Rugby United New York : A la conquête du rugby outre-Atlantique

Première équipe de rugby professionnelle de l’histoire de la ville de New York, la franchise Rugby United New York a depuis cette saison intégré la Major League Rugby (le championnat national). A l’heure où le rugby américain est en pleine expansion, focus sur la toute récente franchise new-yorkaise. Lors d’un entretien avec un des membres de sa direction, Thomas Plessis, nous revenons sur ce projet aux multiples enjeux, afin de découvrir le fonctionnement du championnat Américain, et d’en savoir un peu plus sur l’état du Rugby outre-atlantique.

 

Bonjour Thomas, et merci de répondre à nos questions. Tout d’abord, pouvez-vous nous dire pourquoi vous être engager dans ce projet, avec la franchise américaine Rugby United New York ?

Bonjour. Tout d’abord, parce que je trouve très excitant l’idée de développer le Rugby dans un pays aussi intéressant que les Etats-Unis. C’est une formidable opportunité et le début d’une belle aventure. Je suis convaincu qu’avec le savoir-faire des Franchises Américaines et le goût du public pour le Sport/Entertainment, on peut rapidement faire décoller le Rugby.

C’est Pierre Arnald, ancien directeur général du Stade Français Paris qui, autour d’un café, m’a parlé de ce projet dans lequel il a investi. Il ne m’a pas fallu longtemps pour y déceler un formidable potentiel et avoir envie d’aller vivre mon rêve américain. 

Je pense également que le territoire Américain est un marché stratégique pour le Rugby, qui ne peut plus se contenter de celui des nations historiques (Angleterre, France, Océanie, Afrique du Sud), raison pour laquelle World Rugby (l’organisme international qui gère rugby à XV et à 7) semble avoir pousser au maximum pour la création de cette ligue professionnelle. Nous n’ambitionnons pas de détrôner la NFL (Football Américain), mais si nous parvenons à intéresser 5% de la population Américaine à notre sport, alors nous deviendrons le plus gros marché de Rugby.

C’est cette vision, ainsi que mes rencontres avec James Kennedy et James English, respectivement propriétaire de la franchise et directeur sportif, qui m’ont fait m’engager avec Rugby United New York. Ce sont des gens avec une formidable mentalité, une grosse envie de travailler et qui ont ce rêve de faire de Rugby United New York une franchise qui compte dans le paysage New-Yorkais.

 

Quelle place y occupez-vous, et quelles sont vos missions ?

Je prends la direction Commerciale et Marketing du club. C’est une mission extrêmement large car la franchise est naissante. Nous avons à peu près tout à faire. Le but est de créer une marque forte et aimée dans la région New-Yorkaise en définissant et mettant en avant nos valeurs.

Il faudra forcément se démarquer des autres car le marché du sport est très dense à New York : Knicks et Nets en NBA, Giants et Jets en NFL, Rangers et Islanders en NHL, Yankees et Mets en Baseball, sans oublier NY Redbull et NYFC en Major League Soccer.

Nous devons créer et fédérer une communauté qui pourra être sensible au Rugby. Pour cela, nous devrons valoriser les contenus médias que nous produisons. L’objectif sera ensuite de trouver des partenaires qui souhaitent s’associer à cette aventure naissante en activant leurs droits de manière pertinente. RUNY attend évidemment de moi une démarche proactive avec les entreprises Françaises qui ont des enjeux  Business aux Etats-Unis. Les chantiers sont nombreux.

De manière générale, ma mission est de structurer le club et ainsi de développer le chiffre d’affaires de manière pérenne via les canaux traditionnels (médias, hospitalités, merchandising, billetterie, sponsoring, droits TV) et surement d’autres canaux à découvrir.

 

Pouvez-vous nous expliquer le fonctionnement d’une franchise ?

Le concept de Franchise est en effet central dans la compréhension du Sport Américain. Une franchise, c’est la possibilité de préempter un marché pendant une période donnée. Rugby United New York a par exemple la certitude d’être la seule franchise de Rugby à XV à New-York pour les 5 prochaines années, peu importe les résultats sportifs. En effet, le fonctionnement par franchise suppose des ligues fermées, c’est-à-dire sans montées/descentes. Si l’intérêt sportif peut se trouver affaibli, il faut bien comprendre l’intérêt économique. Les investisseurs ont beaucoup plus de certitudes car leur équipe participera toujours à la ligue. C’est ce qui lui donne une grande partie de sa valeur. Les franchises ne se lancent donc pas dans une course à l’armement pour se doter des meilleurs joueurs afin de ne pas descendre en Ligue Mineure. Il faut simplement exploiter au mieux le marché sur lequel on se trouve, et dégager des bénéfices.

