Espagne

Real Sociedad, le tube de la rentrée

Sensation de ce début de saison en Liga, la Real Sociedad pointe en tête du championnat espagnol après 9 journées (en attendant les deux matchs en retard de l’Atlético Madrid). Si l’effectif est jeune et ambitieux, le club basque ne s’attendait pas pour autant à figurer tout en haut du classement. Anomalie heureuse ou montée en puissance d’un club habitué à jouer les places européennes ? Un peu des deux.

AU REVOIR ØDEGAARD, BONJOUR SILVA

La saison 2019-2020 achevée à une amère 6e place, synonyme tout de même d’Europa League, c’est peu dire que le club de San Sebastián débute le nouvel exercice tambour battant. Avec 20 points au compteur (6 victoires, 2 nuls et une défaite) pour 20 buts marqués (meilleure attaque du championnat) et seulement 4 encaissés, les Blancos y Azules de la Real caracolent en tête du championnat espagnol et restent sur 5 victoires consécutives. Pourtant, pas grand monde n’aurait pu prévoir ce démarrage canon. Une 4e place et un ticket en Ligue des Champions envolés après une fin de saison dernière cataclysmique (seulement deux victoires lors des 11 derniers matchs après le restart, pour 4 nuls et 5 défaites), puis le départ de son maître à jouer Martin Ødegaard (de retour au Real Madrid après son prêt d’un an) ont laissé les supporters d’Anoeta dans l’expectative.

Seulement voilà, un rayon de soleil vient éclaircir un horizon jusqu’alors nuageux à San Sebastián. Fin août, les dirigeants basques réussissent à convaincre David Silva, légende de la selección espagnole et en fin de contrat à City, d’un retour au Pays-Basque [1] pour y apporter sa vista et son expérience à un effectif encore jeune (25 ans de moyenne d’âge). Trop juste physiquement, il est absent à Valladolid pour l’ouverture de la saison (0-0), et entre en jeu en seconde mi-temps dans le choc face au Real Madrid (0-0 là-aussi). Depuis, l’ancien Cityzen a débuté toutes les rencontres des Txuri Urdin en championnat, pour un bilan sans équivoque: 6 victoires contre 1 seule défaite. Le départ en fin de mercato de son défenseur central Diego Llorente à Leeds, pour 20 millions d’euros, ne s’est pour l’instant pas fait ressentir, lui qui ne jouait déjà plus beaucoup depuis la préparation estivale.

ATTAQUE DE FEU ET DÉFENSE DE FER

Disposés en 4-1-4-1 modulable en 4-3-3, les hommes d’Imanol Alguacil Barrenetxea, coach de l’équipe première depuis 2018 et ancien entraineur des jeunes puis de la réserve, usent de jeu court et de dédoublement de passes, dans le pur style espagnol des années 2010. Et l’arrivée du milieu international espagnol aux 125 sélection ne saurait expliquer à elle seule la bonne forme du club basque. Si son apport au jeu est indéniable, ses statistiques n’ont rien de phénoménales, avec 1 but inscrit et deux passes décisives. Pour remédier à cela, la Real peut compter sur le meilleur buteur de Liga actuellement: son joyau formé au club Mikel Oyarzabal, capitaine et auteur de 6 buts (dont 4 sur pénalty, certes) et 2 offrandes en championnat. Positionné à gauche de la ligne offensive, le véloce attaquant de 23 ans fait parler sa vitesse d’exécution et sa qualité d’appel pour mettre à mal les défenses adverses. Son pendant droit, Portu, petit mais solide gabarit (1,67m pour 70 kg), à l’explosivité détonante, est à deux unités de son coéquipier.

Très souvent associé à David Silva dans l’axe, le polyvalent et néo-international espagnol Mikel Merino, 24 ans, ne cesse de s’affirmer après des débuts compliqués à son arrivé du Borussia Dortmund en 2018. En pointe, William Jose a pour le moment délogé le jeune Suédois Alexander Isak (21 ans), dont la concurrence pourrait créer une jolie émulation. Blessé en début de saison, le milieu récupérateur Martin Zubimendi, 21 ans lui aussi et formé à la Cantera, a repris sa place dans le onze titulaire et est lui aussi est un homme fort du début de saison de la Donostia. Derrière, Elustondo , replacé dans l’axe après le départ de Llorente, et le Français Robin Le Normand (24 ans) forment une des charnières les plus solides de Liga. Enfin, dans les cages, Álex Remiro et ses 5 clean-sheets remplit à merveille son rôle de dernier rempart au sein de la deuxième meilleur défense du championnat (4 buts encaissés, derrière celle de l’Atlético et ses 2 pions concédés).

SURPERFORMANCE ET CALENDRIER CHARGÉ

En revanche, quand on se penche plus précisément sur les chiffres, on remarque que la Real surperforme légèrement. En effet, les expected goals (xG) et les expected goals encaissés (xGA), chiffres qui attribuent le nombre théorique de buts marqués (xG) et encaissés (xGA) d’une équipe en fonction de la dangerosité des tirs effectués ou subits sont assez révélateurs. Ainsi, les joueurs basques ont inscrit environ 4 buts de plus qu’attendu (20, pour 16,57 xG), et encaissé presque 4 buts de moins qu’attendu (4, pour 7,82 xGA). Cela se répercute sur un nombre d’expected points (xPTS) qui se chiffre à 17,66, inférieur donc aux 20 points que possèdent actuellement les hommes d’Imano Alguacil. Toutefois, à ce classement des expected points, le club basque figure une nouvelle fois à la première place du championnat. Et bien entendu, la qualité individuelle des joueurs peut expliquer ces écarts. Cependant, pas sûr que les joueurs de San Sebastián puissent performer à ce rythme toute une saison, avec une Ligue Europa plus énergivore que jamais, calendrier resserré oblige. Une compétition dans laquelle les Txuri Urdin sont bien partis pour se qualifier, avec 6 points en trois journées (victoires face aux Croates de Rijeka 1-0 et face aux Hollandais de l’AZ Alkmaar sur le même score, et une défaite contre Naples, 1-0).

 

Ainsi, si les départs cumulés de Ødegaard et Llorente n’ont pas eu l’impact redouté sur le club basque, ce dernier le doit principalement à un effectif talentueux en constante progression et à l’arrivée de David Silva, véritable leader technique de cette équipe. Pour autant, la gestion d’un calendrier infernal sera primordiale. Début de réponse au sortir de la trêve internationale, le 22 novembre à Cadix. Sans Le Normand, suspendu, ni son latéral droit, Gorosabel, blessé. 1er tournant de la saison pour la Real Sociedad ?

[1] Il a joué la saison 2004-2005 à Eibar, prêté par Valence.

Crédits photo: La Vanguardía

Crédits xG, xGA, xPTS: Understat

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
facilisis in efficitur. ut dapibus pulvinar