Wolverhampton : quand les loups ont montré les crocs

0
Ligue 1

Après une saison 2018/2019 époustouflante en tant que promus en Premier League, les Wolves s’étaient hissés à une incroyable septième place, potentiellement qualificative pour l’Europa League. Cette année, il fallait confirmer les exploits accomplis. Et objectivement, les Loups ont répondu à nos attentes. 

 

L’effet rétro

Alors que la saison 2019/2020 a été interrompue le lendemain de la 29ème journée le 9 mars dernier, Wolverhampton venait de disputer son 48ème match de la saison, soit deux de plus que sur l’ensemble de la saison précédente. La faute à une campagne d’Europa League toujours plus exotique et éprouvante. Tout à commencé le 25 juillet 2019 face aux Nord-Irlandais du Crusaders FC pour le deuxième tour qualificatif d’Europa League. Six matchs plus tard, les Wolves étaient enfin qualifiés pour la phase de groupe de la C3, un petit exploit pour ces ex-promus que beaucoup voyaient couler lors de leur deuxième saison de suite dans l’élite anglaise.

Couler, ils l’ont fait en championnat. Le mois d’août a été vécu comme un calvaire pour les hommes de Nuno Espirito Santo. Il aura fallu attendre la septième journée pour que les spectateurs de Molineux voient leur équipe gagner en Premier League. Un soulagement puisque le club pointait à une dangereuse 19ème place. Les Wolves étaient jusque-là très émoussés par les douze matchs disputés en moins de deux mois. En témoigne la lourde défaite à domicile face à Chelsea (2-5) et le triplé de Tammy Abraham.

Tournant de la saison

“Le tournant de la saison s’est fait quand Nuno a replacé Adama Traoré à droite”, nous confie Steeven, community manager de la page Twitter @WolvesActu, première communauté francophone sur le club. En effet, lors des quelques premiers matchs difficiles des Wolves, l’ailier espagnol était souvent aligné en pointe aux côtés de Raul Jimenez. Un ajustement vite accompli par Nuno. L’ajustement s’est également fait au niveau du dispositif tactique. Le 3-5-2 du début de saison s’est transformé en un 3-4-1 ou 3-4-3 permettant d’élargir le jeu et d’insister sur les forces offensives des Loups.

À partir de la douzième journée, Wolverhampton n’est plus sorti du Top 10 de Premier League. Parallèlement, le parcours en Europa League a dépassé toutes les espérances. Steeven rappelle que “la campagne a été parfaitement gérée, on a toujours été supérieur à nos adversaires et parfois de loin, notamment Besiktas ou le l’Espanyol Barcelone (en seizièmes de finale)”. Sortis deuxièmes des poules avec treize points, les Wolves ont atteint les huitièmes de finale. La double confrontation contre l’Olympiakos n’a pas pu se dérouler entièrement à cause de l’interruption mais les hommes de Nuno étaient en ballottage favorable après un beau match nul 1-1 au Pirée.

(Onze Mondial)

Top et flop

“Mon top joueur c’est sans aucun doute Adama Traoré, il s’est révélé cette saison, notamment avec son but face à City où le grand public l’a découvert. C’est grâce à lui qu’on remporte nos deux rencontres face à City d’ailleurs”. Le spécialiste est formel : Adama Traoré a vraiment crevé l’écran. Son physique atypique et ses qualités de percussion exceptionnelles ont intrigué tous les amateurs de ballon rond. Avec quatre buts et sept passes décisives, l’Espagnol de 24 ans originaire du Mali a enfin pris son envol sur le côté droit de l’attaque. Son entente technique avec ses compères d’attaque Raul Jiménez (13 buts) et Diogo Jota (6 buts) est en partie la raison du succès des Wolves cette année.

Côté flop, peut-être que vous n’avez aucun souvenir de lui en Premier League. Six petits mois et puis s’en va. Patrick Cutrone avait été acheté à plus de 18 millions d’euros l’été dernier en provenance du Milan AC. Il a été prêté en janvier à la Fiorentina pour dix-huit mois. Les mots de Steeven décrivent parfaitement la situation : “Annoncé comme un futur grand joueur italien, il est arrivé en tant que concurrent à Diogo Jota, et malgré toutes les occasions qu’il a eu de se faire sa place, il a été exécrable sur bien des matchs”. Il n’aura donc pas fait long feu en Angleterre avec ses douze petites apparitions et ses deux buts en Premier League.

Perspectives d’avenir

Wolverhampton fait partie de ces clubs dont le confinement n’a pas eu d’impact négatif sur leur dynamique. Et pour cause : malgré une très satisfaisante sixième place, l’effectif commençait à s’essouffler et aurait très bien pu accuser le coup lors des mois de mars et d’avril. Les prestations en Premier League en étaient la preuve ; une quinzaine de joueurs ont été mobilisé sans rotation sur les presque cinquante matchs de la saison. De plus, leur positionnement actuel ou celui de la saison précédente leur permettrait de se qualifier en Europa League, un bel exploit dans la progression du club. Le seul regret quant à une interruption définitive du football résiderait dans le parcours européen des Wolves. Car oui, ils avaient une belle carte à jouer. L’avenir nous le dira…

Pour la saison prochaine, Steeven est clair : “je pense qu’on a les moyens de viser la ligue des champions dès la saison prochaine, avec une place qualificative comme la 5ème place, voire la 4ème avec un peu de réussite”. Les ambitions du club sont grandes mais pas absurdes. Pour cela, il faudra impérativement gérer un mercato digne du Top 7. Ne pas vendre ses gros joueurs (Adama Traoré, Diogo Jota…) et recruter intelligemment. Attention à ne pas devenir un “Monaco Bis” !

Alors que Diogo Jota vient de remporter la e-Premier League sur FIFA, tout semble réussir aux Wolves. Cela pourrait très bien continuer longtemps si les impératifs de “grands clubs” sont bien gérés dans une Premier League toujours plus compétitive.

@TheoPutavy

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here