NBA Finals : Toronto Raptors vs Golden State Warriors

Nous voilà enfin au moment que tout le monde attend, les NBA Finals. Les Golden State Warriors sont au rendez-vous des Finales NBA pour la cinquième fois de suite tandis que les Toronto Raptors vont disputer la première finale de l’histoire de la franchise. Une finale inédite qui provoque un vent de fraicheur sur la ligue après des playoffs exceptionnels. Qui de Golden State ou de Toronto sera champion NBA ? Voici la preview de cette finale.

Le contexte 

Avec un bilan de 58 victoires pour 24 défaites, les Raptors terminent à la deuxième place de l’Est mais aussi avec le second meilleur bilan de la ligue. Une saison qui marquait un véritable tournant pour la franchise canadienne avec le trade du meilleur scoreur de l’histoire de la franchise Demar DeRozan contre Kawhi Leonard. Un échange qui ressemble à un one shot  car l’ancien ailier des Spurs est en fin de contrat en fin d’année, et selon de nombreuses sources, son souhait est de signer à Los Angeles à la fin de son contrat. C’est donc en playoffs que l’on attend de voir l’impact de l’ancien MVP des Finales en 2014 avec les Spurs de San Antonio. Des playoffs qui débutent par un tour de chauffe face au Magic d’Orlando. Après avoir perdu le premier match au Canada, les Dinos se reprennent et remportent les quatre confrontations suivantes grâce à un monstre à deux têtes nommé Kawhi Leonard et Pascal Siakam. Au second tour des playoffs, ce sont les Sixers de Philadelphie qui se présentent face aux gars de l’Ontario. Une série dure, serrée, physique, qui va devoir se terminer dans un match 7 dantesque à la Scotiabank Arena. Sur un shoot au buzzer, en déséquilibre dans le corner droit, Kawhi Leonard fait exploser tout le Canada pour se diriger vers les finales de conférences. Un tir qui restera gravé dans l’histoire de la NBA. À peine remis de leurs émotions qu’il faut déjà repartir au combat face au meilleur bilan de la ligue, les Milwaukee Bucks de Giannis Antetokounmpo. Si la série face aux 76ers fut belle côté Raptors, celle face aux Bucks fut une masterpiece. Après avoir perdu les deux premières manches dans le Wisconsin, les hommes de Nick Nurse se sont transformés en sangsue pour étouffer les Bucks grâce à intensité défensive incroyable et encore une fois un immense Kawhi Leonard. Le banc se réveille, Lowry n’a jamais été autant hustle, Kawhi marche sur la lune et les Raptors remportent les quatre matchs suivants pour s’offrir la première finale de l’histoire de la franchise au dinosaure. Place à la montagne Golden State.

Une montagne irrégulière, constituée de petites crevasses, de pentes descendantes, imparfaites. Avec 57 victoires et 25 défaites, les Californiens terminent 1er de l’Ouest mais avec seulement le troisième meilleur bilan de la ligue. La Dub Nation n’aura pas l’avantage du terrain en finale. Une saison régulière mouvementée, marquée notamment par une vive altercation entre Kevin Durant et  Draymond Green lors d’un temps mort. Ce dernier a insulté KD de « plage » (vous avez très bien compris) et lui aurait violemment reproché d’entretenir le doute sur son avenir. Ambiance. Mais peu importe, ils sont les doubles tenants du titre et arrivent en playoffs avec ce statut. Après un premier tour beaucoup plus compliqué que prévu face aux Clippers, remporté par les gars de la baie en 6 matchs, les Guerriers vont devoir passer au révélateur Houston Rockets. L’effervescence autour de cette série se fait sentir, un an après leur opposition en finale de conf’ remportée par les Warriors en 7. La série est tendu et les deux équipes se rendent coup pour coup. Harden est immense, Durant est inhumain. Sauf que le Snake se blesse au mollet à la fin du troisième quart-temps du Game 5. Les Rockets vont enfin battre ces foutus Warriors et décrocher un titre NBA. Bah non. La blessure de KD rend tous les fans de basket nostalgique en revoyant les fondements et le style de jeu des Warriors de 2015, ceux d’avant l’arrivée de l’ancien joueur du Thunder. Steph Curry reprend le flambeau laissé par Durant, Klay Thompson réapprend qu’il est l’un des deux Splash Bro’ et Golden State roule sur les fusées et termine la série au Toyota Center en 6 matchs. Le prochain tour face aux Blazers est une formalité, un sweep. Des matchs compliqués, mais un sweep quand même. Les voilà pour la cinquième fois de suite en finale NBA. Pour la dernière fois de son histoire, l’Oracle Arena verra les finales.

