En équipe

Rétro Top 14 : le LOU rate de peu les phases finales

Après une saison 2019-2020 avortée, le Top 14 est revenu cette année avec son lot de suspenses et de spectacles. La saison terminée, la rédaction de We Sport vous propose de revenir sur les performances des quatorze clubs qui composent le championnat. Ce samedi, focus sur le Lyon olympique universitaire, 9e du classement, qui loupe le coche de peu.

 

  • Classement en Top 14 : 9e avec 65 points -> 14 victoires, 1 nul, 11 défaites.
  • Parcours en Champions Cup : élimination en 8es par Exeter Chiefs (47-25).

 

L’effet rétro : beaucoup d’inconstances pour les Lyonnais

2e lors de l’exercice 2019-2020, suite à l’arrêt de la saison, le LOU était l’un des clubs attendus au tournant cette saison.

  • Des premières semaines folles

2 défaites, 1 nul et 1 victoire, c’est le bilan après 4 journées de championnat pour les Lyonnais. Défait par le Racing (23-27) puis par Toulon (36-14), Lyon a su se reprendre contre l’UBB (27-10), bien aidé par une solide défense dans le deuxième acte. Le LOU va ensuite venir se heurter sur la Section paloise (29-29) avant que les semaines suivantes soient à l’opposé des premières.

En effet, les hommes de Pierre Mignoni vont enchaîner cinq victoires de suite et contre de sérieuses équipes : Toulouse ou encore La Rochelle. La première victoire de cette belle série est celle contre l’Aviron bayonnais (62-10), qui a permis aux Lyonnais de dérouler leur jeu avec 10 essais inscrits dont 3 de Tuisova. Bayonne n’a rien pu faire malgré de nombreuses erreurs de main du LOU. Toulouse fut battu moins sévèrement (7-16) et encore une fois, le LOU était très indiscipliné mais compensa avec une belle défense. Les victoires contre Agen (16-19) et le Stade français (20-19) se sont jouées à peu de choses. La victoire contre La Rochelle (22-18) est obtenue au forceps dans une bataille d’avants que le LOU a remporté.

  • Une deuxième moitié de saison plus irrégulière

C’est là que le bât blesse pour le LOU. Après leur défaite à Brive (12-8), les hommes de Mignoni vont alterner bon et moins bon : défaites contre Castres (14-15) et Bordeaux (31-9), deux victoires contre Montpellier (24-20 et 21-16) et Toulouse (31-23), Lyon peine à enchainer aussi bien qu’en début de saison et les points se font rares, ce qui les ralentit dans la course aux phases finales. Surtout, les coéquipiers de Jonathan Wisniewski laissent des points en route contre des concurrents directs comme La Rochelle (38-23) ou Castres (37-29).

 

Le tournant de la saison

C’est sans conteste la 22e journée de championnat qui a tout changé pour le LOU. Du fait de la pandémie de Covid-19, de nombreux matchs ont été décalés et rejoués à des dates ultérieures. Au soir de cette 22e journée (le 24 avril), Lyon vient tout juste de battre Clermont (41-30) et est 5e avec 56 points. Mais, une fois que tous les matchs ont été rattrapés, soit le 25 mai, date du dernier match opposant l’UBB à Montpellier (57-9), le LOU se retrouve 9e avec 56 points. Incapables d’inverser la tendance, les Lyonnais ne quitteront plus cette place jusqu’à la fin de la saison.

 

Le joueur de la saison : Josua Tuisova

De nombreux joueurs pouvaient prétendre à ce titre : Colby Fainga’a, Thibaut Regard, Charlie Ngatai, Baptiste Couilloud ou encore Jonathan Wisniewski. Mais, c’était sans compter sur le monstre fidjien Josua Tuisova. Meilleur marqueur cette saison avec 14 essais, devant Matthis Lebel (Stade toulousain, 13 essais) et son grand frère, Filipo Nakosi (Castres olympique, 11 essais), il a de nouveau démontré toutes ses qualités de jeu couplées à son physique hors norme (113 kg pour 1m80). Puissant, rapide, agile et dévastateur, Tuisova est une arme redoutable et redoutée par de nombreuses défenses du championnat.

Afficher l’image source

Crédit photo : Yahoo

 

Les tops :

  • La base arrière

C’est l’une des clés de la réussite lyonnaise cette saison. Les postes de 9 à 15 sont les plus complets. La charnière Couilloud – Wisniewski a fait ses preuves tout au long de la saison. Que ce soit Regard, Barassi ou Ngatai au centre, l’efficacité a été au rendez-vous. Tuisova et Nakaitaci sont deux ailiers complémentaires, en plus de Rémi Grosso. Et enfin, Toby Arnold n’a plus besoin de faire ses preuves à l’arrière.

  • La défense

Cette dernière fut très importante pour Lyon, notamment dans les gros rendez-vous. La défense est un travail collectif côté lyonnais, tout le monde s’y met, va dans les rucks, gratte et récupère de précieux ballons dans les moments importants.

 

Les flops :

  • La discipline

Le LOU n’est pas l’une des équipes les plus sanctionnées cette saison, mais elle a souvent commis de nombreuses fautes bêtes qui lui ont coûtées pas mal de points. Combien de fautes de main ont été commises, de hors-jeu, de plaqueurs qui ne sortent pas des rucks ? C’est un point sur lequel Lyon doit travailler et doit être plus rigoureux la saison prochaine s’ils veulent continuer de progresser.

  • La Coupe d’Europe

L’avantage d’être éliminé tôt dans une compétition, c’est que l’on peut se concentrer sur une autre. C’est ce qu’ont dû se dire les dirigeants lyonnais. Après deux victoires en phase de poules contre Gloucester (55-10) et les Glasgow Warriors (0-28), le LOU avait fini 1er de son groupe. Et puis Exeter est passé par là et a balayé d’un revers de main les espoirs du club rhodanien (47-25).

 

Perspectives d’avenir

Pour la saison prochaine, le LOU enregistre l’arrivée de 7 joueurs pour le moment, comme Romain et Sébastien Taofifenua (2e ligne et pilier) ou encore Guillaume Marchand. Des renforts de poids venus pallier les départs de 8 joueurs tels que Clément Ric, Jonathan Wisniewski ou encore Rémi Grosso. Le LOU se renforce pour préparer sa saison 2021-2022, et repartira évidemment avec l’objectif des phases finales en tête.

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire