On en parle aussi...

Vivianne Miedema : Du bord de la retraite à l’histoire de la WSL

Vivianne Miedema

Vivianne Miedema est au sommet de son art. Elle a été nommée footballeuse de l'année 2021 par la BBC, elle se bat pour le titre de la Women's Super League avec Arsenal et elle est prête à défendre la couronne européenne des Pays-Bas cet été.

Mais il y a eu des moments où les choses étaient difficiles pour l'attaquante. C'était en 2015, juste après la Coupe du monde au Canada. Miedema n'avait que 18 ans et le parcours des Pays-Bas avait pris fin par une défaite 2-1 contre le Japon en huitièmes de finale.

“C'était le moment le plus difficile de ma carrière”, raconte-t-elle à MOTDx. “J'étais vraiment proche de la retraite. Quand je suis rentrée à la maison, j'ai dit que je ne pouvais plus le faire. Je ne supportais pas la pression, je n'aimais pas le football et j'ai dit à ma mère : “C'est fini pour moi”. J'allais jouer pour le plaisir en Hollande”.

Vivianne Miedema, la naissance d'une légende

À cette époque, Miedema joue en Allemagne avec le Bayern Munich. Elle avait quitté le SC Heerenveen, dans son pays natal, un an plus tôt et, bien qu'elle ait remporté le titre de championne dès sa première saison, elle admet avoir quitté sa zone de confort.

“Le Bayern m'a semblé être la bonne étape après Heerenveen”, dit Miedema, qui a maintenant 25 ans. “Je ne parlais ni anglais ni allemand à l'époque, alors c'était difficile, mais remporter le titre était formidable.”

Après avoir failli abandonner, un changement de perspective l'a mise sur une nouvelle voie. “Mon état d'esprit a changé”, dit-elle. “Je me sentais beaucoup plus libre, beaucoup plus OK avec moi-même et je n'écoutais pas la pression du monde extérieur”.

Miedema a rejoint Arsenal en 2017, l'année où elle est devenue championne d'Europe avec les Pays-Bas. Son statut de légende au club – et dans le football féminin en général – est déjà assuré. Elle a aidé Arsenal à remporter la WSL en 2019, elle est la meilleure buteuse de tous les temps du championnat et, cette saison, elle est devenue la première joueuse de l'histoire de la compétition à enregistrer 100 participations au but.

‘Il n'y avait pas beaucoup de modèles féminins, alors je suivais les hommes'. Depuis son plus jeune âge, Miedema aime l'adversité et prouver que les gens ont tort. Elle a grandi en jouant contre des garçons dans la petite ville de Hoogeveen, avant de rejoindre le HZVV, puis le VV de Weide et enfin Heerenveen à 14 ans.

“J'ai commencé à jouer au football parce que je voulais faire partie d'une équipe avec mes amis, c'est toujours le cas maintenant”, dit-elle. “Je faisais partie d'une très petite famille – il y a toujours eu mes parents, mes grands-parents, mon frère Lars et moi. Pouvoir partager le football avec lui a été vraiment spécial. Nous avions l'habitude de vivre dans un appartement avec un terrain de football en face. Ça n'a jamais été bizarre pour moi d'être la seule fille de l'équipe. Quand j'entrais sur le terrain, les adversaires se disaient ‘oh, ça va être facile parce qu'ils ont une fille'. J'adorais ça parce que ça me déclenchait toujours. J'avais envie de marquer un triplé, ce que je faisais généralement.”

La croissance du football féminin, et le rôle qu'y joue Vivianne  Miedema, signifie que les jeunes filles ont des modèles qu'elles veulent imiter. Ce n'était pas le cas pour Miedema, qui a grandi dans un paysage footballistique dominé par les hommes. “J'ai soutenu le Feyenoord en grandissant, donc il y avait Robin van Persie, Dirk Kuyt, Thomas Buffel. Puis il y avait Raul au Real Madrid, ce genre de joueurs. J'étais une grande fan de tennis. Serena Williams a été un exemple massif pour tirer le meilleur parti de ma carrière. C'est incroyable d'être considérée comme un modèle et pour les jeunes filles de dire ‘je veux être comme Miedema' ou ‘je veux être comme Fran Kirby'. C'est formidable d'avoir cette plateforme, de montrer les possibilités qui existent.”

Bien qu'elle soit si prolifique devant le but, marquant 83 buts en championnat en 74 matchs pour Heerenveen, 52 en 78 pour le Bayern et 72 en 85 pour Arsenal, Miedema se voit dans un rôle plus profond sur le terrain.

“Je ne me suis jamais considéré comme un numéro 9 ou un finisseur. Quand j'étais plus jeune, j'étais toujours numéro 10, je voulais faire des passes décisives. Je sais que je peux marquer des buts mais je ne dirais pas que c'est la partie principale de mon jeu. Je n'aime pas être le centre d'attention”.

Miedema étant en fin de contrat avec Arsenal cet été, son avenir fait l'objet de nombreuses spéculations. Elle a été fortement liée au FC Barcelone, champion d'Europe, et a déclaré à un journal néerlandais qu'elle voulait remporter la Ligue des champions.

“L'Angleterre était l'un des pays que je trouvais vraiment excitant”, dit-elle. “J'ai parlé à quelques clubs anglais [quand j'ai quitté le Bayern], mais c'est Arsenal qui m'a donné le meilleur sentiment et j'aimais l'idée d'être dans un club qui voulait revenir au sommet et gagner des trophées à nouveau. Le championnat semblait vouloir se développer. J'ai été très heureux de faire partie de cette équipe et de ce club et j'ai aimé être dans ce championnat. L'Angleterre est le championnat le plus fort du monde et je pense qu'il ne fera que se développer après l'Euro (en Angleterre cet été). C'est excitant de voir où il va aller”.

En plus des records et des louanges, Vivianne  Miedema dit qu'elle a évolué en dehors du terrain cette saison. “C'est la première saison que j'ai l'impression d'avoir grandi non seulement en tant que joueuse, mais aussi en tant que coéquipière et en tant que personne”, dit-elle. “Quand on est heureux en dehors du terrain, on est plus performant sur le terrain.

“J'ai parfois l'air assez froide, je n'aime pas être le centre d'attention. Il m'arrive encore de lutter contre la pression qui accompagne le football. J'aimerais pouvoir laisser un héritage derrière moi en disant : “Peu importe ce que tu fais, sois toi-même et accepte qui tu es. J'ai 25 ans. J'ai encore quelques années devant moi.”

Dernières publications

En haut