Push

Top 14 : le Stade toulousain remporte son 21e bouclier de Brennus face à La Rochelle !

Sous une pluie battante, le Stade toulousain s’est imposé tout en maîtrise face au Stade Rochelais en finale du Top 14 (18-8). Portés par un Thomas Ramos impérial au pied, les hommes d’Ugo Mola ont fait preuve d’efficacité pour terrasser des Maritimes aussi crispés qu'indisciplinés. Les Toulousains remportent ainsi leur 21e bouclier de Brennus, et réalisent le doublé après leur succès en Champions Cup. 

C’était l’heure des retrouvailles entre le Stade toulousain et le Stade rochelais. Un mois après la finale de Champions Cup remportée par Toulouse (22-17), les deux meilleures équipes françaises s’affrontaient ce vendredi, au Stade de France, pour la finale du Top 14.

Pour les Maritimes, ce choc au sommet était l’occasion parfaite de prendre leur revanche face aux Toulousains, et de conclure en beauté une saison exceptionnelle. Romain Sazy et ses coéquipiers ont préparé de la meilleure des manières cette finale historique pour le club à la caravelle, avec leur succès maîtrisé en demi-finale face au Racing 92 (19-6).

Les joueurs d’Ugo Mola ont, quant à eux, dû batailler face à l’Union Bordeaux Bègles de Christophe Urios, pour se hisser en finale (24-21). Sans Romain Ntamack, les Toulousains avaient l’ambition de réaliser le doublé Champions Cup/Top 14.

 

Ramos met le Stade Toulousain sur orbite !

Ce choc des titans entre le Stade Toulousain, meilleure attaque du championnat, et le Stade Rochelais, meilleure défense, s’annonçait haletant et cadenassé.

Cette finale a démarré sous les meilleurs auspices pour les hommes d’Ugo Mola. Dès les premières minutes, les coéquipiers d’Antoine Dupont ont mis la main sur le ballon et poussé les Maritimes à la faute. Face au puissant pack d’avants rochelais, les Toulousains ont résisté.

Offensivement, le Stade Toulousain s'est montré très efficace et a rapidement pris les devants grâce à la botte de Thomas Ramos. Impérial cette saison, le buteur rouge et noir s'est encore une fois montré parfait au pied, avec une pénalité de 50 mètres et un drop réussi (6-0, 9e).

Face à l’expérience des Toulousains dans ce genre de rendez-vous, les joueurs du Stade rochelais sont appris crispés, et ont eu beaucoup de peine à envoyer du jeu. Il a fallu attendre la vingtième minute pour voir les Maritimes mettre en danger le Stade toulousain. Après un maul parfaitement exécuté, Tawera Kerr-Barlow a servi Arthur Retière sur l’aile gauche, qui a finalement été stoppé quelques mètres avant la ligne.

Malgré ces rares offensives, les hommes de Jono Gibbes ne sont pas parvenus à se libérer. Ils ont commis bien plus de fautes qu’à l’accoutumé. Toujours aussi juste au pied, Thomas Ramos s'est chargé de punir les Rochelais (9-0, 34e). Les mauvaises nouvelles sont arrivées les unes après les autres pour les Maritimes. Brice Dulin, si précieux à l’arrière, a été contraint de céder sa place, victime d’une fracture à la main gauche. Il a été remplacé par Jules Favre (22e).

Comme un symbole, les Toulousains, auteurs d’une première période parfaitement maîtrisée, ont conclu cette première période par un drop galactique de plus de cinquante mètres, signé Cheslin Kolbe (12-0, 40e).

Crédit photo : Midi Olympique

 

21e bouclier de Brennus pour le Stade toulousain !

Les Rochelais sont revenus des vestiaires le couteau entre les dents. Ils ont immédiatement été récompensés par Ihaia West, qui a (enfin) débloqué le compteur des siens trois minutes après la reprise (12-3, 43e). Sous une pluie battante, les Toulousains et les Rochelais ne sont pas parvenus à franchir les rideaux défensifs adverses. Les coups de pied d’occupation se sont multipliés.

Les minutes ont défilé et les Rochelais ont peu à peu vu le bouclier de Brennus s’éloigner. Indisciplinés, les coéquipiers de Romain Sazy ont été trop imprécis pour l’emporter. Pour preuve, le buteur Ihaia West a manqué une nouvelle pénalité dans ses cordes, qui aurait pu permettre aux Rochelais de rester au contact des Rouge et Noir (61e).

À l’inverse, l’expérience des Toulousains a fait la différence. Tout en maîtrise, les joueurs d’Ugo Mola ont creusé l’écart grâce à la botte magique de Thomas Ramos (18-3, 73e). Dans un dernier baroud d’honneur, les Rochelais sont parvenus à inscrire un essai tout en puissance, par l’intermédiaire de Dany Priso (18-8, 77e). Malheureusement pour les Maritimes, la messe était déjà dite.

 

Dans ce remake de la finale de Champions Cup, le Stade Toulousain sort une nouvelle fois vainqueur. Pragmatiques, les hommes d’Ugo Mola ont décroché le 21e bouclier de l’histoire du club, à l'issue d'une saison riche en rebondissements.

 

Crédit photo : Twitter du Top 14

Dernières publications

En haut