Vince Carter: “ils représentent l’avenir de la ligue”

0
12 April 2016: Memphis Grizzlies guard Vince Carter (15) is seen on the bench during the Los Angeles Clippers 110-84 victory over the Memphis Grizzlies, at the Staples Center, Los Angeles, California, USA.
Ligue 1

Jeudi soir avait lieu une conférence téléphonique en compagnie de Vince Carter, qui s’apprête à rejoindre le Jr NBA Global Championship, un tournoi regroupant les meilleurs jeunes basketteurs du monde, âgés de 13 et 14 ans. Il a donc été question du rôle que Vinsanity jouera lors de cet événement, mais d’un tas de toutes autres choses. Retour sur les enseignements principaux.

«  Certains de ces enfants deviendront des stars »

Présent en tant que consultant/analyste lors de cet événement, Carter a rappelé combien il met déjà en lumière les futurs talents de demain. Venus du monde entier, ces jeunes représentent l’avenir de la NBA. Tous ne réussiront pas, c’est une certitude, mais avec le travail et l’abnégation, les futurs vedettes de la grande ligue se retrouveront à Orlando la semaine prochaine.

« J’attends toujours la bonne opportunité »

Désireux de rempiler pour une 22ème saison NBA, le vétéran ne se presse pas, lui qui est actuellement agent libre. Alors que cela semblait compliqué, les Hawks serait finalement prêt à le re-signer, après sa saison passée très correcte. Mais est-ce vraiment son désir ? Rien n’est moins sûr, sachant que Carter rêve secrètement de finir là où tout a commencé, à Toronto.

« Mon rêve est de continuer à jouer[…], ce n’est pas mon truc (la bague à tout prix), je préfère jouer car je sais que je peux le faire, prendre du plaisir ».

C’est avant tout motivé par son amour pour le basket que Vince souhaite prolonger sa carrière. Peu importe où cela se fera (même s’il a sa petite préférence), VC veut prendre du plaisir, une dernière fois.

«  La place grandissante des Européens (au sein de la ligue) ? C’est une bonne chose »

Lorsqu’un journaliste a évoqué le fait que le MVP en titre soit Grec, que le meilleur défenseur de l’année n’est autre que notre Frenchie Rudy Gobert et que le rookie de l’année est Slovène, Carter n’a pas hésité à montrer son enthousiasme, avouant volontiers que cela n’avait que du bon pour la NBA, et pour son exportation à l’internationale. Cela renforce la concurrence, et cela n’en est que meilleur.

«  C’est incroyable, je n’ai jamais vu ça. Aujourd’hui, on ne peut pas dire ce qu’il va se passer ».

Oui oui, même les acteurs principaux ont été surpris par cette free-agency démentielle. Et pour Carter, cela n’a que du bon ! Du renouvellement, du spectacle, de l’incertitude, tout ce qu’il faut pour passer une saison de rêve en NBA.

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here