Tour de France

Tour de France 2023 – Cinq étapes clés

Parcours Tour de France 2023

Il a rarement été aussi difficile de choisir cinq étapes clés sur un parcours du Tour de France. Avec cinq chaînes de montagnes – les Pyrénées, le Massif Central, le Jura, les Alpes et les Vosges – toutes visitées sur le parcours du Tour de France 2023, il y a potentiellement des journées charnières à chaque tournant en juillet prochain.

De plus, dans cette ère moderne haletante, même les journées apparemment plus douces ont le potentiel de s'enflammer. On pense par exemple à la démonstration de force de Wout van Aert sur la route de Longwy en 2022, ou à la course à deux de Thibaut Pinot et Julian Alaphilippe sur la route de Saint-Étienne en 2019.

Et pourtant, lorsque les lumières s'allument au Palais des Congrès chaque mois d'octobre, certaines étapes se distinguent plus que d'autres. En 2023, ce sont au moins huit ou neuf étapes qui ont retenu l'attention, et certaines journées particulièrement ardues ont été écartées de cette (très) courte liste, notamment la difficile arrivée au sommet du Grand Colombier lors de la 13e étape et le passage du col de Joux Plane un jour plus tard.

À ce stade précoce, voici cinq étapes du Tour de France qui ouvrent l'appétit avant le grand spectacle de juillet.

Stage 6: Tarbes – Cauterets-Cambasque, 145km

Lorsque le Grand Départ du Tour de France s'est déroulé pour la dernière fois au Pays Basque en 1992, le Tour n'a fait qu'une visite de pure forme aux Pyrénées lors de son retour en France. Javier Murguialday s'impose à Pau après avoir contourné les montagnes lors de la troisième étape, tandis que son compagnon d'échappée, un jeune homme du nom de Richard Virenque, s'annonce au Grand Public en s'emparant provisoirement du maillot jaune. Les hommes du GC, dont Miguel Indurain, ont préféré garder la poudre sèche pour les défis à venir, à savoir le contre-la-montre par équipes de 63,5 km deux jours plus tard et le contre-la-montre individuel de 65 km au Luxembourg à la fin de la semaine d'ouverture.

Contrairement à l'époque de Jean-Marie Leblanc, il n'y a pas de répit pour les prétendants au classement général dans le Tour moderne. Les hommes qui visent le jaune à Paris seront à nouveau contraints d'agir tôt et souvent en 2023. Après une première étape vallonnée au Pays basque, le Tour s'engage dans les Pyrénées pour deux étapes qui pourraient faire une forte impression sur le classement général. La première, la cinquième étape, comprend le court mais raide Col de Marie Blanque avant l'arrivée à Laruns, mais la deuxième étape, vers Cauterets, est l'événement principal.

Bien qu'elle ne fasse que 145 km, la 6e étape de Tarbes comporte trois cols de montagne. Le premier est le Col d'Aspin (12 km à 6,5%) après 68 km, suivi du puissant Col du Tourmalet (17,1 km à 7,3%), qui revient sur le parcours après avoir été ignoré en 2022. La longue descente vers Luz Saint Sauveur offre théoriquement une chance de se regrouper, mais ceux qui sont allés trop loin sur le Tourmalet risquent de payer pour cet effort sur la dernière ligne droite vers Cauterets. La montée de 16 km a une pente moyenne de seulement 5,4 %, mais les statistiques peuvent être trompeuses un jour comme celui-ci. Une étape pyrénéenne de cette ampleur si tôt dans le Tour est certaine de créer des ruines.

Étape 9 : Saint-Léonard-de-Noblat – Puy de Dôme, 184 km

Au cours de l'été 2001, le jardin du Luxembourg a été le théâtre d'une exposition en plein air des plus grandes photographies de l'histoire de L'Équipe. Les grilles du périmètre étaient ornées d'images saisissantes, de l'escrime au football, d'Alain Prost à Zinedine Zidane. Mais, à l'instar de la Joconde au Louvre, un tableau attirait plus de monde que tous les autres lors de ces douces soirées : Jacques Anquetil et Raymond Poulidor, au coude à coude dans le Puy de Dôme, engagés dans le combat pour le Tour 1964.

