Ref’Mate : la première startup dédiée aux règles du jeu et à l’arbitrage !

0
Ligue 1

Protagoniste tout aussi important que les sportifs dans une discipline, l’arbitre peut parfois être la cible de critiques suite à des décisions jugées contestables de sa part. Alors que le basket, le rugby ou encore le handball sont des pratiques aux règles si techniques qu’elles peuvent parfois les rendre difficiles à comprendre aux yeux du grand public, une nouvelle startup, du nom de “Ref’Mate”, arrive sur le devant de la scène. Avec l’ambition de s’affirmer comme un acteur influent du monde du sport, cette dernière vise notamment à développer la formation de jeunes arbitres, dans un avenir proche. Décryptage.

 

Ref’Mate, c’est quoi ?

Le projet voit le jour en 2017, lorsqu’une première application pour le basketball est développée, dans le but de proposer aux arbitres des contenus pour réviser précisément leurs gammes. Ref’mate devient ainsi le premier robot conversationnel (chatbot) muni d’intelligence artificielle à parler d’arbitrage dans le monde. Fort de son succès, le concept s’étend par la suite au rugby, depuis cette année.

En proposant un système de questions/réponses sur ses plateformes, avec également des quiz pour s’exercer et/ou défier ses amis, Ref’Mate souhaite devenir un acteur majeur du sport en permettant à tous les pratiquants d’une discipline sportive de mieux l’appréhender, pour ensuite mieux la pratiquer.

Grâce à des principes de correction automatique et d'”helpmate” (qui permet à l’utilisateur d’avoir des réponses à ses questions même les plus spécifiques), chaque usager peut mieux comprendre ses erreurs et ainsi mieux intégrer les subtilités des règles du jeu. Par exemple, en ce qui concerne le basket, il peut retrouver un maximum de règles issues du règlement FIBA (la fédération internationale de basket-ball) souvent mises à jour, afin que l’outil réponde et corresponde aux évolutions réglementaires.

 

Des ambitions à long terme

Cyclisme, football, handball, judo, natation, badminton, athlétisme… autant de sports sur lesquels la startup souhaite désormais se pencher, d’ici les Jeux Olympiques 2024 qui se dérouleront à Paris (41 sports olympiques concernés au total).

En s’appuyant notamment sur la captation de nouveaux arbitres grâce à une mécanique digitalisée et des formations (en ligne et sur le terrain) diplômantes, reconnues et soutenues par les fédérations et certaines instances arbitrales (comme le Centre National de l’Arbitrage et du Bénévolat), Ref’Mate veut devenir une référence dans son domaine, et appliquer son concept à l’ensemble des sports existants dans le monde. La personnalisation de ses contenus propre à chaque individu, et les supports utilisés pour les mettre en exergue (qui sont en parfaite adéquation avec la période numérique dans laquelle nous vivons aujourd’hui) permettront probablement d’y contribuer, en proposant au public des outils adaptés à leur époque, mais aussi et surtout à leurs envies.

Les objectifs majeurs restent de former de nouveaux arbitres et de les responsabiliser, afin de tendre vers une nouvelle génération respectueuse des règles et des acteurs d’un sport, et de pourquoi pas même faire naître une vocation arbitrale chez les jeunes pratiquants. À long terme, Ref’Mate souhaite donc devenir un partenaire des fédérations sportives, en rendant le sport accessible et compréhensible à tous, ainsi qu’une place de marché ouverte aux acteurs du sport (de l’amateur à l’arbitre professionnel).

 

Ils nous en parle

Respectivement arbitre international FIBA et joueur d’Orléans Loiret Basket, Maxime Boubert et Gary Florimont ont accepté de se livrer à nous, pour nous faire part de leur ressenti sur ce projet, sur leur vision de la relation joueurs/arbitres, et sur les apports potentiels d’un concept comme celui-ci sur le développement des axes en question.

  • Bonjour. Comment définiriez-vous votre relation globale, votre proximité avec les joueurs/arbitres (conflictuelle, cordiale, constructive) ? 
Maxime Boubert (arbitre) : Cette question est très intéressante car je ne cherche pas à avoir de la proximité avec les joueurs. Le basket reste un jeu et notre activité a pour but de réguler la partie. Mon objectif sur le terrain est de faire en sorte que tout se passe bien en posant par moment des limites de cette relation acteurs/arbitres, qui va nous permettre à tous d’être le plus performant possible. Je différencie beaucoup la relation en dehors du terrain & celle pendant de la rencontre… Mais vous pouvez demander à Gary, je lui partage avec plaisir les situations où nous avons eu raison sur la rencontre avec les collègues… quand on se trompe, j’ai souvent des problèmes de réseau !
Gary Florimont (joueur) : Dans l’ensemble je dirais que la relation est cordiale et constructive avec la majorité. Certains arbitres sont plus avenants et cela devient vraiment plaisant surtout que nous nous croisons souvent. D’autres sont plus réservés et professionnels dans leurs échanges.
  • Que pensez-vous d’un concept comme celui de Ref’mate ?
M.B. : Ref’ Mate répond à des attentes désormais de contenu numérique & interactif.
Tout le monde peut se former mais également découvrir des vidéos QCM etc.. Je suis très fier de participer à cette aventure.
G.F. : Je pense que le principe de Ref’mate est intéressant surtout dans l’exposition des arbitres car il est vrai que nous nous croisons et côtoyons mais nous ne les connaissons pas vraiment. Avoir un outil comme Ref’mate pourrait effectivement servir de plateforme d’explication sur de nouvelles règles etc.
  • Est-ce que parfois, un outil comme celui-ci peut à vous aussi vous servir pour revoir certaines règles qui pourraient ne pas être très claires ?
M.B. : Oui, cet outil aide à clarifier certaines règles. Mais attention toutefois, l’activité d’arbitre implique forcément des erreurs et le contenu utilisé doit être pris avec du recul. Je dis bravo aux arbitres qui partagent leurs vidéos afin que chaque acteur puisse se former grâce à celles-ci.
Entretien avec Maxime Boubert, arbitre international FIBA - Tous Arbitres
Crédit photo : Tous Arbitres
  • Comment pensez-vous et souhaitez vous que les relations entre les joueurs et les arbitres, et la considération pour ces derniers, évoluent dans le futur ?
M.B. : Je suis très optimiste. Je reste persuadé que les relations ne peuvent pas se créer lors d’une rencontre, 4 fois 10 minutes avec l’intensité, la pression et surtout l’enjeu ce n’est pas possible. En revanche, partager en dehors et exposer des points vues aident à construire celles-ci positivement. Les conflits sont parfois inévitables, mais avec le recul et la compréhension des rôles de chacun, la finalité ne peut être que positive. Je ne connais pas un seul arbitre qui fait exprès de se tromper pour faire perdre une équipe ou donner une faute à un joueur juste par plaisir. Le basket reste un sport.. un jeu. Il est toujours possible de trouver des issues positives pour faire en sorte que chacun d’entre nous s’épanouissent lors de chaque rencontre.
G.F. : Dans le futur, j’aimerais que les arbitres soient vu comme des acteurs de ce sport et non comme des « gendarmes » . Après, certains sont déjà dans cette démarche et prennent le temps d’échanger avant et après les matchs et cela est très agréable et aide à mieux accepter certaines décisions.

Retrouvez Ref’Mate sur son site internet dédié et sur Facebook.

 

Crédit photo de l’image en Une : Ref’Mate

 

Grégoire Allain

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here