Football

Numéro 10, un rôle controversé?

Platini, Cruyff, Maradona, Zidane, Kaka, Riquelme ces noms vous rappellent forcément des grands moments du football, des exploits, des gestes. Si tous ces grands noms n’ont pas tous eu ce célèbre numéro 10 derrière le maillot, leur rôle sur les terrains en était le même. Ce rôle c’est celui du créateur, du meneur, du trequartista. Tant de mots pour qualifier ce rôle dont l’élégance enchantait chaque amoureux du football. Mais depuis quelques années maintenant, ce fameux poste est en quelque sorte en perdition. Dans un football moderne qui se veut beaucoup plus rapide, ces créateurs se font de plus en plus rares. 

 

 

Un football moderne beaucoup plus intense

Au fil des décennies, le football évolue, les idées de jeu changent. Le rythme des matchs devient plus intense avec des joueurs beaucoup plus rapides et développés physiquement. L’idée n’est pas de dénigrer cette nouvelle ère du football. Néanmoins, le numéro 10 n’est plus aussi considéré qu’auparavant. Le football actuel est différent, le jeu est beaucoup plus intense, plus rapide, laissant moins de temps à la création. La contre attaque est utilisée par de nombreuses équipes, ces dernières années l’Atletico Madrid de Simeone en est l’exemple parfait. Dans un 4-4-2, les madrilènes ne disposent pas de vrai numéro 10 mais ce qui n’a pas empêché l’Atletico d’avoir des résultats.

Aujourd’hui, la majorité des grandes écuries européennes disposent de nouvelles armes, les ailiers. Avec ce football beaucoup plus rapide, le rôle d’ailier a pris de l’importance. Ces joueurs sont souvent des joueurs rapides et puissants, une arme fatale. Des joueurs conditionnés à multiplier les accélérations de haute intensité et de créer des différences par leurs qualités de vitesse. Désormais le numéro 10 a moins de temps pour créer, organiser les attaques et il doit être dans l’instantané ce qui entraine de la précipitation.

 

Les Numéros 10 se sont démocratisés

Le Numéro 10 est un joueur aux qualités techniques supérieures et qui voit tout avant tout le monde. Sa vision de jeu est toujours mise au service du collectif. Le Numéro 10 renvoi très souvent à une notion d’élégance.

Avec ce changement dans le football est un jeu plus intense, les tacticiens ont forcément du revoir leur plan tactique. Le 4-3-3 est le dispositif le plus utilisé certainement, un dispositif qui n’utilise pas de Numéro 10 à proprement dit. Mais d’autres dispositifs sont aussi utilisés sans l’utilisation de ce poste. En effet, des schémas tactiques comme le 4-4-2, le 3-4-2-1, ou encore le 5-4-1, n’utilisent pas ce rôle de meneur.

Mais ces Numéros 10 n’ont pas pour autant disparu. Avec cette évolution, ces «créateurs» évoluent à des postes différents mais gardent les qualités d’un trequartista traditionnel. Ces joueurs dont la facilité technique et la vista font qu’ils sont les chefs d’orchestre de leur équipe respective, évoluent maintenant à des postes plus reculés. Modric avec le Real évolue à un poste de relayeur ce qui ne l’empêche pas d’être le moteur de cette équipe. Modric, a toutes les qualités pour être un excellent numéro 10 mais il en reste tout aussi excellent dans cette position plus reculée.

D’autres joueurs sont dans le «même cas», Pjanic à la Juve évolue lui aussi dans une position presque similaire au dernier ballon d’or ou encore Thiago Alcantata au Bayern.

Ces créateurs se sont démocratisés  et se trouvent à des postes plus reculés mais il est aussi possible d’en trouver à des positions plus offensives sur les ailes. Ces dernières années, avec notamment les départs d’Iniesta et Xavi, Messi qui évolue majoritairement sur l’aile droite du 4-3-3 endosse ce costume de créateur. Plus que jamais, il n’hésite pas à rentrer dans l’entre jeu pour toucher plus de ballons et être le chef d’orchestre de son équipe. Fabian Ruiz (Napoli) ou même Neymar ( PSG) évoluent dans une position d’ailier mais sont les créateurs de leurs équipes.

Les systèmes tactiques changent et le football évolue, les équipes utilisent moins en moins ce fameux rôle mais pour autant, ces créateurs n’ont pas disparu, preuve en est.

 

Existe t’il toujours des 10 traditionnels?

Bien entendu, si ce rôle de créateur s’est en quelque sorte démocratisé, il reste toujours des Numéros 10 traditionnels.

Le plus fort à l’heure actuelle est Kevin De Bruyne qui évolue à Manchester City sous les ordres de Pep Guardiola. Mais les exemples sont nombreux: Nabil Fekir à Lyon, Luis Alberto à la Lazio, Payet à Marseille, James Rodriguez au Bayern ou encore de temps en temps Dybala avec la Juve.

Le Numéro 10 est toujours un vrai plus pour les équipes qui en disposent. En effet, un 10 évolue à un poste d’électron libre ce qui lui laisse une grande liberté essentielle à son épanouissement sur le terrain. Ainsi, cela lui permet de beaucoup plus tenter que ce soit des dribbles, des passes compliquées ou des frappes. Le 10 est avant tout un créateur qui doit avoir cette liberté. C’est indéniable, lorsqu’une équipe a un très bon Numéro 10, elle est beaucoup plus dangereuse et dispose d’une supériorité technique.

 

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
tristique Lorem Praesent libero suscipit justo ultricies efficitur. elementum