Ce Tour a sans doute fait couler plus d'encre que tout autre, et bien d'autres suivront au cours des huit prochains mois. Le Puy de Dôme est l'un des sites sacrés du Tour, mais il ne figure plus sur le parcours depuis 1988 en raison de la construction d'une voie ferrée panoramique sur le volcan endormi qui surplombe Clermont Ferrand. Le vélo est strictement interdit sur la route étroite qui longe la voie ferrée, mais en rejoignant ASO en 2004, Christian Prudhomme a fait du retour au Puy de Dôme un objectif. Le Puy de Dôme figurait même dans ses premiers plans de route en 2012, mais il a fallu attendre 2023 pour que la logistique soit mise au point.

Contrairement à cet après-midi indélébile de 1964, où la moitié de la France semblait s'être rassemblée sur le flanc de la montagne, aucun spectateur ne sera autorisé sur les 4 derniers kilomètres de l'ascension en juillet prochain, mais le spectacle télévisé ne devrait pas être moins passionnant. Le Clermontois Raphaël Geminiani connaît la montée mieux que quiconque. Il a participé à sa première apparition dans le Tour en 1952, lorsque Fausto Coppi s'est imposé au sommet, et il était le directeur sportif d'Anquetil une douzaine d'années plus tard. “Il y a l'Alpe d'Huez, mais rien n'est comparable au Puy de Dôme. C'est une ligne droite et ça monte tout droit…” Geminiani a déclaré à France 3. “C'est très difficile”.

En 2023, le Puy de Dôme arrive à la fin d'une étape accidentée à travers l'Auvergne. Bien qu'il n'y ait pas d'ascensions extrêmes au programme au préalable, le terrain est latéralement exigeant, avec quelque 3 600 m de dénivelé total. Le point culminant de la journée, bien sûr, est la montée vicieuse vers l'arrivée. L'ascension complète depuis Clermont est longue de 13 km avec une moyenne de 7,7 %, mais la principale difficulté réside dans les 4 derniers kilomètres, raides et droits, où la pente ne descend jamais en dessous de 11 %. La chaleur étouffante est souvent un facteur dans ce coin du monde en juillet.

La dernière étape avant le premier jour de repos du Tour de France pourrait être déterminante.

Étape 16 : Passy – Combloux, 22 km (contre-la-montre individuel)

Avec une telle prépondérance d'étapes de montagne, il est facile de négliger l'importance de l'unique contre-la-montre sur le parcours de ce Tour. Et pourtant, dans les Grands Tours modernes, même la plus petite portion de kilomètres de contre-la-montre peut faire une sacrée différence sur trois semaines. Le Tour 2017 en était un exemple, où Romain Bardet avait pris la mesure de Chris Froome en montagne, mais a tout de même terminé la course à la troisième place, son retard de 2:20 ayant été essentiellement accumulé en seulement 36 km de contre-la-montre.

La course contrôlée de 2017, bien sûr, semble déjà bien loin du chaos sans remords qui semble être régulièrement déclenché ces jours-ci par Tadej Pogačar (UAE Team Emirates) et ses rivaux de Jumbo-Visma. Mais il est tout de même remarquable que Pogačar et Jonas Vingegaard (Jumbo-Visma) n'ont pas tendance à se séparer très facilement lorsqu'ils s'affrontent en haute montagne.

En juillet dernier, il a fallu l'assaut de Jumbo-Visma sur le Granon pour séparer les deux principaux hommes de la montagne, tandis que la chute de Pogačar sur les Spandelles a sûrement eu un impact sur ses déboires sur le Hautacam une semaine plus tard. Autrement, lorsque les deux hommes étaient en forme et en pleine forme, ils se sont essentiellement égalés coup de pédale par coup de pédale chaque fois que la route montait.

Dans cette optique, le contre-la-montre de 22 km entre Passy et Combloux pourrait être très important, d'autant plus qu'il s'agit d'une épreuve hybride : pas un contre-la-montre de montagne, mais certainement pas un contre-la-montre de plat non plus. La courte Côte des Soudans apparaît très tôt, tandis que les 6,5 derniers kilomètres depuis Domancy sont tous en montée. La section la plus difficile se situe sur la Côte de Domancy, longue de 3 km, où Bernard Hinault a remporté les Championnats du monde en 1980. En effet, l'ensemble du final de cette étape faisait déjà partie d'un contre-la-montre étonnamment similaire en 2016.

À cette occasion, le parcours avait continué à grimper au-delà de Combloux pour atteindre la Côte des Chozeaux. Cette fois-ci, le parcours n'est pas aussi exigeant, mais les écarts ne seront pas moins importants. La transition entre le milieu plat et le final raide ne sera pas simple, et le choix du vélo – ou peut-être même un changement de vélo – sera essentiel. Pogačar, vainqueur du contre-la-montre en deux parties de La Planche des Belles Filles en 2020, pourrait aimer ce qu'il trouvera ici.

