Tour de France

Un Tour de France pour la génération Netflix – Analyse du parcours 2023

Tour de France

“Tout le monde reste calme, tout le monde reste calme.” Aucune alarme incendie ne retentit à l'intérieur du Palais des Congrès, ni aucun signe d'une quelconque urgence. Ce sont en fait les mots de Christian Prudhomme, peu après avoir dévoilé le parcours du Tour de France 2023.

Le directeur de course a vanté les mérites d'un parcours qui comprend les cinq massifs montagneux de France, qui bat un record d'ascensions classées et qui comporte des têtes d'affiche comme le Puy de Dôme et le Col de la Loze. Ceux qui s'attendaient à ce que l'escalade soit compensée par une bonne dose de contre-la-montre ont dû attendre jusqu'à ce que les lumières s'allument dans l'auditorium.

22 kilomètres contre la montre, un record absolu. Prudhomme a tenté de minimiser ce fait en se référant au Tour de France 2015 et à son unique contre-la-montre individuel d'ouverture de 14 km, mais c'est sans compter le contre-la-montre par équipes de 28 km qui se déroulera plus tard dans la course. En termes de contre-la-montre global, il n'y en a jamais eu autant depuis la première apparition de la discipline en 1934.

Et donc, malgré tous les sommets à l'horizon, c'est l'absence qui a le plus marqué les esprits. C'est ce que Prudhomme a passé la plupart de son temps à aborder dans la mélée médiatique qui a suivi. L'ancien journaliste a bien défendu sa position, exprimant une opinion étonnamment franche qui se résume en fait à “c'est ennuyeux”, et affirmant que les contre-la-montre ne fonctionnent pas à l'ère moderne du tout-venant.

Le calme est de mise lorsque Prudhomme est pris à partie par deux journalistes belges. Son attaché de presse tentait de le mettre à l'abri dans les coulisses, mais ils ont exigé de savoir pourquoi il n'avait pas servi un itinéraire plus favorable à leur star, Remco Evenepoel. C'était une sorte d'affront national. Ne voulait-il pas que le champion du monde participe au Tour ? Prudhomme s'est bien défendu.

“La Redoute, je ne pense pas que c'était un contre-la-montre“, a-t-il dit, faisant référence à la victoire en solitaire d'Evenepoel à Liège-Bastogne-Liège ce printemps. “San Sebastian n'était pas un contre-la-montre. Le championnat du monde n'était pas un contre-la-montre.”

“Nous l'attendons”, a ajouté Prudhomme, rappelant que le Belge Eddy Merckx, quintuple vainqueur du Tour, n'a fait ses débuts qu'en 1969, à l'âge de 24 ans, après trois participations au Giro. “Restons tous calmes, même vous, restez calmes. S'il vient en 2024 à 24 ans… rappelez-vous Eddy Merckx, 1969… restez calmes les enfants.”

Qu'est-ce qu'ils essaient d'atteindre ?

Au-delà d'Evenepoel, il y avait des points d'interrogation justifiés sur la façon dont un Tour de France si léger sur le contre-la-montre se présente, et, plus important encore, pourquoi.

A cet égard, l'attaque de jeudi n'est que le dernier épisode de la guerre contre le contre-la-montre menée par Prudhomme. C'est ce qui pourrait bien définir son mandat de directeur de course du Tour. Il a pris la direction de l'épreuve en 2007, une année où le Tour comportait 117 km de contre-la-montre individuel, et après une décennie pendant laquelle le chiffre n'est pas descendu en dessous de 74 km.

Le déclin a été rapide, malgré l'anomalie de 2012, et il s'est vraiment accéléré lorsque la domination de Chris Froome a atteint son apogée entre 2015 et 2017. Le Tour 2017 comportait 37 km contre la montre, puis 31 km en 2018, 27 km en 2019 et 36 km en 2020. Les deux dernières années ont renversé cette tendance, mais malgré tout, 58 km en 2021 et 54 km cette année seraient légers par rapport aux normes des années 1980, 1990 et 2000. Comme pour appâter encore plus les rouleurs, l'unique contre-la-montre de 2023 se déroule dans les Alpes. “Ce n'est pas une épreuve pour Filippo Ganna”, plaisante Prudhomme.

Alors, qu'est-ce que les organisateurs du Tour, ASO, essaient réellement d'accomplir ici ?

Tout se résume au spectacle. Pendant les années Froome, marquées par la domination étouffante de l'équipe Sky, Prudhomme se sentait privé de spectacle. Aujourd'hui, il semble impressionné par ce qu'il considère comme une nouvelle génération de coureurs polyvalents, tels que Tadej Pogacar et Wout van Aert, qui s'aventurent entre les voies traditionnelles du Tour. Il y a certainement eu une tendance générale vers ce style de course sans lendemain ces dernières années et Prudhomme est impatient de l'adopter.

