Cyclisme

Quel pays remportera son premier Grand Tour ?

L'Australie, la Slovénie, le Canada ou encore l'Équateur sont rentrés dans le cercle très fermé des pays à avoir remporté un Grand Tour. On en dénombre aujourd'hui 20. Alors quel pays sera le prochain ? Le Portugal et la Norvège semblent être les prochains sur la liste. À moins qu'une nation surprise vienne tirer son épingle du jeu ? Analyse. 

Le Portugal : enfin ?

Le Portugal fait figure d'OVNI au sein de l'Europe de l'Ouest. Aucun de ses coureurs n'a remporté une épreuve de trois semaines. La légende Joaquim Agostinho a terminé deux fois deuxième du Tour de France (1978 et 1979) et deuxième de la Vuelta 1974. Le cyclisme lusitanien a longtemps cru en Rui Costa. Considéré comme un futur grand sur les Grands Tours, Rui Costa n'a jamais été en mesure de jouer la gagne sur trois semaines. Le champion du monde 2013 n'a jamais connu mieux qu'une anecdotique 18e place, c'était sur le Tour de France 2012.

Alors que Rui Costa est sur la fin de carrière, le cyclisme portugais a trouvé une nouvelle star et cette fois-ci il pourrait enfin être celui que tout un pays attend. À 23 ans Joao Almeida semble avoir toutes les cartes pour remporter un Grand Tour. Recrue du Team Emirates à l'intersaison, le coureur portugais arrive dans une équipe taillée pour jouer la gagne sur trois semaines ce qui n'était pas forcément le cas dans sa précédente formation. Le portugais n'a disputé que deux Grands Tours dans sa jeune carrière avec le Giro 2020 et 2021. Les résultats sont plutôt concluants avec une 4e place en 2020 et une 6e cette année. En 2020, il a même porté le maillot rose de leader durant 15 étapes avant de craquer en dernière semaine !

Le Lusitanien a acquis ses premières victoires de sa carrière cette saison en s'adjugeant le Tour de Pologne (et deux victoires d'étapes) et le Tour du Luxembourg (avec une étape). Très bon puncheur et rouleur, il semble avoir les qualités requises pour remporter un jour un Grand Tour. Il doit cependant encore progresser en haute montagne où il est encore loin du niveau requis.

Joao Almeida entouré de ses équipiers sur le Giro 2020

Joao Almeida entouré de ses équipiers sur le Giro 2020

La Norvège : rendez-vous à la fin de la décennie ?

La Norvège prochain pays nordique à remporter un Grand Tour ? Le pays de la légende Thor Huchovd compte deux anciens vainqueurs du Tour de l'Avenir dans ses rangs avec Tobias Foss et Tobias Halland Johannessen. Après une première saison d'adaptation au World Tour, Tobias Foss (Jumbo-Visma) a terminé 9e du Giro cette année. Encore souvent équipier au sein de sa formation néerlandaise, Foss devrait néanmoins avoir une carte à jouer en 2022. Quand à Johannessen, il évolue encore en continental mais ses excellents résultats en U23 laissent croire à un avenir radieux. Sur le court-terme, la Norvège ne devrait pas s'adjuger un Grand Tour mais d'ici la fin de la décennie tout porte à croire qu'un de ses coureurs sera en mesure de disputer la gagne d'une épreuve de trois semaines.

Tobias Foss sur le Giro 2021

Tobias Foss sur le Giro 2021

L'Afrique : Un déclin (déjà) amorcé ? 

Le cyclisme africain n'est qu'à ses débuts. Le Rwanda sera le premier pays africain à accueillir un championnat du monde en 2025. Sur le plan sportif, le continent sort d'une belle décennie avec Natnael Berhane, Merhawi Kudus et surtout Louis Meintjes. Le dernier cité était promis à un avenir radieux et pourquoi pas prétendre un jour à monter sur un podium d'un Grand Tour. 10e de la Vuelta 2015 et deux fois deuxième du Tour de France (2016 et 2017), le sud-africain est aujourd'hui redescendu dans l'anonymat le plus complet même s'il semble avoir un peu retrouvé son niveau cette année il est loin de ce qu'il était capable de faire en 2017.

