Tour de France

Tour de France 2022 : Les ascensions les plus difficiles

Tour de France

Cette année, le parcours du Tour de France n'est pas particulièrement favorable à un type spécifique de coureur du classement général. Il présente un mélange traditionnel de contre-la-montre, d'étapes de haute montagne et d'étapes de plat, ainsi qu'un soupçon de pavés lors de la cinquième étape, pour créer une course qui devrait offrir des batailles passionnantes et dynamiques. Comme toujours, les organisateurs ont prévu des ascensions emblématiques avec des vues imprenables et des pentes vertigineuses, montrant quelques-uns des plus beaux cols que la France a à offrir.

Ces ascensions seront déterminantes pour le choix du coureur qui se rendra à Paris avec le maillot jaune tant convoité, la plupart d'entre elles étant suffisamment longues pour créer des écarts importants au classement général. Cette année, des ascensions telles que l'Alpe d'Huez et le Hautacam feront partie de la Grande Boucle, toutes deux ayant marqué l'histoire du Tour de France. Les coureurs qui s'imposeront au sommet de ces montagnes légendaires entreront dans les livres d'histoire et des enjeux aussi élevés devraient conduire à des courses offensives.

SEPTIÈME ÉTAPE – LA SUPER PLANCHE DES BELLES FILLES

C'est peut-être la seule ascension de notre liste qui n'est pas classée hors catégorie par les organisateurs de la course, mais cela ne signifie pas que La Super Planche des Belles Filles ne sera pas extrêmement difficile et décisive dans Le Tour cette année. C'est le premier vrai test de la course pour les prétendants au titre de champion du monde et, bien que la course ne sera probablement pas gagnée ici, elle pourrait certainement être perdue si un coureur qui vise le titre de champion du monde a une mauvaise journée.

Incluse pour la dernière fois dans la course en 2019, lorsque le vainqueur de La Flèche Wallonne 2022, Dylan Teuns, a remporté la victoire, La Super Planche des Belles Filles est bien adaptée aux grimpeurs les plus percutants. Si elle affiche une pente moyenne de 8,7 % sur 7 km, elle présente des pentes maximales de 24 %. Comme si cela ne suffisait pas, les derniers mètres jusqu'à la ligne d'arrivée se déroulent sur une piste de gravier raide, ce qui signifie que garder la traction sera un autre défi pour ceux qui se disputeront la victoire.

Bien qu'elle ait été surnommée “la petite Alpe d'Huez” par certains des protagonistes les plus célèbres de l'ascension, l'impact que la Super Planche des Belles Filles pourrait avoir sur cette course n'a rien de minime. Il suffit de jeter un coup d'œil à l'histoire récente du Tour de France pour s'en rendre compte : Chris Froome a remporté sa première étape du Tour ici en 2012 et c'est sur les sections asphaltées de cette montée que Tadej Pogačar a renversé la situation face à Primož Roglič lors du dramatique contre-la-montre de l'avant-dernière étape en 2020. Nous pouvons nous attendre à voir un feu d'artifice similaire lorsque le peloton prendra la montée cette année et l'ajout du secteur de gravier final ne fait qu'ajouter du carburant.

ÉTAPE 11 – COL DU GALIBIER ET COL DU GRANON

Cette étape sera la première de deux journées cruciales pour les coureurs du classement général du Tour de cette année. Nous verrons le peloton affronter deux ascensions hors catégorie l'une après l'autre lors de la 11ème étape, en commençant par l'historique Col du Galibier. Le coureur qui franchira le sommet en premier se verra remettre le Souvenir Henri Desgrange, un prix décerné au coureur qui franchira le premier le point le plus haut de la course, nommé en l'honneur du premier organisateur du Tour de France.

Depuis 1947, le col du Galibier a été franchi 31 fois par le Tour de France, la dernière fois en 2019 où l'étape a été remportée par le talent colombien de grimpeur Nairo Quintana. Avec une pente moyenne de 6,9 % sur 17,7 km, c'est une montagne longue et attritionnelle qui provoquera de gros écarts au classement général.