Ils mettent en place des projets structurants permettant à la franchise de s’auto-suffire, et mieux, de gagner de l’argent. C’est en n’exploitant pas correctement le marché ou en perdant de l’argent plusieurs années d’affilée que la franchise peut être amenée à déménager. On a pu assister à ces déménagements à de nombreuses reprises en NBA ou NFL (Rams ou Raiders par exemple). Une expérience forcément traumatisante pour les fans.

Cet argent sera par la suite réinvesti pour améliorer l’Académie, de l’accueil au stade à l’équipe plus directement, ce qui rejaillira forcément, à terme, sur les performances des clubs et de l’équipe nationale.


Quelle place le rugby occupe-t-il aujourd’hui aux Etats-Unis ? Quel est selon vous son avenir ?

Aujourd’hui le Rugby est un sport mineur aux Etats-Unis. Loin derrière le Baseball, le Football US, le Hockey, le Basket ou même le Soccer.

Néanmoins, nous avons de nombreuses raisons d’être optimistes. A New York et sa région, 35.000 jeunes jouent au Rugby, pour plus d’un million de personnes sur l’ensemble du territoire Américain.

Les bonnes performances du Rugby Américain à 7 cette année peuvent nous donner une nouvelle exposition. Nous devons transformer l’essai pour le Rugby à XV. La création d’une Ligue Professionnelle comme la MLR va permettre de canaliser toute cette énergie et de donner un cap à l’ensemble de ce monde rugbystique. Les clubs se donnent du temps pour se structurer économiquement. Si toutes les franchises veulent être performantes sur le terrain, elles veulent en premier lieu se structurer afin d’être profitable à l’avenir. C’est un modèle extrêmement vertueux qui permet de voir à plus long terme. Son avenir est selon moi radieux.

 

Pour finir, quels sont les objectifs de la franchise à court et long termes ?

Nous avons la volonté de créer une marque aimée des New-Yorkais, une marque utile pour notre communauté. L’objectif est que nos matchs soient un moment de plaisir et de partage pour les passionnés de Rugby comme pour les novices.

Nous allons axés notre travail sur l’expérience vécue par nos fans lors de leurs visites au stade. Je pense que le mariage entre le savoir-faire Américain et les spécificités du Rugby peut donner quelque chose de fort.

Enfin, nous avons des projets structurants comme la création d’une Académie pour notre équipe professionnelle ainsi que nos futurs équipes Jeunes. Nous pensons également implanter un Stade à New York, où les terrains laissés en jachère ne sont pas légions.

Nous souhaitons créer un ensemble d’assets (atouts) pour RUNY, afin de valoriser au mieux notre franchise. C’est cette création d’assets qui nous permettra de trouver des partenariats forts à l’avenir.

Sur un plan sportif, nous souhaitons évidemment bien figurer en saison régulière et se qualifier pour les phases finales. Le staff et l’équipe ont été recrutés en ce sens (on note la présence de joueurs internationaux, comme l’Anglais Ben Foden ou encore l’Américain Mike Petri). Ce serait super pour une première saison. Je crois que cela fait 40 ans que New York n’a pas vu une de ces équipes triompher dans une ligue professionnelle. Ce serait une belle manière de commencer une notre belle histoire d’amour avec New York.

En conclusion, nous voulons être une franchise performante sportivement, profitable économiquement, qui est utile à sa communauté et qui participera à son échelle au rayonnement de la ville de New York.

 

Les joueurs du Rugby United New York ont idéalement lancé leur saison avec deux victoires en autant de rencontres. S’ils n’ont encore jamais connu la défaite, les hommes de Mike Toldin auront fort-à-faire le week-end prochain, puisqu’ils se déplaceront chez les Seawolves de Seattle (dimanche à 19h00 heure locale, lundi à 01h00 heure française), vainqueurs de la première édition de la MLR, l’an dernier.

 

Grégoire ALLAIN (@GregoireAln)

A propos de l'auteur

Surnommé l'électron libre. Fan de Rafa, et heureusement car ce n'est ni l'OL ni le Stade Français qui satisfont mon capital victoires chaque week-ends. Bon sinon, je réussis quand même à être objectif dans mes articles, sauf quand il s'agit d'écrire sur pourquoi le PSG peut-il un jour gagner la Ligue des Champions.

Poster un commentaire

mi, et, risus venenatis sem, sed massa eget ut