Basketball

NBA : Un jour un All Star ; épisode 1

WeSportFr se met à l’heure du All Star Game NBA. A cette occasion, jusqu’au match des étoiles, nous vous présenterons chaque jour un des participants. Nous commençons aujourd’hui avec la présentation des remplaçants de la team Curry. Une équipe offensive, composer de joueurs arrières, shooteurs à tout va.

WeSportFr se met à l’heure du All Star Game NBA. A cette occasion, jusqu’au match des étoiles, nous vous présenterons chaque jour un des participants. Nous commençons aujourd’hui avec la présentation des remplaçants de la team Curry. Une équipe offensive, composer de joueurs arrières, shooteurs à tout va.

Les copains d’abord

En bon camarade de classe, le double MVP 2015-2016 a choisi ses coéquipiers Warriors, à savoir Klay Thompson et Draymond Green. Le 1er participera à son 4ème match des étoiles tandis que le second sera présent pour la 3ème fois. L’autre splash brother participera également au concours à 3pts, dont il est le tenant du titre. Ces deux participations ont tout d’une logique implacable. En plus de Kevin Durant, sélectionné par LeBron James, ils représentent tout simplement la meilleure équipe de la ligue, et même la meilleure équipe NBA depuis maintenant trois saisons et demie. Même si son influence a diminué depuis l’arrivée de KD, Thompson reste un scoreur d’exception, en atteste ses 60pts marqués en moins de 30min l’an dernier contre les Pacers. Parfois discret mais capable de coup d’éclat et surtout excellent défenseur, ce qui n’est pas de trop dans une équipe tournée vers l’attaque, le Californien de naissance mérite totalement sa sélection, et jouera donc à domicile. Pour Green, l’équation est la même : drafté en 35ème position seulement par les Warriors, il n’a cessé de progresser depuis, devenant l’un des meilleurs défenseurs de la ligue, si ce n’est le meilleur (élu défenseur de l’année la saison passée et présent 3 fois dans la team défensive de la saison régulière). Il est aussi performant en défense qu’il n’est râleur et chambreur envers ses adversaires, c’est dire ! Il participera donc pour la 3ème fois au match des étoiles, et pourra alors se permettre des petites taquineries, toujours le bienvenu dans cette rencontre très festive.

Des arrières expérimentés

En plus de Thompson, on retrouvera 3 autres arrières sur le banc des remplaçants : Kyle Lowry, Damian Lillard et Jimmy Butler. Le meneur des Raptors et l’arrière des Wolves fêteront leur 4ème participation, tandis que le franchise player des Blazers sera présent pour la 3ème fois. Correct donc. Et même très expérimenté quand on observe le banc de la team LeBron : Beal, Oladipo et Dragic participeront à leur premier week-end All Star. En plus d’avoir participé à de nombreux matchs des étoiles, ce sont des joueurs bourrés d’expérience et respectés dans la ligue : Lowry participe à sa 12ème saison NBA et semble installé à Toronto, où il est présent depuis maintenant 5 ans et demi et où ses statistiques ne font que s’améliorer : il tournait l’année dernière à 21,4pts (record en carrière), 6,4asts, 4,9rbds (record en carrière) et 2,1 interceptions (record la aussi). Maintenant, il manque de la réussite collective : Toronto n’a jamais fait mieux qu’une finale de conférence avec lui. Absent l’année dernière, il a cruellement manqué à son équipe, sweppé par les Cavaliers en demie finale. Cette année s’annonce une nouvelle fois prometteuse pour les Canadiens, à la lutte avec Boston et Cleveland pour la première place à l’Est. Mais malheureusement, le diction « souvent placé, jamais gagnant » s’applique beaucoup trop aux Raptors. Lui et son acolyte DeRozan, présent dans le 5 de départ de cette même team Curry, ont les moyens de changer cela. Dès cette saison ? A voir.

Lui aussi est un joueur reconnu et lui aussi à du mal à faire décoller sa franchise. Damian Lillard est peut-être l’un des joueurs les plus sous coté de la ligue. Excellent scoreur (plus de 25pts de moyenne cette saison), sa franchise n’est pas l’une des plus attractive de la NBA, et même si son duo avec CJ McCollum fait des étincelles, et même si Nurkic est un très bon pivot, cela ne suffit pas. Le natif d’Oakland, drafté en 6ème position par les Blazers en 2012, n’a jamais fait mieux qu’un deuxième tour de play-offs (à 2 reprises). Insuffisant. Balayé 4-0 par les futurs champion l’an dernier, ses Blazers sont une nouvelle fois à la lutte pour décrocher le précieux sésame en fin de saison. Surtout, il faut essayer de finir au moins 6ème : terminer 7 ou 8ème serait synonyme d’affrontement avec les Warriors ou les Rockets… Pas simple.

