Tour de France 2020 – Etape 10 : Sam Bennett lève les bras sur l’île de Ré

0
Stage winner Team Deceuninck rider Ireland's Sam Bennett (2nd-L) celebrates as he crosses the finish line ahead of Team Lotto rider Australia's Caleb Ewan (1st-R) and Team Bora rider Slovakia's Peter Sagan (1st-L) at the end of the 10th stage of the 107th edition of the Tour de France cycling race, 170 km between Le Chateau d'Oleron and Saint Martin de Re, on September 8, 2020. / AFP / POOL / KENZO TRIBOUILLARD
Ligue 1

Au lendemain de la journée de repos, les coureurs entamaient cette journée de transition les batteries pleines. Une étape qui reliait l’île d’Oléron à l’île de Ré finalement un peu plus agitée que prévu. 

Sur le papier, cette étape n’avait rien de bien attractif. “Du plat, du plat, et encore du plat” comme diraient les amateurs de Pro Cycling Manager. Le point culminant de cette étape des îles était à seize mètres. Parfait pour faire la sieste sur une étape plus intéressante d’un point de vue touristique que cycliste, du moins sur le papier.

La première surprise arrive avant le départ. Christian Prudhomme, directeur de la course, est déclaré positif au Covid-19 et ne donnera pas le départ de cette dixième étape. Du côté des coureurs, RAS. Hormis l’abandon de Pozzovivo, tous sont présents.

Une course qui aurait pu être dynamitée 

Dès le départ réel, deux coureurs prennent les devants sur le viaduc reliant Oléron au continent. Stephen Küng (Groupama-FDJ) et Michael Schär (CCC) forment une échappée 100% suisse. Une échappée neutre, qui prendra jusqu’à deux minutes d’avance.

Un scénario attendu jusqu’à ce que le peloton décide de changer de rythme. Après avoir passé Royan, la course change de direction et le vent, assez faible jusqu’ici, s’intensifie. Les grosses équipes prennent les choses en main à 100 kilomètres de l’arrivée. On sent le danger arriver et on accélère pour protéger les leaders.

L’échappée perd son avance, et les premières cassures apparaissent. Pas de gros noms distancés, mais une chute vient réduire encore plus le groupe de tête. La course s’anime, sur dix kilomètres seulement. Après avoir échauffé le peloton, la Deceunink ralentit, et les groupes détachés reviennent paisiblement.

Pogacar et Martin piégés

Pour nous tirer de notre sommeil, quoi de mieux que Catherine Deneuve et les Demoiselles de Rochefort ? Dans la ville du classique des années 60, nouvelle chute au sein du peloton. Tadej Pogacar, Guillaume Martin ou encore Bryan Coquard se retrouvent au sol. Plus de peur que de mal puisque les coureurs n’ont pas de problème pour rejoindre le groupe.

39 kilomètres avant l’arrivée, Matteo Trentin devance Peter Sagan et Sam Bennett sur le sprint intermédiaire. Un sprint très peu disputé, on anticipe déjà le final de l’étape qui va mine de rien arriver très vite. Le peloton roule fort depuis le départ et les favoris du jour préfèrent garder des forces.

Sam Bennett au dessus du lot

Après une final mouvementé dans lequel la Jumbo ou encore Ineos auront tenté de faire casser le peloton avec un fort tempo, il reste encore un gros groupe pour disputer le sprint. Dans les rues de Saint-Martin-de-Ré, la formation Sunweb fait le travail pour lancer comme il faut son sprinteur Cees Bol. Malheureusement le train est trop court pour emmener le sprinteur néerlandais jusqu’au bout.

Le sprint est lancé tardivement et ce sont finalement Caleb Ewan et Sam Bennett qui se disputent la victoire. L’Irlandais est plus fort et s’impose devant Ewan et Peter Sagan. Le coéquipier de Julian Alaphilippe a eu raison de ne pas se donner à fond sur le sprint intermédiaire puisqu’il était le plus frais à l’arrivée. Il remporte ainsi sa première victoire sur le Tour.

Image

Sam Bennett fait coup double

Grâce à cette victoire, il en profite pour ravir à Peter Sagan le maillot vert.

Pour les autres maillots, aucun changement notable. Pas de point de la montagne attribué aujourd’hui. Les favoris du maillot jaune et du maillot blanc ont également terminé à l’avant. Pas d’évolution au classement général dans cette étape de transition qui aura finalement été assez stressante.

Bis repetita demain avec une nouvelle étape sans relief. Mais contrairement aux apparences, ce sont des étapes usantes, surtout mentalement, où les favoris doivent rester concentrés pour rester dans la course avant d’entamer les grosses étapes de montagne. 

Crédit photo : AFP

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here