Basketball

Staples Center, clap de fin d’un nom qui restera dans l’Histoire

Inaugurée le 17 octobre 1999, mythique salle de Los Angeles verra son contrat de naming prendre fin plus de vingt ans plus tard, le 25 décembre prochain. S’il faudra désormais l’appeler Crypto.com Arena, les amateurs de sport n’oublieront pas les moments historiques vécus au sein de cette enceinte, actuelle résidence de quatre franchises (Lakers et Clippers en NBA, Sparks en WNBA et les Kings en NHL). Retour sur les moments d’histoire qui auront marqué l’histoire d’une salle qui aura vu l’une des plus grandes stars de l’histoire sportive à son firmament : le regretté Kobe Bryant.

Le Staples Center, icône de la cité des anges

Bâti au plein du centre-ville de Los Angeles, le Staples Center est édifié pour remplacer le Great Western Forum l’ayant précédé. Situé entre le ‘’Fashion District’’ et ‘’Harvard Heights’’ sa capacité d’environ 20 000 places selon les configurations font de lui un atout phare pour les évènements de la plus grande ville californienne. Si le basket-ball trône en tête des émotions vécues dans la salle, celle-ci a également fait les beaux jours des Los Angeles Kings, vainqueurs de la Coupe Stanley en 2012 et en 2014. La plus grande affluence de la salle fut à l’occasion d’un des nombreux matchs de boxe, le dernier accueilli par la salle, en 2009 entre Antonio Margarito et Shane Mosley après avoir notamment vu défiler de grands noms de la discipline comme Roy Jones Jr., Vitali Klitschko ou Lennox Lewis.

L’antre de Kobe

Mondialement connu pour être l’antre des deux équipes de basketball de la ville, le Staples Center de Los Angeles a su se transformer des milliers de fois (en quelques heures s’il le fallait) pour accueillir tour à tour Lakers et Clippers. Malgré l’arrivée plus tardive des Clippers (anciennement San Diego Clippers) dans la ville en 1984, la passion de la population locale n’a jamais décru pour les Lakers présents depuis 1960 dans la ville. Le palmarès des deux villes est une des explications qui peut rendre plus rationnel l’engouement de la ville pour les Lakers. Arrivés en 1999 dans la salle, les Lakers enchaînent trois titres consécutifs en NBA dans leur nouvelle antre, signe de l’importante symbolique qu’a revêtue la salle dans l’histoire de la franchise.

Un duo ressort de ces trois premiers titres dans la salle, Shaquille O’Neal et Kobe Bryant offrent notamment le premier titre des Lakers dans leur nouvelle salle le 19 juin 2000 au terme d’un match 6 d’anthologie marqué par les 41 points monumentaux d’un Shaquille O’Neal historique.

Les Lakers n’attendront que sept années avant de remporter un nouveau titre NBA dans leur salle, en 2009 puis en 2010 lors de ce qui restera l’une des plus belles séries de ces dernières décennies, remportée face aux Celtics de Boston. Menés 3-2 après une défaite à domicile lors du Game 2 (103-94), les Lakers vont s’offrir un match 7 phénoménal, portés dans leur salle par un Kobe Bryant élu MVP des finales.

La légende de Kobe est écrite, cinq titres en onze saisons et une popularité inégalée pour le numéro 24 qui sera ensuite retiré et affiché pour la postérité dans la salle.

Blake Griffin et le premier engouement du Staples Center pour les Clippers

Rapidement dépassés par la popularité des Lakers en raison de leurs nombreux succès, les Clippers vivent dans l’ombre de leurs « colocataires ». Alors qu’ils tentent d’attirer de grands joueurs, en engageant même la légende des Lakers Kareem Abdul-Jabbar, les playoffs leur échappent jusqu’en 2005-2006. Après quatre nouvelles années de disette, un premier choix de draft fait renaître l’engouement pour la franchise : Blake Griffin. En réussissant à attirer Chris Paul dans un deal XXL fin 2011, un duo se constitue pour faire émerger la franchise du marasme latent. Sans de vrais succès jusqu’en 2014, la franchise voit arriver Steve Ballmer à sa tête et s’impose lors du match 7 face aux Spurs au premier tour de playoffs dans un Staples Center survolté. Le début d’une histoire est alors en train de s’écrire dans une salle qui n’avait jusque lors que très peu vibré pour les blanc et bleus.

Blake Griffin, biberonné à Los Angeles et élément déclencheur de l'amour du Staples Center pour les Clippers.

 Une arène de showbiz …

Si le sport aura fait les plus beaux jours et les plus belles soirées du Staples Center, l’enceinte fut aussi le lieu de moments marquants de la culture musicale. Lieu des dernières répétitions de Michael Jackson avant son décès, concerts de Lady Gaga ou encore lieu de déroulement des Grammy Awards depuis 2000, l’enceinte est dans le panthéon des lieux de divertissement outre-Atlantique.

… mais aussi devenue un lieu de pèlerinage

Symbole de son importance et du poids de l’histoire attaché au Staples Center, deux immenses stars y ont été célébrées au moment de leur décès et nul doute que c’est l’endroit où leur âme repose. Les funérailles de Michael Jackson y ont été célébrées, une portion de la Figueroa Street, attenante à la mythique salle, porte le nom de Kobe Bryant et une statue à l’effigie de la légende du basket devrait être érigée avant le fin de l’année 2022.

Au-delà du prestige associé à la légende que représente ce nom, le Staples Center était et restera un nom marquant dans l’histoire du sport mondial. Si l’appellation ne sera plus la même, l’esprit et l’histoire continueront à hanter cette enceinte où les souvenirs subsisteront par-delà les époques et les considérations commerciales.

Dernières publications
To Top