Une nouvelle génération incarnée par Natnael Tesfatsion, Hailu Biniam Girmay commencent à éclore mais cette dernière semble moins talentueuses que la précédente. Peut-être que l'investissement massif du Rwanda dans le cyclisme permettra d'avoir un coureur africain capable de jouer les grands rôles sur trois semaines. Pour le moment, le cyclisme africain doit se contenter d'un rôle secondaire.

Louis Meintjes sur le Tour 2017

Louis Meintjes sur le Tour 2017

L'Europe de l'Est : qui après la Slovénie ? 

Le cyclisme slovène est à la mode avec les trois Vuelta de Primoz Roglic (2019, 2020 et 2021) et les deux Tour de France de Tadej Pogacar (2020 et 2021). Quel pays de l'Est sera le prochain à remporter son premier Grand Tour ? Le glorieux passé de la République tchèque et de la Slovaquie semble être qu'un souvenir lointain. 5e du Tour de France 2013, le tchèque Roman Kreuziger est aujourd'hui sur la fin de sa carrière à 35 ans. Il pourra certainement nourrir le regret d'être resté (trop) longtemps le lieutenant de luxe d'Alberto Contador. Le slovaque Peter Velits, deuxième de la Vuelta 2010 n'a jamais été capable de rééditer sa performance.

Longtemps on a cru à la Pologne avec Michal Kwiatowski et surtout Rafal Majka. Pour le premier et malgré une 11e place sur le Tour 2013, on a vite compris qu'il ne sera pas en mesure de jouer la gagne sur trois semaines. Pour le second, c'est un moins évident. Auteur de six top 10 au classement général sur les Grands Tours dont un podium sur la Vuelta 2015. Majka s'est finalement perdu quand on l'attendait (Tour 2017). Aujourd'hui, il faut se tourner vers la Hongrie pour voir un coureur peut-être capable de jouer les premiers rôles sur trois semaines avec Attila Valter (Groupama-FDJ). 14e du dernier Giro, le hongrois semble avoir encore une grosse marge de progression mais de là à le voir jouer un jour la gagner ? Pas si sûr …

Attila Valter sur le Giro 2021

Attila Valter sur le Giro 2021

Le reste du monde : le néant ? 

On pourrait penser que la Chine s'intéresserait de plus en plus au cyclisme mais pour le moment rien ne semble sortir de l'Empire du milieu. L'ancien vainqueur de la Grande Boucle, Bernard Hinault déclarait il y a quelques années : “Il y avait une opération en vue des Jeux de Pékin (2008) qui n'a pas abouti. La Chine ne voit pas en la bicyclette un outil de loisir. Ils n'ont pas encore cette vision-là. Le vélo est un outil de travail. Le jour où la Chine s'y mettra, avec un milliard et demi d'habitants, elle pourra te sortir 1000 athlètes d'un coup.” Pour le moment le cyclisme chinois se structure avec ses 11 équipes continentales.

Les autres pays asiatiques ne semblent pas être non plus intéressés par le cyclisme et même s'il existe une forte communauté cycliste en Indonésie on est encore loin du développement d'une structure professionnelle efficace. Investisseur majeur dans le cyclisme depuis une dizaine d'année, le Moyen-Orient se cantonne à un rôle d'organisateur et de financement du cyclisme. l'Amérique centrale et du sud se structure de plus en plus mais on est encore très loin d'avoir un coureur capable de gagner un GT exempté la Colombie et l'Équateur bien sûr. L'Argentine n'a pour le moment sorti que des sprinters (les frères Richeze et Haedo), assez étonnant pour un pays si montagneux. Quant à l'Océanie, la Nouvelle-Zélande est le seul pays capable de fournir des champions l'instar de George Bennett. Cependant pas sûr qu'elle puisse fournir un futur vainqueur de Grand Tour.

Bilan des Grands Tours par nations

1. Italie (85 Grands Tours)

2. France (51)

3. Espagne (48)

4. Belgique (32)

5. Royaume-Uni (11)

6. Suisse (10)

7. Luxembourg (7)

8. Colombie, Etats-Unis, Pays-Bas, Russie et Slovénie (5)

13. Allemagne (4)

14. Irlande (3)

15. Australie, Canada, Danemark, Équateur, Kazakhstan et Suède (1)

À lire aussi : Le Tour de Trump


Dernières publications

En haut