Stade Français Paris : Quesada présenté, les ambitions affichées

0

Ce mardi matin avait lieu, dans les coursives du stade Jean Bouin, la conférence de presse pour la présentation de Gonzalo Quesada, qui effectue son retour à la tête du Stade Français après deux années d’expérience chez les Jaguares (Argentine). Si le défi s’annonce de taille, le champion de France 2015 et d’Europe 2017 avec le club de la capitale affiche ses ambitions, et assure ne pas avoir peur des attentes.

 

Un retour à l’ADN du club

“On a la chance, et c’était notre volonté, d’avoir un rassemblement d’anciens joueurs ou dirigeants ayant déjà évolués ensemble au sein du club pour mener notre barque dans un futur proche.”

Tels sont les mots de Thomas Lombard, directeur général du club, lors de la première conférence de presse post-confinement qui s’est déroulée ce mardi à Jean Bouin. Après une aparté du propriétaire Hans Peter-Wild, lors de laquelle il a rappelé les ambitions d’une équipe timorée ces dernières années (“Nous avons l’ambition d’ouvrir une nouvelle ère au Stade Français Paris, […] je suis fier de ce que nous sommes en train d’essayer de construire” a-t-il notamment lâché), l’ancien international aux 12 sélections a insisté sur la nécessité pour tous les membres du club investis d’une manière ou d’une autre dans les performances sportives de prendre la mesure de ce que représentait l’entité Stade Français.

Quoi de mieux pour cela que de rassembler trois anciens habitués de la maison au sein du “board” des entraîneurs (Quesada, accompagné de Arias et Sempéré), et de miser sur la continuité tout en donnant une place toujours plus importante à l’éducation et à la formation de jeunes talents français ? C’est en tout cas la position affirmée et la direction à prendre souhaitée par l’un des hommes forts du club aux 14 Brennus, en coulisses. “Former, rassembler, fédérer et innover” semblent ainsi être les mots qui illustrent le mieux la volonté des dirigeants parisiens concernant la suite à donner à leur projet.

 

Quesada : un challenge excitant, mais surtout “pas de calculs”

La parole est ensuite naturellement venu à celui que tout le monde attendait. Le retour du messie. Très apprécié des supporters et des amateurs du Stade Français, Gonzalo Quesada a pris le pari de revenir. Titré à deux reprises au cours de son premier passage (Top 14 2014-2015 et Challenge Cup 2016-2017), le technicien argentin est apparu très souriant mais surtout déterminé, la force tranquille comme il en a l’habitude, devant les médias. Après un rapide point mercato, lors duquel ont été officialisées les venues de Vasil Kakovin (première ligne, ex-Racing) et Marcos Kremer (deuxième ou troisième ligne, ex-Jaguares) et rappelés les départs de Clément Daguin, Hugh Pyle ou Juan Combrinck, Quesada a tout de suite affirmé ses ambitions, et rappelé le calendrier des Stadistes jusqu’à la reprise.

« On a commencé à s’entraîner il y a quelques semaines déjà, même si au début c’était compliqué car on avait beaucoup de restrictions liées à la situation sanitaire actuelle. Ce n’est pas forcément ce que l’on souhaite quand on arrive dans un nouveau club, car on a besoin de sentir les choses et de s’entretenir avec les joueurs, mais heureusement, depuis quelques jours, on peut de nouveau s’entraîner plus librement.

Nous allons continuer encore un peu la préparation, qui est au total étalée sur sept semaines, avant une semaine de repos puis un stage à Nice fin juillet-début août bien plus axé sur le rugby à haute intensité. On parlera à ce moment-là davantage de notre projet de jeu, avec l’ambition notamment de montrer beaucoup de caractère sur le terrain. On doit se donner les moyens d’ATTEINDRE nos objectifs. il faut regarder vers l’avenir, Mais quand on voit où était le club il y a quelques mois, il faut garder beaucoup d’humilité. »

Concernant son choix de revenir sur un terrain conquis par le passé dans une situation où tout est à refaire ou presque, Gonzalo Quesada a avoué s’être laissé séduire par le projet et le défi parisien, mais surtout par ce club au sein duquel il a connu tant de bons moments il y a seulement quelques années de cela :

« Je voulais aller au bout de mon contrat avec les Jaguares, mais Thomas Lombard a été têtu et il a bien senti que je n’étais pas insensible à l’appel d’un club que je considère comme faisant partie de moi et de ma vie, surtout dans un moment aussi important. Je suis très heureux d’être là. Ce n’est pas un plan B, mais un plan A majuscule. »

J’aurai pu me reposer sur mes lauriers en revenant uniquement voir les matches en me souvenant du passé, mais c’est un club qui me fait rêver et j’ai envie de revenir pour construire quelque chose de nouveau, une nouvelle histoire. Il n’y a aucun calcul. »

Je sais qu’il y a des attentes, et je les comprends. Je suis conscient du challenge qui m’attend, mais cela ne me fait pas peur et j’ai hâte de continuer à travailler pour tenter de ramener le club à un niveau qui nous permettra de connaître à nouveau de grands moments. Le challenge est beau et très excitant. »

 

Si les contours de la prochaine saison 2020-2021 semblent de plus en plus clair en interne, les Stadistes attendent désormais de connaître le calendrier national et international pour savoir à quelle sauce ils seront mangés lors des prochains mois.

En attendant, les Parisiens disputeront deux matches amicaux, le vendredi 14 août contre Brive à Tulles, puis le jeudi 27 août août contre Toulon à Mayol, avec l’ambition de se préparer du mieux possible pour une saison qui s’annonce une nouvelle fois comme un tournant dans le projet de ce club historique du rugby français, dont l’atteinte des objectifs à court terme (atteindre le Top 6 et retrouver la Champions Cup) est souhaitée pour 2022.

 

Crédit photo de l’image en Une : Stade Français Paris

 

Grégoire Allain

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here