Lillard a d’ailleurs tapé du poing sur la table récemment : soit sa direction se rend active sur le marché des trades, soit Dame ira faire un petit tour ailleurs. On a donc appris récemment que Portland s’était penché sur le cas DeAndré Jordan. Affaire à suivre donc. Avec une ligne arrière si redoutable et un Lillard tout proche de son excellente saison dernière, les Blazers ont de grandes chances de participer à la post-saison. De là à passer un tour…

Comme Lillard, il a été drafté sur le tas (presque 22ans). En retard dans son processus dû à une vie de famille très mouvementée, Jimmy Butler fini par être drafté par Chicago, en 30ème position : on est loin d’imaginer un joueur dominant de la ligue. Et cela se confirme dès sa première saison, puisque le natif de Tomball dans le Texas ne jouera que très peu, 42 matchs pour 8,5min en moyenne. Conscient de ses qualités et ses capacités, « Jimmy Buckets » s’acharnera tout l’été 2012, multipliant les séances d’entraînements avec en point de mire la Summer League, qu’il terminera avec 20,8 pts et 6,5rbds par match en moyenne. Suffisant pour prouver aux Bulls et à son coach, Tom Thibodeau, qu’il méritait mieux. Son temps de jeu augmente (26min/match désormais), ses stats aussi (8,6pts, 4rbds) et Butler sera même toujours titulaire lors des matchs de play-offs (12/12) avec plus de 13pts de moyenne. Mais les Bulls seront malheureusement éliminé en demie finale de conférence par le Heat du grand LeBron. Avec un D-Rose toujours sur courant alternatif, Butler gagnera en leadership d’année en année et deviendra dès la saison 2013-2014 un titulaire indiscutable. Encore perfectible au scoring (13,1pts de moyenne cette année là), il corrigera ce petite défaut dès la saison suivante pour dépasser les 20pts de moyenne. Moyenne qu’il a toujours atteint depuis.

Incapable de franchir les demies finales de conférences, les Bulls ont alors décidé de se reconstruire. Rose est parti à New-York en 2016, Bulter fera ses valises l’année d’après, direction le Minnesota pour retrouver coach Thibodeau. Et pour l’instant, ça fonctionne plutôt pas mal. Entouré de jeunes joueurs ( Wiggins, Tows), Jimmy se régale et ses jeunes loups sont 4ème, tout proche de la 3ème marche du podium occupée par San Antonio. Butler n’est évidemment pas étranger à cette réussite (22,1pts, 5,4rbds, 5 asts) et sa sélection pour son 4ème All Star le confirme.

Des intérieurs multi-fonctions

Butler retrouvera un coéquipier à lui dans cette team Curry. En effet, le meneur de jeu des Warriors à sélectionné Karl-Anthony Tows, qui participera quant à lui à son premier All Star Game. Intérieur dominant depuis maintenant 3 saisons, le Dominicain est récompensé à sa juste valeur : il ne cesse de progresser depuis qu’il a été drafté en première position par les Wolves, en 2015. Capable de tout faire, en attaque comme en défense, joueur spectaculaire, KAT est sans doute, avec Giannis Antetokounmpo l’un des joueurs les plus prometteurs de la ligue. En atteste ses statistiques démentielles : 18,3 pts, 10,4 rbds et 1,6contres par match dès son année rookie, qui lui vaudra d’ailleurs le titre de rookie de l’année. Il participera (et remportera) par la même occasion le Skills Challenge en 2016, contre Isaiah Thomas. Et sa progression fut encore plus fulgurante l’année suivante, où il dépasse la barre des 25pts de moyenne, 12,2 rbds et 2,7 asts par match, le tout sans avoir loupé une rencontre de la saison. Malheureusement, les Timberwolves n’ont toujours pas atteint les play-offs depuis sa draft. Cela devrait arriver cette saison, ce qui récompensera un effectif en grande progression : son pote Andrew Wiggins ne cesse lui aussi de franchir les étapes les unes après les autres. Et c’est tout le Minnesota qui se remet à rêver.

Le banc de la team Curry aura un fort accent venu tout droit de République Dominicaine : en plus de KAT, Al Horford sera présent : l’ancien des Hawks, qui dispute actuellement sa 11ème saison NBA, participera à son 5ème match des étoiles. Joueur discret mais extrêmement précieux, Horford cartonne cette saison avec Boston, en tête de la conférence Est : 14Pts, 6,7rbds, 4,9 asts, 1,3 contre par match. Doté d’une excellente vision du jeu et d’une grande agilité, Horford, qui a permit aux Hawks de retrouver les play-offs en sa présence, avait besoin d’un nouveau challenge, et c’est pour cela qu’il a signé chez les Celtics, pour quelques 28 millions de dollars par an. Joueur très expérimenté, il apportera sa finesse dans la raquette de la team Curry pour cette 67ème édition du All Star Game.

Valentin Martin



Sport en directMercato Football Ligue 1
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
Donec mattis suscipit libero. dapibus vulputate, sit ut Nullam pulvinar sem,