Cyclisme

Paris-Roubaix 2022 : Que retenir de la course ?

Paris-Roubaix

La saison des classiques sur pavés est arrivée à son terme, avec la 119ème édition de Paris-Roubaix dimanche, qui a conclu une série de courses ininterrompues et passionnantes depuis le week-end d'ouverture fin février.

Presque sans exception, les courses sur les pavés de Belgique et du nord de la France ont été captivantes, tendues et excitantes jusqu'à la fin, et Paris-Roubaix n'a pas fait exception.

Il y a eu à peine le temps de respirer pendant le marathon de 257 km sur 30 secteurs pavés, de Compiègne au Vélodrome André Pétrieux, alors que les écarts, les chutes, les crevaisons, les attaques et les contre-attaques se succédaient presque minute par minute pendant les cinq heures et demie de course.

Les Grenadiers d'Ineos couronnent des Classiques de printemps éblouissantes par une victoire sur Paris-Roubaix

La stratégie d'Ineos Grenadiers en matière de classiques pavées a fait couler beaucoup d'encre au fil des ans, l'équipe n'ayant jamais réussi à reproduire sa domination sur le Grand Tour sur les routes de Flandre et de Belgique.

Jusqu'à dimanche, les deux titres E3 Harelbeke de Geraint Thomas et Michał Kwiatkowski restaient leurs plus grands triomphes en 12 ans de course, sans oublier la victoire de Dylan Van Baarle à Dwars door Vlaanderen au printemps dernier.

À lire aussi : Paris-Roubaix 2022 Femmes : Les conclusions de la course

Cependant, la saison de printemps 2022 a vu l'équipe britannique s'annoncer comme une force pour l'avenir prévisible sur les pavés, mettant en œuvre une nouvelle philosophie de course et couronnant un mois d'avril phénoménal avec la victoire en solitaire de Van Baarle à Paris-Roubaix.

Les néo-pros Magnus Sheffield et Ben Turner ont fait irruption sur la scène avec une série de courses époustouflantes, dont la victoire en solo de l'Américain à Brabantse Pijl et des places dans le top 10 pour le Britannique à cette course et à Dwars door Vlaanderen, ayant travaillé sans relâche pour ses coéquipiers.

Tom Pidcock est monté sur le podium de cette dernière course après un final mouvementé, tandis qu'en mars dernier, Jhonatan Narváez était sixième à l'E3 Harelbeke, aux côtés de Van Baarle dans le groupe de chasse. Le Néerlandais a ensuite pris la deuxième place au Tour des Flandres, avant que sa superbe course à Roubaix ne vienne compléter la meilleure campagne de printemps de l'équipe.

Ce succès ne ressemble pas non plus à un feu de paille, avec une foule de jeunes coureurs – Sheffield, Pidcock et Turner ont tous 22 ans ou moins, et Narváez et Filippo Ganna ont 25 ans – qui vivent tous leur première ou deuxième campagne classique. À 29 et 31 ans, Van Baarle et le vainqueur de l'Amstel Gold Race, Michał Kwiatkowski, ont également beaucoup de réserves. L'avenir des classiques de printemps est brillant chez Ineos Grenadiers, et le présent l'est aussi.

QuickStep-AlphaVinyl encore décevante sur Paris-Roubaix

Alors que des équipes comme Ineos Grenadiers, Jumbo-Visma et Intermarché-Wanty-Gobert peuvent se réjouir de leurs performances, il en va tout autrement pour QuickStep-AlphaVinyl, l'équipe traditionnelle des classiques.

Course après course, en mars et avril, l'équipe belge s'est retrouvée désemparée, frappée par la maladie, les chutes et la malchance sur son terrain de prédilection. Selon la façon dont on les compte, l'équipe a remporté 60 victoires sur les classiques pavées au cours de ses 20 ans d'existence, bien que le triomphe de Fabio Jakobsen à Kuurne-Brussel-Kuurne, fin février, ait été le seul titre d'une campagne 2022 éprouvante.

À l'approche des 10 derniers kilomètres de Roubaix, Yves Lampaert, dont le printemps a été gâché par la maladie, semblait prêt à monter sur le podium en faisant la course avec Matej Mohorič jusqu'à l'arrivée, dans la course derrière le futur vainqueur Dylan van Baarle.

Cependant, l'avant-dernier secteur de Willems, habituellement calme, avait d'autres plans pour le Belge, un coup final pour QuickStep juste au moment où une forme de salut des Classiques semblait se profiler. Après une collision avec un fan qui se penchait sur la route, Lampaert a traversé la route et s'est retrouvé au sol, ses chances de monter sur le podium ont été anéanties.

À lire aussi : Palmarès de Paris-Roubaix depuis 1896

Il a finalement franchi la ligne en 10ème position mais a déclaré après coup qu'il était dévasté par la façon dont sa course s'était terminée. “Perdre le podium de cette façon est dévastateur. Cela aurait été comme une victoire après un printemps aussi mauvais. Heureusement, je n'ai pas de fractures, mais nous sommes repartis les mains vides. “

Comme le patron de l'équipe Patrick Lefevere l'a rappelé à de multiples reprises ce printemps, l'équipe a toujours été une machine à gagner en 2022, accumulant 18 victoires jusqu'à présent. Ce printemps ruineux, cependant, perdurera, les frustrations ne pouvant être corrigées jusqu'à ce qu'ils touchent à nouveau les pavés l'année prochaine.

“Nous sommes encore une fois malchanceux”, a-t-il conclu. “Mais à Roubaix, chaque équipe pourra raconter la même histoire”.

Van Aert défie ses propres attentes après le retour de Covid

Lorsque Wout van Aert s'aligne au départ d'une course, peu de gens s'attendent à ce que le Belge ne fasse pas le spectacle et, le plus souvent, se batte pour la victoire, quel que soit le terrain. Avant Paris-Roubaix, cependant, il y avait une rare incertitude sur ce que la star de Jumbo-Visma serait capable de faire, après avoir été absent des courses pendant deux semaines suite à une infection Covid-19.

La ligne officielle de l'équipe était qu'il travaillerait pour ses coéquipiers Christophe Laporte et Mike Teunissen mais, le jour de la course, ces attentes se sont avérées être une fausse aube. Van Aert était de retour à son meilleur niveau dimanche, ou du moins à son meilleur niveau, en terminant à la deuxième place, son meilleur résultat en carrière, dans le vélodrome de Roubaix.

Il a cependant souffert de ses propres difficultés, comme presque tous les coureurs sur Paris-Roubaix, ayant été pris du mauvais côté de la première séparation par vent de travers avant de crever dans l'Arenberg juste après être revenu dans le peloton principal.

Après une nouvelle poursuite, son équipe a forcé une sélection décisive à 60 km du but, Van Aert subissant une deuxième crevaison avant d'attaquer avec Stefan Küng pour former le petit groupe qui allait se disputer les places sur le podium derrière Van Baarle.

Alors que toute deuxième place serait considérée comme une déception pour un coureur du calibre de Van Aert, il a déclaré plus tard qu'il était fier de terminer comme le meilleur des autres dans ce qui était une course de retour brutale. “Je ne suis absolument pas déçu d'arriver deuxième”, a-t-il déclaré plus tard. “C'est une grande surprise de se sentir aussi bien dans la course et en fait je suis juste heureux et fier. Je pense qu'aujourd'hui montre qu'après une maladie, je suis toujours capable de monter sur le podium. Je suis donc fier et cela me confirme que cela valait la peine de continuer à y croire.”

Van der Poel pas au mieux de sa forme

Le rival de carrière de Mathieu van der Poel, Wout van Aert, a peut-être été surpris et fier de terminer à la deuxième place au terme des 257 km sur les pavés, son premier jour de retour à la compétition après deux semaines d'absence.

Cependant, le Néerlandais aura quitté Roubaix avec un sentiment opposé sur sa propre course, ayant déclaré après avoir terminé neuvième qu'il “n'avait pas les jambes pour gagner aujourd'hui”.

Hormis ce premier écart dû au vent de travers, Van der Poel avait fait tous les bons mouvements tout au long de la course et avait évité les chutes et les crevaisons qui avaient frappé beaucoup de monde – y compris Van Aert. Mais lors du finale, l'homme désigné comme le favori de la course n'a pas participé au mouvement gagnant ou à l'attaque qui a décidé du reste du podium.

Ce n'était pourtant pas faute d'avoir essayé, Van der Poel ayant poursuivi et fait la jonction avec de multiples attaques et contre-attaques sur les 50 derniers kilomètres. Son printemps a commencé avec des questions sur son état de forme en avril, après une longue réhabilitation d'un problème de dos persistant, mais des titres à Dwars door Vlaanderen et au Tour des Flandres ont fait de sa saison classique un grand succès.

Sa course sur Paris-Roubaix n'est donc qu'un petit “si” dans le contexte du dernier mois de course. “Je n'avais pas les jambes que j'espérais”, a-t-il réfléchi après coup. “J'ai réagi à des attaques à plusieurs reprises et je n'avais pas l'intention de continuer à le faire. Je pense que j'ai continué à bien me battre, cependant. Le réalisme l'a emporté. Je suis très heureux de mon printemps, notamment de ma victoire dans De Ronde. Maintenant, je vais me reposer pendant quelques jours. “

Dernières publications

En haut