Ligue 1

Corentin Tolisso : 5 choses sur son retour à Lyon

Tolisso

Corentin Tolisso a rejoint l'Olympique Lyonnais en provenance du Bayern Munich. Milieu de terrain vainqueur de la Coupe du monde de la FIFA avec la France en 2018, que faut-il savoir de plus sur Coco ?

Lyon veut faire des affaires cet été, ayant déjà acquis Alexandre Lacazette d'Arsenal, ainsi que le prometteur milieu défensif Johann Lepenant du SM Caen, avec des huitièmes places successives qui ne sont pas dans l'habitude du club. Tolisso a une armoire à trophées étincelante – sa victoire en Coupe du monde avec la France est entrecoupée de cinq titres de Bundesliga et d'une Ligue des champions de l'UEFA – et les fans de l'OL sont à juste titre ravis de l'accueillir à nouveau chez eux.

Un pur Gones

Né le 3 août 1994 à Tarare, une commune située au nord-ouest de Lyon, dans une famille d'origine togolaise, Tolisso s'est mis au football dès son plus jeune âge. À 11 ans, il a marqué un triplé pour son équipe de jeunes, le Pays de l'Arbresle, contre Lyon, et deux ans plus tard, l'OL l'a recruté dans son académie de jeunes, où il était dans l'année en dessous de Samuel Umtiti et Nabil Fekir.

Il est passé du statut d'attaquant à celui de milieu de terrain tout en progressant dans les équipes de jeunes des Gones, avant de faire ses débuts chez les seniors lors d'une victoire 4-0 sur l'OGC Nice, une semaine après son 19e anniversaire. Les caméras ont peut-être manqué cette entrée en jeu tardive – Yoann Gourcuff avait inscrit le quatrième but de l'OL juste au moment où Tolisso entrait en jeu – mais on ne pouvait pas ignorer ses contributions ultérieures.

La saison suivante, Tolisso était un titulaire habituel, jouant tous les matchs de Ligue 1 Uber Eats, alors que Lyon terminait vice-champion de France derrière le Paris Saint-Germain en 2014/15, un classement qu'il a réitéré la saison suivante. Il a également été le capitaine de l'OL lors de sa première victoire au Derby du Rhône contre l'AS Saint-Étienne au nouveau Groupama Stadium et l'a aidé à atteindre les demi-finales de l'UEFA Europa League avant de partir pour le Bayern à l'été 2017.

Tolisso : Né pour jouer au Bayern ?

Tolisso a refusé un transfert à Naples l'été précédent son départ, mais lorsque le Bayern est venu frapper à la porte avec une indemnité de transfert qui était un record pour les deux clubs à l'époque, toutes les personnes impliquées ont convenu qu'il était préférable pour Tolisso de tenter quelque chose de nouveau.

Il fallait quelque chose de spécial pour séparer Tolisso de son premier club, mais le joueur avait aussi un faible pour les champions de Bundesliga depuis l'enfance, avec des photos de lui sur la plage dans un maillot du Bayern qui ont rapidement circulé sur les médias sociaux.

“Quand j'étais petit, c'était déjà un club qui représentait quelque chose pour moi”, a expliqué Tolisso au quotidien sportif français l'Equipe peu après le transfert. “Il y avait des joueurs français là-bas comme Willy Sagnol et Bixente Lizarazu, il y avait des grands noms”.

Tolisso : Un vainqueur de la Coupe du monde

Tolisso aurait pu représenter le Togo, pays natal de son père, et l'entraîneur des Éperviers de l'époque, Claude Le Roy, a publiquement courtisé le joueur lorsqu'il jouait encore pour l'équipe de France des moins de 21 ans en 2016. Mais Emmanuel Adebayor et ses coéquipiers ont finalement été déçus, et Tolisso a fait ses débuts en équipe de France contre l'Espagne en mars 2017.

Sa décision a été justifiée un peu plus d'un an plus tard, Tolisso étant une pierre angulaire de l'équipe de France qui a soulevé la deuxième Coupe du monde de son pays avec la victoire en Russie en 2018.

Tolisso a participé à cinq des sept matchs des Bleus, assistant au deuxième but d'Antoine Griezmann lors de la victoire 2-0 contre l'Uruguay en quart de finale, et a terminé la finale – une victoire 4-2 contre la Croatie – sur le terrain aux côtés de ses camarades de l'académie de Lyon, Umtiti et Fekir.

Un homme à tout faire, un maître dans certains domaines

La position préférée de Tolisso est le milieu de terrain central, et il est probable qu'il soit aligné aux côtés de Maxence Caqueret en tant que moitié d'un double pivot dans le système 4-2-3-1 préféré de Peter Bosz la saison prochaine – surtout avec Tanguy Ndombélé, deux fois joueur de Lyon, qui retourne à Tottenham Hotspur, son club d'origine – mais il est capable de remplir presque n'importe quelle fonction.

Attaquant dans sa jeunesse, Tolisso a fait ses premières armes à Lyon au poste d'arrière droit, en remplaçant Mouhamadou Dabo, blessé, en 2013. Auparavant arrière gauche de secours pour les moins de 21 ans de l'équipe de France, Tolisso s'est ensuite retrouvé aligné à droite d'un trio de tête pour les seniors lors de l'UEFA Euro 2020.

Milieu de terrain central au Bayern, Tolisso a conservé son sens du but d'attaquant. Il a peut-être été limité à moins de 20 matchs disputé comme titulaire lors de ses trois dernières saisons au Bayern après avoir subi des opérations à la cheville et au genou pendant son séjour en Allemagne, mais 21 buts et 15 passes décisives, soit un toutes les 174 minutes, ne sont pas à dédaigner.

Un (humble) leader par l'exemple

En plus de ses titres de champion du monde et d'Europe, Tolisso a inscrit quatre buts contre le PSG, deux contre l'Olympique de Marseille et a marqué dans le plus grand match d'Allemagne, le Klassiker entre le Bayern et le Borussia Dortmund. Sur le continent, il a également marqué contre la Juventus, Chelsea, l'Atletico Madrid et la Roma. Mais rien de tout cela ne lui est monté à la tête.

“Le respect, la politesse et la gentillesse, tout était présent chez ce garçon”, a révélé l'un des premiers entraîneurs de Tolisso. “Il n'était pas un leader, il ne faisait pas de bruit. Mais sur le terrain, tout le monde voulait être comme lui”.

Tolisso a été le joueur citoyen de l'année UNFP en 2019 pour son implication dans deux associations caritatives – Handicap Tous Mobilisés et Players For Society – et Lyon a retrouvé une belle influence sur et en dehors du terrain.

Dernières publications

En haut