Rugby

Rugby : Caleb Clarke, le nouveau Jonah Lomu ?

Cinq ans après la disparition d’une légende du rugby néo-zélandais, une nouvelle pépite a fait son apparition sur la planète du ballon ovale. Son nom : Caleb Clarke. A seulement 21 ans, le jeune ailier impressionne déjà, mais peut-il être le digne successeur de Lomu ?

 

Des points de comparaisons évidents

Tout comme son prédécesseur, Clarke possède des qualités physiques plus qu’impressionnantes : 1m89 pour 107 kg, voilà de quoi inquiéter les défenses adverses. Son physique couplé à ses qualités d’accélération le rende difficile à plaquer et tant qu’il est en mouvement, il est un poison pour ses adversaires. Ce n’est pas pour rien qu’il est qualifié “d’arme” par son coéquipier aux Blues, James Parsons.

Fils d’Eroni Clarke, ancien joueur des Blues, son fils possède également des qualités de franchissement monstrueuses comme nous avons pu le constater contre les Wallabies, lors du Rugby Championship (27-7 pour la Nouvelle-Zélande) notamment lors d’une course depuis son camp, qui amènera l’essai d’Ardie Savea (46′).

Une course qui n’est pas sans rappeler une certaine lors de la finale de la Coupe du Monde 1995.

 

Un parcours déjà impressionnant

Déjà vainqueur en 2016 du National Championship avec son école du Mount Albert Grammar, il intègre un an plus tard l’équipe des -20 ans, qui devient championne du monde en 2017. Caleb Clarke ajoute un nouveau trophée à sa collection en 2018, puisqu’il remporte la Mitre 10 Cup avec la province d’Auckland avant de rejoindre les Blues la même année. En parallèle de sa carrière en club, il évolue également dans l’équipe à VII depuis 2018.

 

Les éloges tombent de part et d’autre

La plupart des joueurs qui l’ont côtoyé de près ou de loin s’accordent sur la même chose : sa capacité à porter le ballon et le danger qu’il amène une fois en possession de ce dernier : “Il ressemble à une arme, une menace avec le ballon en main” a affirmé Damian McKenzie. En plus d’être un joueur physique, c’est également un joueur intelligent qui prend le temps d’analyser et de prendre la bonne décision : “Il était si intelligent dans ses prises de décision, dans sa façon de s’accrocher à la balle. Il y a eu des moments où il battait les défenseurs, ne pouvait pas chercher la passe après contact, mais prenait en considération le type de jeu, la tension, et sa prise de décision sous pression était excellente.” s’est extasié Bryn Hall.

 

Un physique dévastateur, des accélérations et des appuis foudroyants, une intelligence de jeu rare, en somme Caleb Clarke a toutes les qualités nécessaires pour mener une grande et longue carrière, voir même, qui sait, devenir le prochain Jonah Lomu. (Crédit photo de l’image en Une : taipeitimes.com)

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
sem, pulvinar risus. vel, non quis