Si les coureurs du classement général n'étaient pas encore assez divisés après le Galibier, les organisateurs ont porté un autre coup en ajoutant une arrivée au sommet du Col du Granon sur cette étape. Le Granon affiche une moyenne exigeante de 9,2% sur 11,3 km et n'a été franchi qu'une seule fois par le Tour de France, en 1986. Cependant, cette montée reste importante dans l'histoire du Tour en raison des événements qui se sont déroulés ce jour-là : c'est là que Bernard Hinault a porté le maillot jaune pour la dernière fois avant de le céder à Greg LeMond.

En 2022, ces deux ascensions feront de la 11e étape l'une des plus importantes de la course. Les prétendants au titre de champion du monde ne peuvent pas se permettre de passer une mauvaise journée, car les montagnes sont très nombreuses sur le parcours. Il sera important que les coureurs chronomètrent leurs efforts correctement, car ils pourraient payer le prix d'attaques précoces plus tard dans l'étape.

ÉTAPE 12 – ALPE D'HUEZ

C'est une montée qui n'a pas besoin d'être présentée. L'Alpe d'Huez est une figure de proue de l'histoire du Tour de France, où se sont déroulées certaines des batailles les plus emblématiques de l'histoire pour le maillot jaune. De la victoire en solitaire de Fausto Coppi en 1952, à la trêve de Bernard Hinault et Greg LeMond sur la montée en 1986 lorsqu'ils ont franchi la ligne bras dessus bras dessous, en passant par la victoire éclatante de Geraint Thomas en 2018 lorsqu'il est devenu le premier Gallois à remporter le Tour, la montée est riche en histoires.

L'Alpe d'Huez est longue de 13,8 km avec une pente moyenne de 8,2 % – un défi difficile en soi. En 2022, ce qui rendra les choses encore plus difficiles pour les prétendants à la victoire finale, c'est qu'ils auront déjà dû affronter le Col du Galibier (23 km à 5,1%) et le Col de la Croix de Fer (29 km à 5,2%) avant la célèbre Alpe d'Huez en fin d'étape. Comme la 11ème étape, la 12ème étape sera un véritable test de talent et d'endurance. Des coureurs comme Tadej Pogačar savoureront la difficulté des montées successives, mais nous devons avoir une pensée pour ceux du gruppetto qui redouteront sans doute la bataille pour rester dans le temps imparti ici.

ÉTAPE 18 – HAUTACAM

La dernière épreuve d'escalade du Tour de France 2022 aura lieu lors de l'étape 18, qui se terminera par le Hautacam, une montagne raide et intimidante qui affiche une moyenne de 7,8 % sur 13,6 km. C'est la première fois que le Hautacam fait partie de la course depuis 2014, lorsque Vincenzo Nibali s'était imposé seul, avec plus d'une minute d'avance sur le favori local Thibaut Pinot, deuxième.

Si les positions GC de la course n'ont pas encore été décidées à ce stade, le Hautacam pourrait ouvrir la voie à une passionnante bataille de montagne finale entre les prétendants au maillot jaune. Avant d'atteindre le Hautacam, les coureurs auront déjà eu un avant-goût des montées pyrénéennes les plus difficiles, puisqu'ils auront passé le Col d'Aubisque (16,4 km, 7,1%) et le Col de Spandelles (10,3 km, 8,3%) plus tôt dans l'étape.

Les organisateurs ont stratégiquement placé cette journée exigeante près de la fin des trois semaines de course, ce qui signifie que la fatigue se fera vraiment sentir à ce moment-là et que certains coureurs courront le risque d'exploser lors de la dernière étape. Ce sera également la dernière chance pour les purs grimpeurs de mettre autant de temps que possible aux prétendants à la victoire finale qui sont plus adaptés aux contre-la-montre puisque la course se termine par une course plate de 40 km contre la montre.

Dernières publications

En haut