Coupe du monde

Qui est le capitaine Tsubasa, un héros pour les footballeurs espagnols ?

Tsubasa

Comment Tsubasa, un personnage de dessin animé japonais créé en 1981 est devenu un héros pour les footballeurs espagnols dans leur enfance.

Lorsqu'on leur demande de citer leurs joueurs préférés, les fans de football espagnols peuvent parler de leurs préjugés régionaux. Les Catalans pourraient dire Andrés Iniesta ou David Villa, et les Madrilènes, Iker Casillas ou Fernando Torres.

Les joueurs, cependant, vous diront peut-être que leur héros n'est pas un ancien joueur espagnol ni même une personne réelle. Il s'agit d'un garçon japonais fictif de 11 ans nommé Tsubasa. “Captain Tsubasa” (connu sous le nom de “Oliver y Benji”, “Olive et Tom”, “Supercampeones”, ou “Captain Majid” dans d'autres parties du monde), est une série manga publiée pour la première fois en 1981 par l'animateur japonais Yōichi Takahashi. La série raconte l'histoire d'Ozora Tsubasa (Oliver Atom) qui rêve de devenir un footballeur professionnel.

Son voyage commence sur le terrain de football d'une école primaire au Japon et l'emmène à São Paulo – la série est très populaire au Brésil – et à Barcelone avant la Coupe du monde.

La série télévisée animée a été lancée en 1983. Connue pour ses coups de pied irréalistes mais stupéfiants, et parfois longs d'un épisode à l'autre, la série s'est vendue à plus de 80 millions d'exemplaires dans le monde. Au fil des ans, elle a été transformée en 15 mangas sérialisés, près de 20 jeux vidéo, cinq séries télévisées et quatre films.

De nombreuses légendes du football espagnol – dont Iniesta, Torres, Villa – et d'autres du monde entier comme Lukas Podolski, Alessandro Del Piero et Alexis Sanchez, ont publiquement retracé leur amour du jeu en regardant Tsubasa quand ils étaient enfants.

“J'ai commencé à jouer au football à cause de ça… J'adorais le dessin animé. Je voulais être Oliver”, a déclaré Torres par le passé. Torres et Villa, après avoir brillé pendant des années en Europe, ont d'ailleurs terminé leur carrière au Japon.

Podolski a fait un passage au club japonais Vissel Kobe. “Le capitaine Tsubasa a toujours été l'une de mes plus grandes inspirations depuis que je suis enfant. C'est un honneur de soutenir le manga de football japonais et cette culture unique”, a déclaré Podolski. Aujourd'hui, Iniesta est le capitaine du Vissel Kobe.

Un modèle pour les joueurs espagnols

Alors comment un personnage de bande dessinée pour enfants, issu d'un Japon indifférent au football dans les années 1980, est-il devenu l'inspiration de futures stars dans une Espagne déjà folle de football ? Le Japon et l'Espagne ont des poids très différents sur la scène footballistique mondiale.

Alors que le Japon s'est hissé au rang de pays régulièrement qualifié pour la Coupe du monde masculine au cours des deux dernières décennies – son équipe féminine a été championne du monde en 2011 -, l'Espagne est une puissance qui a remporté la compétition en 2010, ainsi que l'Euro en 2008 et 2012.

Le football a été introduit dans les deux pays en même temps, dans les années 1870. Au Japon, un officier de la Royal Navy britannique nommé Archibald Lucius Douglas a enseigné ce sport à ses élèves alors qu'il travaillait à l'Académie de la marine japonaise à Tokyo.

En Espagne, le football a été popularisé par les travailleurs migrants du Royaume-Uni et les étudiants espagnols qui avaient appris à jouer lors d'un échange au Royaume-Uni.

Le Japon a accueilli son premier match officiel en 1888, tandis que celui de l'Espagne a eu lieu deux ans plus tard. Mais à l'approche des Jeux olympiques de 1920 à Anvers, en Belgique, l'Espagne a décidé de constituer sa première équipe nationale, tandis que le Japon a attendu une décennie plus tard et la trajectoire du football dans les deux pays a commencé à dévier.

À la fin des années 1970, ils se trouvaient à des niveaux complètement différents. Le Japon n'avait pas réussi à se qualifier pour la Coupe du monde depuis la création de l'équipe en 1930, tandis que l'Espagne s'était qualifiée quatre fois, dont une quatrième place en 1950.

L'inspiration de Takahashi

Inspiré par le visionnage de la Coupe du monde 1978 en Argentine à la télévision, l'animateur japonais Takahashi a décidé qu'il voulait que cela change.

“Je trouvais le football très intéressant et je voulais le voir devenir un sport populaire au Japon. Je voulais que l'équipe nationale de football devienne plus forte. Dans ce sens, j'ai écrit ce livre pour le public japonais, en expliquant le football plus en détail”, a déclaré Takahashi dans une interview pour un média japonais.

Il a commencé à créer les personnages qui allaient devenir le capitaine Tsubasa, ses amis et leurs adversaires. Donner vie au football dans un pays où il existe depuis une centaine d'années mais n'a pas encore trouvé sa place n'est pas une tâche facile.

“Le football n'était pas très populaire au Japon. Mais dans le reste du monde, il a déjà pris racine, et les gens sont exposés à la culture du football depuis leur plus jeune âge”, ajoute Takahashi.

Il était loin de se douter que son travail allait inspirer non seulement les enfants japonais, mais aussi toute une nouvelle génération de joueurs en Espagne. Jusqu'en 1983, le gouvernement espagnol n'avait exploité que deux chaînes de télévision centrales. En 1990, trois chaînes commerciales ont été lancées.

