gervin a été le premier à aligner au moins cinq unités dans cinq catégories statistiques différentes en NBA. C’était le 8 avril 1979 à l’occasion du dernier match de saison régulière des Spurs face à Cleveland avec 21 points, 6 rebonds, 5 passes décisives et 5 interceptions. Julius Erving est le second sur la liste quand le 5 décembre 1979 avec 28 points, 7 rebonds, 10 passes décisives, 5 contres et 5 interceptions sous le maillot des Nets, il se montre auteur d’une prestation que l’histoire gravera dans sa cavité.
Aux côtés de David Robinson (1992), Derrick Coleman (1993), Vlade Divac (1995), Jamal Tinsley (2001), Marcus Camby (2004), Draymond Green (2015), Anthony Davis (2018) et Jusuf Nurkic (2019), tous auteurs dans leurs carrières de cet exploit de choix, on n’oubliera bien évidemment pas deux spécialistes du genre, deux monstres irrigateurs…
Au prime abord, Hakeem Olajuwon qui possède pas moins de six matches en « 5 x 5 » dans sa gibecière entre 1987 et 1993. Puis Andrei Kirilenko avec trois occurrences entre 2003 et 2006. L’ancien pivot des Rockets et l’ancien ailier du Jazz sont d’ailleurs les seuls à ce jour à avoir visé encore plus haut, à être montés d’un cran avec un « 5 x 6 » !
Crime de lèse-majesté si l’on n’évoquait pas le seul athlète français de la liste: Nicolas Batum. Le tricolore a en effet compilé 11 points, 5 rebonds, 10 passes décisives, 5 contres et 5 interceptions avec Portland le 16 décembre 2012 face aux New Orleans Hornets. AMAZING…

A quand la prochaine performance d’exception dans ledit paradigme? On voit bien Ja Morant ou Trey Young s’y coller et faire péter les chiffres.

Dernières publications

En haut