Cyclisme

Présentation : Tour du Pays Basque

Tour du Pays Basque

Un an après que Primož Roglič (Jumbo-Visma) ait réalisé l'un des succès les plus spectaculaires de la saison 2021 en battant Brandon McNulty et Tadej Pogačar (UAE Team Emirates) sur le Tour Pays Basque, le champion en titre sera le grand favori cette année pour une troisième victoire au classement général de l'épreuve basque.

En avril dernier, alors que Brandon McNulty semblait prêt à se battre pour le triomphe et que Pogačar, déjà vainqueur d'une étape, jouait le rôle de lieutenant de l'Américain, Roglič a lancé, le dernier jour, dans une descente apparemment inoffensive, une attaque bouleversant le classement général de l'épreuve. David Gaudu avait remporté l'étape ce jour-là.

Roglic sera le coureur à suivre comme l'affirme Izagirre en conférence de presse d'avant-couse : “En regardant la façon dont il a couru ici auparavant, ses deux victoires précédentes, son talent naturel et surtout la confiance et le calme avec lesquels il court, il va être le coureur à suivre. J'ai vu comment il a eu un mauvais moment à Paris-Nice le dernier jour. Mais même là, il n'a pas perdu le fil et il a finalement pu gagner. En tout cas, il craque très rarement. En plus de cela, il a une équipe de soutien très forte, soit pour travailler, soit pour déchirer la course comme ils l'ont fait l'année dernière.”

Ni Pogačar ni McNulty ne seront de retour pour une revanche basque ce printemps, même si Roglič aura à nouveau Vingegaard comme coéquipier, ainsi que le très talentueux Sepp Kuss. Mais si l'absence du double vainqueur du Tour de France augmente certainement le potentiel de Roglič à ajouter à sa collection de chapeaux basques que les vainqueurs d'Itzulia reçoivent toujours, il y a beaucoup d'autres rivaux et prétendants cette année qui pourraient bien donner du fil à retordre au Slovène. Le principal rival de Roglic pourrait être Remco Evenepoel (QuickStep-AlphaVinyl), surtout si son coéquipier Julian Alaphilippe, champion du monde en titre, participe lui aussi au Tour du Pays Basque, comme prévu.

“Lui et [le coéquipier de QuickStep-AlphaVinyl] Mauri Vansevenant s'entraînaient en altitude sur le Teide quand j'y étais aussi”, déclare Izagirre. “Il est vrai que Remco n'était pas en feu tout au long de Tirreno, mais je pense que les collines de l'Euskadi lui conviendront probablement mieux que les plus longues ascensions en Italie.” Il ajoute que l'une des victoires décisives d'Evenepoel, lors de la Clasica San Sebastian de Donostia il y a quelques années, a eu lieu au Pays basque. Mettez tout cela ensemble et “il est sûr d'être là-haut. C'est un vrai champion”.

Au-delà de Remco et Alaf', Adam Yates (Ineos Grenadiers), Pello Bilbao (Bahrain Victorious) et Enric Mas (Movistar) ont tous prospéré au Pays basque par le passé, tandis que Sergio Higuita (Bora-Hansgrohe) a récemment montré qu'il était en pleine forme en remportant la Volta a Catalunya. Son coéquipier allemand Emanuel Buchman est lui aussi un ancien vainqueur d'étape et de podium sur le Tour du Pays Basque.

En ce qui concerne les équipes qui pourraient sûrement s'attaquer à Jumbo-Visma en tant que force collective, outre Adam Yates, Ineos Grenadiers aligne Dani Martinez, Carlos Rodriguez et, enfin, l'ancien vainqueur du Tour de France Geraint Thomas, comme challengers potentiels.

En tant que coureur qui a terminé sur le podium à quatre reprises et qui a remporté la victoire au classement général il y a trois ans, Izagirre, récemment septième de Paris-Nice, est susceptible d'être un prétendant sûr également. “Je n'ai pas beaucoup couru cette année, juste Paris-Nice et Gran Camino, mais je suis en assez bonne forme et motivé, ma course à domicile est toujours extrêmement importante pour moi”, déclare Izagirre. “Je reviens du Teide, où j'ai fait deux semaines d'entraînement pour m'assurer que je suis aussi prêt que possible”.

Parcours du Tour du Pays Basque 2022

Tour du Pays Basque 2022

En observant de plus près, il est clair que le parcours 2022 de 882 kilomètres du Tour du Pays Basque ne manque pas de caractéristiques traditionnelles. Tout d'abord, il s'ouvre sur un contre-la-montre court et dur, comme la première étape de l'année dernière à Bilbao. Viennent ensuite quatre étapes très vallonnées, parsemées de pas moins de 17 côtes classées. Puis, comme toujours, l'arrivée finale au sommet du sanctuaire d'Arrate (après seulement six ascensions classées en 135 kilomètres) viendra clore la course.

