6 Nations

Six Nations : la France battue, le Pays de Galles sacré

Le XV de France ne réalisera pas l’exploit attendu. Opposés à une vaillante équipe écossaise, les Bleus se sont inclinés sur le fil, au Stade de France (23-27). Un revers qui offre le titre au Pays de Galles.

 

Déception à Saint-Denis. Condamnés à s’imposer avec le bonus offensif et par au moins 21 points d’écart contre l’Écosse, les joueurs de Fabien Galthié ont concédé une deuxième défaite dans ce Six Nations cru 2021 (23-27). Cette contre-performance ramène le titre dans l’escarcelle du Pays de Galles, pourtant battu une semaine plus tôt sur le pelouse du Stade de France.

 

Un début de rencontre loin d’être idéal

Si les espoirs étaient de mise avant la rencontre, la mission a bien mal démarré pour les Bleus. Malgré une première pénalité réussie par Romain Ntamack (3-0, 9e), ce sont les Écossais qui ont frappé les premiers. Audacieux en faisant le choix d’aller en touche plutôt que de tenter la pénalité suite aux multiples fautes françaises, les Écossais ont été récompensés par un essai en force de Van der Merwe, au quart d’heure de jeu (3-7, 14e). Pris à la gorge dans leur moitié de terrain, les arrières tricolores se sont heurtés à un premier rideau écossais très agressif. Sur l’une de ses premières relances, Brice Dulin a manqué de soutien, et s’est vu sanctionné par M. Barnes pour une libération trop lente du ballon. Une sanction qui a permis à Finn Russell d’ajouter trois points supplémentaires pour son équipe (3-10, 18e).

Les Bleus efficaces devant

Après avoir souffert du pragmatisme adverse pendant les vingt premières minutes, le XV de France a peu à peu repris le dessus en mêlée. Une fois véritablement sortis de leur camp, les hommes de Fabien Galthié ont davantage contrôlé les événements. Quelques minutes après la réduction du score de Romain Ntamack (6-10, 27e), les Français ont (enfin) réussi à faire sauter le verrou écossais, grâce à un essai en bout de ligne de Brice Dulin, transformé par Ntamack (13-10, 36e). Révoltés, les Bleus auraient même pu enfoncer le clou juste avant la pause, si Grégory Alldritt était parvenu à aller au bout de sa percée.

Bien que la suite de l’action n’ait rien donné, cette fin de première acte a vu Stuart Hogg écoper d’un carton jaune, après un début de bagarre entre les deux équipes. Ce déséquilibre numérique n’est pas resté sans conséquence, puisque l’équipe de France a inscrit un essai d’entrée de seconde période. Servi par une superbe chistera de Vakatawa, Penaud a conclu un très beau mouvement collectif des Français (18-10, 46e).

 

Le XV de France coiffé sur le fil

On se dit alors que tout est possible pour des Bleus décomplexés. Mais, après un début de deuxième acte convaincant, les coéquipiers d’Antoine Dupont ont reculé, laissant ceux d’Ali Pryce reprendre place dans le camp français. Trop perméables en défense, les locaux ont subi les assauts du XV du Chardon pendant de nombreuses minutes, jusqu’à céder une deuxième fois, sur un essai de Cherry (18-20, 61e).

Bien que touchée, la France a refusé d’abdiquer, et a rapidement repris les devants grâce à un essai de Swan Rebbadj, non-transformé par Romain Ntamack (23-20, 65e). Dans un match haché par les fautes, les Français ont longtemps tenté d’emballer la rencontre. Mais ni le talent de leurs individualités, ni le carton rouge de Russell ne leurs a permis d’inscrire le nombre d’essais nécessaire pour enlever le titre aux Gallois.

Pire, ils ont fini par craquer en toute fin de match. Suite à un ballon perdu par un Brice Dulin sans doute trop gourmand, les Écossais ont enchaîné les temps de jeu, jusqu’à servir un Van der Merwe intraitable au moment d’inscrire son deuxième essai personnel (23-27, 84e).

 

Comme l’an dernier, l’Écosse vient donc à bout de la France, et condamne les Tricolores à la deuxième place du Tournoi des 6 Nations. Et comme l’an dernier, les Bleus y auront cru jusqu’à la dernière journée, avant de finalement rendre les armes. Si près du but, mais en même temps si loin… 

 

Crédit photo de l’image en Une : Reuters

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire