Top 14 – la review club par club : l’Aviron Bayonnais

0
Bayonne Top 14
Ligue 1

Malgré la cure rugbystique à laquelle nous sommes désormais confrontés depuis près de trois mois, il y a bien eu une partie d’exercice du Top 14 version 2019-2020. Puisque cette saison a été officiellement arrêtée et déclarée comme “blanche”, la rédaction de We Sport FR vous propose de revenir sur les performances des quatorze clubs qui composent le championnat. Ce samedi, c’est au tour de l’Aviron Bayonnais de passer sous le feu des projecteurs.

 

  • Classement en Top 14 : 9ème (J17) avec 7V, 1N, 9D
  • Parcours en Coupe d’Europe : Eliminé en phase de poules de la Challenge Cup (1V, 5D)

 

L’effet rétro : une équipe sur courant alternatif

Pour son retour dans l’élite deux ans après, l’Aviron Bayonnais crée un premier exploit en allant s’imposer sur la pelouse du Racing (24-17). Une victoire d’entrée face à un gros qui laisse entrevoir des choses prometteuses pour la suite de cette saison. Cependant, les Basques perdent ensuit à deux reprises face à Clermont (30-34) et à Paris (27-33). Toutefois, l’équipe réagit parfaitement en enchaînant 4 victoires de rang face à Castres (27-17), La Rochelle (23-22), Montpellier (28-24) et à Agen (29-27).

Des bonnes performances qui permettent à l’Aviron d’obtenir des points précieux en vue de leur objectif premier, se maintenir. Car il est nécessaire de rappeler que le maintien est prioritaire pour le club. A ce moment de la saison, les Bayonnais auraient en effet pu croire que les barrages étaient atteignables. Mais les dirigeants et les joueurs n’ont cessé de répéter que le maintien devait être le principal objectif.

Après avoir été loin des places dangereuses au début de la saison, la qualité inférieure de l’effectif bayonnais par rapport aux autres équipes s’est vite fait ressentir et les Ciels et Blancs se sont rapidement rendu compte qu’ils avaient bien fait de gagner un maximum de points au début de l’automne.

 

Le tournant de la saison

Indirectement, la Coupe du Monde a aidé au très bon début de saison bayonnais. Le club, pas énormément dépeuplé par les internationaux à pu rivaliser plus facilement avec des clubs, qui eux avaient perdu des joueurs partis pour le Japon. Quand ces derniers ont retrouvé les pelouses du Top 14, il est devenu difficile pour l’Aviron de tenir tête à des effectifs largement supérieurs quantitativement et qualitativement.

Après 4 victoires, le club a vécu un hiver très compliqué. Une première défaite à Toulon, puis face à Pau avant d’aller recevoir une leçon de rugby à Ernest-Wallon. Le triste match nul (6-6) contre Brive n’a pas redonné le sourire à des supporters de nouveau inquiets pour le maintien. Les défaites face à Lyon, Bordeaux, Agen et Montpellier empireront encore un peu plus les choses. Au total, les Bayonnais ont passé plus de 4 mois et 8 matchs sans victoire en championnat, avant de se reprendre juste avant l’arrêt grâce à deux succès à Jean-Dauger face au Stade Français (28-17) et au Stade Toulousain (20-10)

 

Tops et flops

  • Le joueur : évidemment le capitaine courage, Jean Monribot. Parti deux ans à Toulon, le troisième ligne (32 ans) est revenu à Bayonne pour aider son ancienne équipe à se maintenir. C’est avec son activité impressionnante et son leadership au sein du pack qu’il a pu apporter énormément à l’Aviron.
Jean Monribot Bayonne
Jean Monribot (Le Club Rugby)
  • Les autres tops : d’abord l’entraîneur en chef, Yannick Bru. Pour sa deuxième saison sur le banc de l’Aviron Bayonnais, après la montée de l’an passé, il a réussi à maintenir de loin son club dans l’élite. Faire ce qu’il a fait avec un effectif plutôt limité est une vraie performance.
  • Enfin, on peut citer le meilleur marqueur d’essai du club, Peyo Muscarditz (4). A seulement 24 ans, il a souvent été le leader des offensives basques. Pour le récompenser de sa bonne saison, il a signé une prolongation de contrat fin 2019.

 

  • Le flop : Edwin Maka. Attendu comme un véritable rock, il n’a pas été au niveau attendu par ses dirigeants. Le plan de jeu de Bayonne était basé sur un paquet d’avant puissant. Maka aurait alors eu un rôle de relais entre les avants et le demi de mêlée. Mais il a souffert de la comparaison avec ses concurrents à ce poste dans les autres équipes.

 

Ce que l’arrêt du championnat change

D’abord c’est un soulagement du point de vue sportif. Alors que l’Aviron aurait peut-être dû se battre pour le maintien si la saison avait été à son terme, l’arrêt de cette dernière leur assure leur place dans l’élite pour la saison prochaine.

Pour ce qui est du côté financier, cela est moins réjouissant. Le club avec l’un des budgets les plus petits du Top 14 va perdre pas mal d’argent. Mais Bayonne est un club plutôt bien géré et qui saura se remettre de cette crise pour tenter de se battre à nouveau pour le maintien la saison prochaine. Le club a déjà commencé à se renforcer avec l’arrivée de joueurs expérimentés à l’instar de John Ulugia, Gaëtan Germain ou Hugh Pyle.

https://www.sport.fr/wp-content/uploads/2020/01/Icon_WIN_291218_01_75277-759x500.jpg

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here