Confrontations directes

13.12.18       Golden State Warriors vs Toronto Raptors 93 : 113

30.11.18       Toronto Raptors vs Golden State Warriors      131 : 128 (a.p.)

 

Deux victoires pour les Raptors, une en prolongation au Canada et un blow out à l’Oracle Arena. Un bilan à nuancer tant la saison régulière se situe à des années lumières du jeu pratiqué en playoffs. Surtout chez les Warriors qui montent en puissance lorsque l’odeur du sang des playoffs se présente.

Les clés de la série

 

L’intensité défensive des Raptors.

Lorsque Toronto défend dur, il ne faut pas que les masques à oxygène soient bien loin. Rarement vu une équipe défendre aussi dur ces dernières années que Toronto lors de ses quatre derniers matchs face à Milwaukee. Avec un Kawhi Leonard en chef de meute, qui après s’être coltiné un peu d’Embiid et un peu de Butler, a réussi à ralentir le probable futur MVP de la ligue, Giannis Antetokounmpo. Place désormais à Stephen Curry. « The Klaw » sera surement envoyé en mission défensive sur « baby face » notamment en défendant la ligne à trois points pour l’obliger à se frotter au second rideau des Raptors composé de Gasol, Siakam ou Ibaka. Les gars du Nord devront garder une intensité défensive constante tout au long de la série sous peine de se faire sanctionner par les gars de la baie au moindre relâchement.

 

Ralentir Kawhi Leonard

Il est LE joueur de ces playoffs. Tout le Canada est gentiment posé sur ses larges épaules et il tient le futur de la franchise dans l’immensité de ses mains. 31 points à 50% au tir, 9 rebonds, 4 passes et 2 interceptions de moyenne sur ces playoffs. Kawhi enchaine les mixtapes soir après soir. Les Warriors vont devoir se relayer pour ralentir le franchise player de Toronto et forcer le supporting cast canadien à prendre des responsabilités. Nul doute que Iguodala sera envoyé en mission sur Kawhi pour un duel épique entre mains géantes.

 

Les retours de Cousins et Durant

Selon les dernières informations, Cousins pourrait revenir pour le Game 1 et Durant pour le Game 2. Même si les Warriors jouent mieux au basket sans les deux all-stars, Golden State est bien sur plus fort avec Durant et Cousins. Leurs présences offriraient encore plus de solutions en attaque et en défense et cela changeraient totalement les plans des canadiens. Impossible de maintenir une intensité défensive constante si il faut faire attention à Durant, Curry, Thompson, Cousins et Green. Trop d’équations à résoudre pour les hommes de Nurse.

Facteur X

Kawhi Leonard.

Rappelons ses stats juste pour le plaisir :  31 points à 50% au tir, 9 rebonds, 4 passes et 2 interceptions de moyenne sur ces playoffs. Il a bu à la paille toutes les larmes d’Orlando, Philadelphie et Milwaukee. Sur une jambe depuis plusieurs matchs, le Cyborg canadien continue d’évoluer à un niveau stratosphérique, Jordanesque pour certains. Si les Raptors veulent avoir une chance, elle passe par une grande finale de Leonard. On savait ce qu’il était, on ne savait pas ce qu’il allait devenir. Pour Steve Kerr, c’est très clair : « Kawhi Leonard est le meilleur joueur des deux côtés du terrain actuellement ». Golden State est prévenue.

Kawhi Leonard lors de son buzzer beater au Game 7 contre Philly

L’avis de la rédac’

 

4-2 Warriors

La rédaction de WeSport voit les Warriors faire le three-peat à l’unanimité. Désolé les Dinos, le champion reste le champion pour la dernière année à l’Oracle Arena, le cadeau serait parfait. À Kawhi et sa bande de nous faire mentir dés ce soir au Canada.

Le programme

 

 

 

À lire aussi :

https://wesportfr.com/toronto-jouera-la-finale-nba/

 

 

Crédit photo : La nueva

A propos de l'auteur

"Il faut souffrir pour être beau"...Supporter de l'OM mais toujours moche In Russell Westbrook we trust #whynot

Poster un commentaire

leo. felis mattis Curabitur quis, ipsum sed velit, at diam odio in