La principale différence avec le parcours de l'année dernière est peut-être qu'il n'y a pas d'arrivée au sommet à mi-course pour donner un avant-goût d'Arrate et un premier tri important des prétendants au titre. En revanche, l'une des caractéristiques habituelles les plus attrayantes du Tour du Pays Basque, une pléthore de routes sinueuses et étroites avec de nombreuses montées et des descentes techniques pour étirer le peloton et toute équipe cherchant à contrôler la course jusqu'à ses limites, reste au menu.

“C'est une course très particulière”, explique Izagirre, “car même si les montées ne sont pas très longues, elles sont toujours délicates. Quand vous vous y attendez le moins, vous vous retrouvez soudainement sur une petite montée difficile ou une descente sinueuse. Le positionnement est crucial, tout le temps, et savoir ce qui vous attend sur le parcours de la course est toujours un énorme plus aussi.”

Même lors de la première journée, qui ne représente que 7,5 kilomètres contre la montre autour de la belle ville côtière de Hondarribia, le contre-la-montre comporte deux petites montées courtes mais percutantes. Et Izagirre prévient : “Il y a aussi un morceau de pavés vers la fin en passant par le centre ville. Tout compte fait, ce sera amusant à regarder”.

Sur les quatre étapes entre le contre-la-montre d'ouverture et l'étape d'Arrate, Izagirre reconnaît que les montées d'Opellara et d'Ozeka, lors de la troisième étape, sont des jours importants dans la course. C'est en partie parce que la montée d'Opellora a une pente moyenne de 13 pour cent en seulement 1,1 kilomètre et que ses revêtements sont, pour le moins, variables. Puis, quelques kilomètres plus loin, il y a une montée de deuxième catégorie, Ozeka, qui dure près de quatre kilomètres et tourne autour de 7,4 pour cent. Pour rendre la course encore plus intéressante, les organisateurs d'Itzulia ont décidé que le peloton passerait deux fois par les deux ascensions.

“Je n'y suis pas allé parce que j'étais à Paris-Nice, c'est loin de mes routes d'entraînement habituelles, mais mon frère [Gorka Izagirre – Movistar] est allé les voir et il dit qu'elles sont vraiment difficiles”, dit Izagirre. “Il est vrai que presque toutes les étapes sont assez courtes cette année, mais presque toutes ont aussi plus de 3 500 mètres de dénivelé positif. Donc, dans l'ensemble, cela va rendre la course très difficile.”

Les étapes 4 et 5 ont également leurs points d'intérêt, avec des montées courtes mais difficiles de première ou deuxième catégorie dans les 20 derniers kilomètres de chaque étape. Pour voir ce qui peut se passer lors de ces ascensions, il suffit de jeter un coup d'œil à la quatrième étape de l'Itzulia de l'année dernière, où McNulty s'est détaché du groupe de tête où il a soudainement pris la tête du classement général. (Izagirre a remporté l'étape d'un cheveu, ce jour-là, devant son compatriote Bilbao).

Mais dans la lutte au classement général, la véritable confrontation aura lieu lors de la dernière étape vers le Sanctuaire d'Arrate. Cependant sans être excessivement difficile, les huit kilomètres d'Arrate ne sont pas toujours aussi décisifs que prévu. Pour autant, à l'instar de La Redoute de Liège-Bastogne-Liège ou de Jaizkibel de Donostia San Sebastian Klasikoa, il est impossible d'imaginer le Tour du Pays Basque sans Arrate. Elle reste l'ascension la plus vénérée du Pays basque et, à ce titre, l'ingrédient presque irremplaçable qui compose le Tour du Pays Basque année après année. Ses pentes boisées, ses routes couvertes de graffitis et les doubles files de tifosi basques hurlants et enthousiastes qui mènent jusqu'à la petite église juste après son sommet représentent une barrière psychologique et physique que tout coureur désireux de remporter l'une des courses par étapes les plus difficiles du calendrier WorldTour doit invariablement franchir.

“Jusqu'à ce que vous arriviez au sommet de l'Arrate, vous ne pouvez jamais dire avec certitude que vous allez gagner”, déclare Izagirre. “Comme nous l'avons vu l'année dernière, peu importe la montée sur laquelle vous vous trouvez, tout peut arriver, la course peut exploser. Donc jusqu'au dernier moment sur Arrate, nous ne saurons pas. “

Mais si Roglič est bien l'homme à surveiller cette année, tout comme il l'était l'année dernière, il y a un grand changement. Alors que l'année dernière, il a fait plutôt chaud toute la semaine et que la pluie basque habituelle a attendu la dernière heure de la dernière étape pour apparaitre, cette fois-ci, un temps inhabituellement froid et humide s'abat actuellement sur toute l'Espagne et devrait persister la semaine prochaine.

 

Dernières publications

En haut