Cyclisme

Tops-flops 2020 : Bora-Hansgrohe, une progression et des résultats concluants

Bora-Hansgrohe

Focus sur l’équipe Bora-Hansgrohe pour la suite des tops-fops de la saison 2020. Devenue World Team en 2017, l’équipe trouve de plus en plus sa place dans les courses, forme des talents, et ses coureurs progressent. Résultats au rendez-vous.

14 mars 2020. Sommet du col de la Colmiane, sur les hauteurs de Nice. On avait du mal à y croire, mais il s’agissait de la dernière course avant un long moment. Après un Paris-Nice raccourci et à huis-clos, Maximilian Schachmann vient de vivre la course au soleil avec le maillot jaune, du début à la fin. L’Allemand de l’équipe Bora-Hansgrohe a sûrement remporté la plus belle course de sa carrière. C’était sa première victoire au classement général en course par étapes World Tour. Même victoire pour l’équipe, qui n’avait jamais remporté de course par étapes en World Tour. Avant cela, seul Felix Großschartner avait remporté le Tour de Turquie en 2019, une course UCI ProSeries, de deuxième division internationale.

La révélation Lennard Kämna

Lennard Kämna fait partie des trois coureurs les plus jeunes de Bora-Hansgrohe. A 24 ans, l’Allemand possède déjà un palmarès impressionnant. Que ce soit en contre-la-montre, où il a remporté les trois championnats – mondial, européen et allemand – en catégorie juniors en 2014 ; ou en ligne, Kämna est un coureur très régulier.

Cette saison, il a commencé avec une troisième place au Tour de Murcie (UCI Europe Tour), avant de décrocher la huitième place du général au Critérium du Dauphiné (World Tour). Lennard Kämna a aussi remporté la seizième étape du Tour de France, à Villard-de-Lans. Cette victoire d’étape a révélé Kämna au grand public. Au vu de ses capacités en contre-la-montre et en montagne, il fera à nouveau parler de lui l’année prochaine.

Pascal Ackermann solide au sprint

C’est parfois difficile d’être sprinteur dans la même formation que le maître de la discipline, Peter Sagan. Cependant, Pascal Ackermann a trouvé sa place au sein de l’équipe, particulièrement depuis le Tour d’Italie en 2019 ; où il a remporté le maillot cyclamen du classement par points.

Bora Hansro

Pascal Ackermann, au Tirreno-Adriatico 2020 © Bettini Photo pour Bora-Hansgrohe

En 2020, il a encore réalisé une très belle saison de sprints. En effet, dès le début de l’année, il a levé les bras sur la première étape du Tour des Émirats arabes unis. Plus tard dans la saison, il a remporté deux étapes au sprint du Sibiu Cycling Tour et deux étapes au Tirreno-Adriatico. Après sa médaille de bronze aux championnats d’Europe, il s’est offert deux victoires d’étapes sur la Vuelta, dont la dernière, à Madrid. La liste de ses victoires est longue, et il a fini cette saison de la plus belle façon.

Peter Sagan manque les classements par points

S’il y a un bien un coureur de Bora-Hansgrohe qui s’est montré – trop – discret cette année, c’est Peter Sagan. Sur les routes du Tour de France, pas de huitième maillot vert, pas de victoire d’étape, le showman slovaque a cédé sa place à Sam Bennett, à contrecœur.

Bora-Hansgrohe

Giro d’Italia 2020, victoire de Peter Sagan © Bettini Photo pour Bora-Hansgrohe

Absent des classiques du Nord, Peter Sagan avait misé sur le Tour d’Italie. Pour sa première participation, il est évident qu’il voulait endosser le maillot cyclamen. Même s’il l’a porté quelques jours, Arnaud Démare (Groupama-FDJ) a été le plus fort pour le classement par points. Heureusement, Sagan a remporté la dixième étape du Giro, en solitaire, après une magnifique démonstration à l’avant, et à l’attaque. Une seule victoire pour toute une saison, maigre bilan pour un sprinteur trois fois champion du monde…

Un mercato très prometteur

Deux coureurs polyvalents de l’équipe, Gregor Mühlberger et Rafal Majka ont été respectivement recrutés par Movistar et UAE Team Emirates. Tous les deux à l’aise en montagne, ils s’en vont épauler les leaders des équipes en question.

Côté arrivées, de bons coureurs rejoignent l’équipe. Nils Politt – deuxième de Paris-Roubaix en 2019 – sera un excellent élément lors des classiques, où Bora-Hansgrohe manque de titres. Wilco Kelderman a aussi été recruté, il pourrait devenir un bon leader de l’équipe, aux côtés de Maximilian Schachmann. Pour finir, l’équipe a aussi misé sur la jeunesse, avec l’arrivée de l’excellent Jordi Meeus, champion de Belgique espoirs sur route. Il sera un bon soutien pour les sprinteurs, et pourra aussi jouer la gagne.

Avec la progression de ses coureurs, et l’arrivée des nouveaux, la saison 2021 promet d’être encore plus belle. L’équipe Bora-Hansgrohe pourra s’affirmer dans les Grands Tours. Pour les classiques et autres courses d’un jour, Peter Sagan sera attendu, comme toujours. Un huitième maillot vert rythmera aussi sa saison.

 

Crédit photographie en une : Bettini Photo pour Bora-Hansgrohe

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire