Trophée des Champions

Trophée des Champions : un Clasico pimenté

« Ce match, il perd de sa saveur au fil des années » a ainsi décrit Nicolas Boffredo, président du Collectif Ultras Paris, avant la rencontre de ce soir opposant le Paris Saint-Germain à l’Olympique de Marseille dans le cadre du Trophée des Champions. Pourtant, si l’on se remémore le début de saison, les Marseillais étaient venus s’imposer au Parc dans une ambiance des plus tendues, digne d’un Clasico, même si les actes et paroles sont réprimandables. La blessure n’est pas totalement refermée et les joueurs parisiens ont une revanche à prendre ce mercredi soir à Bollaert.

PSG-OM : une rivalité constante

En effet, malgré les sentiments des supporters à travers les paroles de son président, la valeur de cette rencontre ne change pas et la rivalité reste la même pour les joueurs. Verratti est revenu sur l’importance du Classique lors d’une interview lundi et a expliqué la transmission de cette rivalité : « Dès mes premiers instants ici, on m’a expliqué la rivalité avec Marseille. C’est quelque chose d’important pour tout le monde au club. Et nous essayons de transmettre cela aux joueurs qui arrivent ensuite. C’est un match différent des autres, qui compte beaucoup pour les supporters. Les supporters et nous, nous sommes une famille, c’est pour cela que nous devons toujours donner un peu plus quand nous jouons Marseille, et quand on porte ce maillot, la rivalité prend tout son sens. Contre Marseille, c’est un double objectif. » Des mots forts de la part du milieu italien, caractérisant à merveille le Classique.

Dans l’autre camp, André Villas-Boas a eu un discours similaire en conférence de presse lundi également : « un Clasico est toujours chaud. » Le Portugais a cependant été beaucoup critiqué concernant ses lamentations au sujet de la force qatarienne du PSG qui aurait changé la face du football français : « L’OM ne gagne plus de titre depuis que le PSG a changé la face du football français. Ce n’est pas non plus la faute de l’OM, mais la réalité du championnat le plus déséquilibré au monde. » Puis de renchérir : « Pour le palmarès de l’OM et pour chacun de nous, avoir un titre c’est important. C’est dur en ce moment avec la domination du PSG. Quand tu as une occasion il faut la saisir. » Une preuve de la détermination du coach à aller chercher cette victoire coûte que coûte, pour gagner le Classique et le trophée.

Spécificités de la rencontre

La Covid-19 aura eu raison de nombreux changements dans les compétitions de football et le Trophée des Champions en fait également les frais. Outre le fait que le match ait été décalé à cause du bouleversement du calendrier en début de saison, c’est également la première fois depuis 2010 que la compétition se déroule en France. En effet, alors que la LFP avait décidé d’exporter cette rencontre à l’étranger, comme à Shenzhen en Chine en 2019, celle-ci se disputera à Lens, dans le stade Bollaert-Delelis. Cette pelouse doit faire remonter des souvenirs aux supporters parisiens et pour cause, c’est là que leur équipe a joué et perdu la première rencontre de la saison.

Bien évidemment, la seconde spécificité concerne le nouvel entraîneur parisien qui disputera son premier Classique à la tête de l’équipe. Il connaît, plus que tous les entraîneurs de l’ère QSI, la rivalité et l’importance de ce duel puisqu’il l’a lui-même joué lorsqu’il était joueur. Il s’agit forcément d’un point positif pour Nicolas Boffredo d’avoir comme coach « quelqu’un qui connaît le club ». C’est également le moment pour Mauricio Pochettino de remporter son premier trophée sur le banc du PSG. D’autant plus qu’il n’a encore jamais gagné de trophées auparavant en tant qu’entraîneur, emmenant Tottenham en finale de League Cup (2015) et de Champions League (2019).

Compos probables

Plusieurs joueurs parisiens ont fait leur retour à l’entraînement ce lundi, notamment Neymar Jr. Le Brésilien sera apte à disputer la rencontre et devrait être sur la pelouse au coup d’envoi. Mauricio Pochettino devrait composer de nouveau son équipe en 4-2-3-1, avec un effectif plus important. Avec les retours de Kimpembe, Danilo et Paredes, le technicien argentin va pouvoir faire tourner en gardant une équipe compétitive. Dagba, Kehrer et Rafinha, testés positifs à la Covid, sont les trois seuls absents du groupe parisien, outre Bernat.

Le onze probable : Navas – Florenzi, Marquinhos, Kimpembe, Bakker – Danilo, Paredes – Di Maria, Verratti, Neymar – Icardi.

Neymar de retour à l'entrainement ce lundi 11 janvier.

Neymar de retour à l’entrainement ce lundi 11 janvier. © C. Gavelle

André Villas-Boas a expliqué ô combien il était « important de jouer l’agressivité contre Paris » et pourrait se montrer ambitieux quant à la composition de son équipe. Dimitri Payet, sur le banc lors des deux derniers matchs, sera bien titulaire face à Paris a également annoncé le technicien. Nemanja Radonjic, auteur de bonnes prestations dernièrement, devrait l’accompagner sur le front de l’attaque, tout comme Thauvin et Benedetto dans un 4-2-3-1. Seul absent à compter : Jordan Amavi.

Le onze probable : Mandanda – Sakai, Alvaro, Caleta-Car, Nagatomo – Kamara, Gueye – Thauvin, Payet, Radonjic – Benedetto.

 

Les joueurs ne parlent pas de revanche mais dans un contexte tel que celui-ci, où l’amertume et les tensions du dernier match sont encore présentes, on peut supposer que les joueurs de la capitale souhaitent laver l’affront. Il est donc probable que ce Trophée des Champions soit très accroché.

Crédits photo : So Foot.

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
consectetur ipsum id Lorem felis et, neque. eleifend dolor ante.