Ligue 1

Que vont apporter Lacazette et Tolisso à Lyon ?

Lacazette

Le succès de Lyon au cours de la dernière décennie a été basé sur l'une des académies de jeunes les plus productives du football – après le retour de deux de ses meilleurs diplômés, Alexandre Lacazette et Corentin Tolisso, l'avenir de l'OL sera également construit sur le talent local.

Après la déception d'avoir manqué le football européen la saison dernière avec une huitième place, le président du club Jean-Michel Aulas a appelé l'OL à “revenir à nos fondamentaux, à l'ADN de l'OL”, ajoutant : ” Nous voulons que l'ADN de l'académie des jeunes de Lyon soit le mot d'ordre de l'avenir.”

Comme souvent, Aulas a joint le geste à la parole en re-recrutant Tolisso et Lacazette. Les deux hommes reviennent dans le club où ils se sont fait connaître plus âgés – Tolisso aura 28 ans en août et Lacazette 31 ans en mai dernier – mais ils sont aussi beaucoup plus sages, et ont de précieuses leçons à transmettre à des joueurs plus récents du centre de formation devenus titulaires, comme Malo Gusto, Castello Lukeba et Rayan Cherki.

Rapporter la culture de la gagne

“J'ai plus de maturité, plus d'expérience. J'ai grandi avec une nouvelle culture, une nouvelle mentalité et je dois apporter cela à l'OL”, a déclaré Tolisso, qui a remporté cinq titres de Bundesliga, une Ligue des champions de l'UEFA et une Coupe du monde de la FIFA au cours de ses cinq années en tant que joueur du Bayern. “Je pense vraiment qu'il faut s'appuyer sur la mentalité du Bayern. À Lyon, nous avons toujours répondu présent contre les grandes équipes mais contre celles qui sont plus bas dans le classement, ce n'était pas toujours le cas. Au Bayern, quel que soit l'adversaire, la motivation était la même.”

Ce serait certainement une aubaine pour Lyon de résoudre ce qui est sans doute un problème de longue date, apparemment indépendamment de l'entraîneur et du personnel. S'ils avaient remporté leurs trois premiers matches la saison dernière – contre Brest, Angers et Clermont – au lieu de ne prendre que deux points, ils auraient terminé à la quatrième place. D'autres dérapages contre Bordeaux, Lorient et Metz, qui ont pris quatre points à Lyon la saison dernière, ont coûté au club sa qualification pour l'UEFA Champions League.

“Malgré l'absence de football européen, le projet était plus important que tout. Je me sentais nécessaire dans le vestiaire et sur le terrain dans ce projet donc c'était la meilleure décision”, c‘est ainsi que Lacazette a expliqué son retour après cinq ans à Arsenal, dont il a été le capitaine à plusieurs reprises la saison dernière. “J'ai progressé dans mes capacités de leader, j'ai acquis de l'expérience. J'ai dans un coin de ma tête le classement des meilleurs buteurs de l'histoire de l'OL, mais ce n'est pas la priorité. Je veux avant tout aider le club à retrouver les sommets du championnat.”

S'il ne fait aucun doute que dans le vestiaire, ils peuvent contribuer à développer le genre de mentalité gagnante que Lyon avait dans la première décennie du millénaire, lorsqu'ils ont remporté sept titres français successifs, les supporters lyonnais peuvent nourrir des doutes justifiés quant à l'impact que le duo pourrait avoir sur le terrain.

Des mentors de choix pour les jeunes

Lacazette, qui a inscrit 100 buts en championnat pour l'OL juste avant de rejoindre le nord de Londres, n'a trouvé le chemin des filets qu'à 54 reprises en 158 apparitions en première division pour Arsenal, et n'a inscrit que quatre buts en 30 matches de Premier League la saison dernière. Tolisso n'a participé qu'à 117 matches pendant ses cinq années de blessure au Bayern, et n'a débuté que 12 des 22 matches qu'il a disputés la saison dernière.

Mais imaginez l'avantage pour Bradley Barcola, 19 ans, et Cherki, 18 ans, d'être en mesure d'apprendre de Lacazette de comment se déplacer dans le dernier tiers du terrain, ou pour le nouveau venu Johann Lepenant, 19 ans, de parler avec Tolisso du jeu au milieu de terrain. Cela a sans doute fait partie de la réflexion du club en ramenant le duo au Groupama Stadium.

S'ils ne sont pas blessés, ils ont aussi encore les moyens d'apporter une contribution significative sur le terrain, et compléteront certainement la colonne vertébrale de l'OL lyonnais – cet ADN dont parlait Aulas – avec le gardien Anthony Lopes, Lukeba en défense, et Maxence Caqueret et Houssem Aouar au milieu de terrain. L'homme qui doit obtenir un accord de tous est Peter Bosz. Auparavant, Aulas avait également exigé “l'ADN de l'OL” de son entraîneur, en nommant des hommes tels que Rémi Garde et Hubert Fournier dont les CV portaient un lien antérieur avec le club. Il a depuis brisé le moule, mais attend toujours de Bosz qu'il fasse jouer son équipe à la manière lyonnaise.

“L'entraîneur doit aussi être le garant de nos valeurs de l'OL, nous devons l'aider dans cette mission”, a déclaré Aulas, qui a vu l'équipe de Bosz se mettre en marche avec six victoires et une défaite – certes dommageable contre Metz – lors des neuf derniers matchs de 2021/22. “Il faut lui permettre d'avoir des joueurs qui ont une attitude exemplaire et qui sont prêts à ouvrir la porte à ceux qui ne sont pas dans notre état d'esprit lyonnais.” Avec Tolisso et Lacazette, Bosz a désormais cette possibilité.

Alors, Lyon va-t-il entamer la nouvelle saison en fanfare ? Nous devrions savoir assez rapidement si la philosophie du “retour aux sources” fonctionne ou non, car le calendrier de la saison 2022/23 de la Ligue 1 Uber Eats prévoit des matchs contre les nouveaux promus Ajaccio et Auxerre, ainsi que contre Lorient et Troyes, en difficulté en 2021/22, parmi les cinq premiers matchs de l'équipe de Bosz.

Dernières publications

En haut