L'une d'entre elles est Tele5 qui, après avoir vu le succès de Captain Tsubasa au Japon, décide d'amener l'émission en Espagne. Captain Tsubasa a été rebaptisé “Oliver y Benji” et est apparu pour la première fois à la télévision espagnole plus tard cette année-là.

Didier Montes, un professionnel de la communication sportive qui a créé un fil Twitter viral sur Captain Tsubasa, a déclaré que la décision du directeur de Tele5, Antonio Pusueco, a été la clé du succès de l'émission. “Habituellement, les dessins animés passaient à la télévision le matin le week-end ou après l'école. Mais il a pensé au moment où les enfants seraient à la maison et a décidé de prendre le risque de diffuser Tsubasa juste avant le dîner, en concurrence avec les informations”, a déclaré Montes à Al Jazeera.

L'expérience a été un succès. Un article paru en 1990 dans El Pais indique que le taux d'écoute atteint 26,3 % de l'audience nationale après seulement deux mois.

“Quand nous étions enfants, si vous ne regardiez pas Tsubasa la veille au soir, vous ne pouviez pas jouer avec nous à l'école le lendemain. Vous n'étiez pas au courant du dernier nouveau plan que Tsubasa avait réalisé“, a déclaré Montes.

Des années plus tard, certains de ces enfants sont devenus les meilleurs footballeurs du monde et parlent souvent du rôle du capitaine Tsubasa dans leur amour pour le beau jeu.

Villa, Iniesta, Podolski … une fin de carrière au Japon

Iniesta, capitaine du Vissel Kobe, était l'invité d'honneur de l'inauguration d'une gare sur le thème de Tsubasa à Tokyo. “Je me souviens des styles de jeu uniques des personnages, et je suis heureux de jouer au Japon, où l'anime a été réalisé”, a-t-il déclaré par le passé. Jusqu'en 2020, Villa a également joué pour la même équipe.

Luca Caioli, journaliste sportif et auteur de Torres, une biographie sur l'ancien attaquant espagnol, a déclaré que le spectacle était important pour “El Niño” dès son plus jeune âge. “Tous ses amis à qui j'ai parlé se souviennent du jingle [de Captain Tsubasa] et peuvent le chanter. Quand on a cinq ou six ans, on a besoin d'un héros, et quand on en a un, on le suit”, a déclaré Caioli à Al Jazeera.

Des années plus tard, connaissant la dévotion de Torres pour la série, le président de Sagan Tosu (une équipe J1) est venu à Madrid pour le rencontrer alors que l'attaquant était à l'Atletico Madrid.

Lors de leur rencontre, il a offert à l'Espagnol un dessin du capitaine Tsubasa aux côtés d'une version animée de Torres, signé par Takahashi lui-même. Torres a fini sa carrière à Sagan Tosu.

Captain Tsubasa continue d'inspirer les Espagnols, même ceux qui n'ont pas grandi en regardant la série lors de sa diffusion initiale à la télévision.

Selon Takahashi, la popularité de l'émission peut être en partie attribuée à la prévalence des rediffusions. “Elle a été diffusée plus souvent à l'étranger qu'au Japon, donc je pense que les joueurs de la génération Iniesta, ainsi que les membres de la génération actuelle, ont été influencés par l'animation lorsqu'ils étaient enfants. J'ai entendu dire que lorsque la Coupe du monde ou l'Euro commence, Captain Tsubasa est rediffusé en Europe, donc je pense que cette exposition cyclique a été cruciale pour sa popularité”, a-t-il déclaré à Al Jazeera.

Mauro Bravo, un Espagnol de 22 ans qui joue aux États-Unis dans l'équipe d'Orlando City, en Major League Soccer, s'est fait tatouer sur la cuisse une représentation de Tsubasa en train d'exécuter l'un de ses coups de pied retournés, farfelus et emblématiques. “Ma famille m'a appris à aimer le football, mais c'est [Captain Tsubasa] qui m'a rendu passionné par ce sport.”

Pour les joueurs de sa génération, il est encore très courant d'avoir regardé la série en grandissant, a déclaré Bravo. Son attachement à la série n'est pas seulement dû à son amour du sport, mais aussi à ce qu'il a appris en la regardant.

“Il vous enseigne des leçons précieuses pour la vie, comme l'esprit sportif, le dévouement et la façon d'être un bon coéquipier.” Kylian Mbappe, star de la génération Z et vainqueur de la Coupe du monde en France, porte des produits dérivés du Captain Tsubasa et a récemment rencontré Takahashi après avoir été inscrit dans une nouvelle itération du manga.

Plus tôt cette année, Mbappe a même publié son autobiographie sous forme de roman graphique.

En 2018, la première saison de l'émission a été rebootée, en utilisant un design d'anime moderne, à l'approche de la Coupe du monde de Russie. Une recherche de base sur TikTok montre plus de 458 millions de vues de contenus liés à Tsubasa. Sur YouTube, la vidéo la plus regardée concernant Tsubasa compte plus de 14 millions de vues.

L'influence de Captain Tsubasa sur la culture du divertissement footballistique reste inégalée. Selon le journaliste Caioli, la seule chose qui s'en rapproche – mais qui arrive loin derrière – est le film de football Bend It Like Beckham (2002), qui a fait des merveilles pour la promotion du football féminin.

Le 1er décembre, le Japon et l'Espagne s'affronteront dans le groupe E de la Coupe du monde au Qatar, la première fois que les deux équipes se rencontrent en compétition.

“Nous sommes les derniers [de notre groupe] à jouer contre l'Espagne. J'espère que nous ferons match nul et que nous passerons au prochain tour ensemble”, a déclaré Takahashi. “Je pense que l'Espagne est meilleure que nous en termes de capacités, mais le football est un sport où tout peut arriver, donc je pense qu'il est possible pour nous de gagner.”

 


Dernières publications

En haut