Le fait que les coureurs partent un par un, a-t-il ouvertement suggéré, n'est pas excitant pour les spectateurs. Il a également affirmé que l'époque où les grimpeurs et les rouleurs gagnaient et perdaient du temps les uns sur les autres appartenait au passé. Étant donné que les deux meilleurs contre-la-montre du Tour 2022 étaient également les deux meilleurs grimpeurs, l'argument semblait juste.

L'argument en faveur du contre-la-montre est qu'il crée des différences entre les concurrents, qu'ils doivent ensuite s'efforcer d'éliminer. Un Tour sans contre-la-montre pourrait, en théorie, devenir un jeu d'attente serré, où le Tour se résume à un moment clé et, éventuellement, à des secondes de bonus.

Prudhomme rêve d'un Tour de France serré, mais déteste l'idée d'un Tour ennuyeux. Il y a un équilibre à trouver, mais c'est un risque qu'il pense clairement valoir la peine de prendre, étant donné les showmen qu'il voit dans le peloton actuel.

Un Tour de France énergique

Mais il ne s'agit pas seulement d'un programme anti contre-la-montre. Même les ascensions sont différentes. Oui, le Tour 2023 compte cinq massifs et un nombre record de 30 ascensions classées, mais il n'y a pas beaucoup de ce que l'on pourrait appeler des étapes de haute montagne traditionnelles.

Il n'y aura qu'une brève incursion dans les Pyrénées, tandis que l'étape plus longue dans les Alpes se distingue par la rareté des routes typiques des stations de ski qui serpentent régulièrement sur les flancs des montagnes à 6-7 %. Le Col de Joux Plane est une bête irrégulière avec une moyenne de près de 9%, tandis que le Col de la Loze est plus raide et plus étroit encore sur la piste cyclable près du sommet. Le Puy de Dôme à la fin de la première semaine et l'arrivée au Markstein lors de la 20ème étape, sont conçus pour offrir des tests d'escalade plus raides loin des longs cols de haute montagne.

Si l'étape du Col de la Loze n'était pas aussi brutale – avec plus de 5 000 mètres de dénivelé – on pourrait presque parler de Tour du puncheur.

“Dans une montée constante, les coureurs peuvent calculer leurs watts et contrôler leur effort“, a déclaré le directeur technique Thierry Gouvenou, reprenant un autre thème récent d'ASO, l'aversion pour les compteurs de puissance. “Nous cherchons des moyens de faire exploser le peloton”.

Même si ASO faisait pression pour une interdiction des compteurs électriques à l'époque de Froome, l'idée de ce genre de Tour a sans doute fait son chemin lorsque Julian Alaphilippe a illuminé la course de 2019 et l'a presque gagnée. Nous n'en sommes pas encore au point où un Alaphilippe, un Van Aert ou un Van der Pol pourrait gagner le Tour de façon réaliste, mais sur cette preuve, ce n'est peut-être plus la proposition impensable qu'elle était autrefois.

En substance, les organisateurs veulent (dans une expression qui n'est pas aussi poétique) beaucoup de “moments forts” et pas de “moments morts” – beaucoup de “moments forts” et pas de “moments morts”. Ils veulent une Tournée explosive qui soit vivante et ouverte tous les jours, même dans les endroits auxquels on ne s'attend pas.

La perspective de huit sprints peut sembler élevée à cet égard, mais il n'y a pratiquement aucune chance que ce chiffre se concrétise, avec un terrain tentant pour les échappées et la probabilité que l'étape de Loze élimine les purs sprinters de la course avant les trois derniers.

Le fait que Netflix soit de la partie, et travaille actuellement sur une série documentaire qui sera diffusée au printemps prochain, est particulièrement pertinent ici. À une époque où le sport s'oriente vers des formats plus courts, le Tour reste à 21 étapes mais lance un appel au téléspectateur moderne en lui promettant du drame et des suspensions.

Bien sûr, il ne s'agit là que d'un aperçu des intentions des organisateurs ; le type de course que ce parcours produira réellement est une autre question. C'est vraiment difficile à prévoir. On a l'impression que ça peut aller dans tous les sens.

En tout cas, ce sont les coureurs qui font la course, comme le dit le cliché. À cet égard, il est intéressant de noter que les précédentes tentatives d'ASO pour animer le Tour – y compris les pentes plus raides (2017) – ont eu relativement peu d'impact. Ces derniers temps, le Tour a sans doute été victime de son propre succès, sa grande importance entraînant une uniformité de forme et un conservatisme tactique. Les modifications de parcours peuvent-elles y remédier ?

Le Tour de France 2023 fournira des preuves plus solides à cet égard. Il s'agira d'une expérience cruciale pour coder l'ADN du Tour de France moderne.


Dernières publications

En haut