Étape 17 du Tour de France : Saint-Gervais Mont Blanc-Courchevel, 166 km

Identifier l'étape de montagne la plus difficile de ce Tour de France est en grande partie dans l'œil de l'observateur, mais la position de cette étape alpine – sans parler de ses 5 000 mètres de dénivelé – la place fermement en lice pour cet honneur. Arrivant dans la troisième semaine de la course et seulement 24 heures après le seul contre-la-montre du Tour, il est difficile d'envisager autre chose que des écarts significatifs à l'arrivée à l'altiport de Courchevel.

Quatre ascensions classées sont au programme, à commencer par le Col des Saisies (13,km à 5,3%). Le méchant Cormet de Roseland (19,9 km à 6 %) amène la course juste à côté de la marque des 2 000 m, avant une longue descente le long de deux noms évocateurs de l'histoire du Tour – Les Arcs et La Plagne – en route vers la base de la troisième ascension du jour. La Côte de Longefoy est relativement courte (6,6 km à 7,6 %), mais, cruellement, la route se relève une fois de plus après le sommet officiel.

Mais l'obstacle majeur de la journée est l'interminable col de la Loze, qui s'élève inexorablement sur 28,4 km à une pente moyenne de 6 %. Si la pente et la longueur ne suffisent pas à diviser la course, l'altitude le fera sûrement. À 2 304 m, le col de la Loze est le Souvenir Henri Desgrange, le point le plus élevé de tout le Tour.

Lors de la première visite du Tour en 2020, le Col de la Loze a servi d'arrivée au sommet, Miguel Ángel López s'imposant en solitaire tandis que Primož Roglič (Jumbo-Visma) arrachait ce qui semblait être une quinzaine de secondes décisives à Pogačar. Cette fois-ci, la course se poursuit sur 6,5 km, avec une descente sur le sommet et un retour vers Courchevel, où il y a un coup d'épée dans l'eau, avec la montée raide vers la ligne d'arrivée à l'altiport.

Étape 20 du Tour de France : Belfort – Le Markstein Fellering, 133 km

L'une des innovations de l'ère Prudhomme sur le Tour a été l'insertion régulière d'étapes de montagne complètes le quatrième week-end de la course, avant un long transfert vers Paris le dernier jour. L'expérience a connu quelques ratés – on se souvient de la procession sous la pluie vers Morzine en 2016 – mais il y a eu plus que suffisamment de drames tardifs au fil des ans pour justifier le concept.

Le plus grand retournement de situation s'est produit dans les Vosges en 2020, lorsque Pogačar a déjoué tous les pronostics lors du contre-la-montre de La Planche des Belles Filles. Le Tour reviendra dans ce massif montagneux pour sa dernière épreuve en 2023. La courte étape à travers l'Alsace a le potentiel pour être une épopée miniature, en particulier si les marges sont encore surmontables en haut du classement général. Cinq ascensions classées jalonnent le parcours de 133 km, avec un total de quelque 3 600 m de dénivelé sur la route de Belfort au Markstein.

Un nom familier est le premier. Le Ballon d'Alsace (11,5 km à 5,3 %) est à l'origine de la relation entre le Tour et les cols de montagne en 1905, bien qu'il n'y soit apparu que quatre fois au cours des 40 dernières années. L'ascension est précoce ici et pourrait briser le peloton en morceaux avec plus de 100 km à parcourir.

Le Col de la Croix des Moinats, le Col de Grosse Pierre et le non catégorisé Col de la Schlucht sont coincés dans une section intermédiaire exigeante avant que la chute vers Munster offre un peu de répit. Ce répit ne dure pas longtemps. La route grimpe à nouveau avec le Petit Ballon (9,3 km à 8,1%), suivi peu après par le Col du Platzerwasel (7,1 km à 8,4%).

Le sommet se trouve à un peu plus de 8 km de l'arrivée, mais les difficultés de la journée ne sont pas encore terminées, car le parcours traverse la crête ondulée qui mène à la station de ski du Markstein, où s'est déroulée l'arrivée de l'avant-dernière étape du Tour de France Femmes de l'année dernière. L'exposition solo d'Annemiek van Vleuten à cet endroit a fait basculer la course et l'a propulsée en jaune. L'Alsace pourrait offrir un feu d'artifice similaire dans la course masculine en juillet prochain.


Dernières publications

En haut