Auto/Moto

WRC : Ogier dans la légende du Monte-Carlo

Ce week-end, Sébastien Ogier a un peu plus marqué l’histoire de son sport en remportant pour la neuvième fois le rallye de Monte-Carlo. Sur des routes qu’il connaît par cœur, le Gapençais n’a rien laissé à ses adversaires.

 

Dominer de la tête au pied, voilà comment peut-on résumer le rallye de Sébastien Ogier. Favori, presque plus que le champion du monde Kalle Rovanperä, le Français a assumé son statut. Bien qu’il ne soit pas titulaire à plein temps, l’octuple champion du monde est toujours aussi efficace derrière un volant. Dès les étapes nocturnes du jeudi, le Gapençais s’est placé en leader. Sur la mythique route qui mène au col du Turini, le désormais neuf fois vainqueur du rallye avait déjà pris les commandes du général. Lors des deux journées suivantes, Sébastien Ogier a alterné attaque et gestion pour garder le leadership du Monte-Carl’ à la veille des dernières étapes. 

Oubliez 2022, cette année Ogier n’a pas flanché

Sébastien Ogier et Vincent Landais sur la place du casino de Monte-Carlo. © Icon Sport.

L’an passé, Sébastien Ogier avait perdu le rallye lors des ultimes spéciales à cause d’une crevaison. Sébastien Loeb en avait profité pour égaliser au palmarès de l’épreuve avec huit victoires. Ce week-end, le natif de Gap a ajouté une nouvelle couronne à son escarcelle. Revenu à quatorze secondes du Français, Kalle Rovanperä a mis la pression sur son coéquipier. Mais le pilote Toyota a fait parler toute son expérience. Vainqueur dès la première spéciale du dimanche matin, le tricolore a mis KO tout le monde. Sans pression au championnat, Sébastien Ogier a joué placé pour compter dix-huit secondes sur le champion du monde en titre au terme des quatre jours de course. Le voilà, neuf fois vainqueur du rallye de Monte-Carlo.

 

« C’est mon rallye ! »

Sébastien Ogier a littéralement volé sur les routes du Sud de la France. © Red Bull Content Pool.

Sur des spéciales qu'il pourrait faire les yeux fermés, Sébastien Ogier a une nouvelle fois impressionné le monde du rallye. L’octuple champion du monde était forcément satisfait d’avoir eu un tel niveau ce week-end. « C’est énorme ! Je le répète chaque année mais c’est mon rallye ! Celui qui m’a fait rêver. Ça a été un week-end parfait, on doit apprécier ces moments-là, c’est pourquoi nous sommes ici, pour essayer de décrocher des victoires comme celle-ci. Gagner des rallyes comme le Monte-Carlo, ça n’a pas de prix ! » Le pilote Toyota en a aussi profité pour remercier l’ensemble de son team. « La voiture était au top, bravo à toute l’équipe. On commence la saison sur les chapeaux de roues avec un doublé, c’est de bon augure. » Pigiste de luxe, le Français aura d’autres chances dans l’année de briller en championnat du monde des rallyes.

 

Grande première pour Vincent Landais

Vincent Landais entouré par Jari-Matti Latvala (à gauche) et Sébastien Ogier (à droite). © Icon Sport.

Associé à Julien Ingrassia depuis des années, Sébastien Ogier roule avec Vincent Landais depuis le rallye du Japon 2022. Auparavant avec Pierre-Louis Loubet, le Nancéen s’est mis au niveau de son nouveau pilote. Déjà dans le rythme lors de leur première sortie commune, le duo Ogier-Landais a très bien collaboré pour remporter le rallye. Une première victoire dans la carrière du copilote tricolore. « Pour moi c’est la neuvième sur le Monte-Carlo mais pour lui, c’est la première tout court en mondial, se félicitait Sébastien Ogier. Et honnêtement, il le mérite. Il a fait un super travail ce week-end et déjà l’année dernière au Japon. Ça marche super bien entre nous dans la voiture. » La pression de gagner en moins, ils pourront continuer leur collaboration avec ce stress en moins. Attention la machine est lancée.

 

Kalle Rovanperä dans le club des 100

Kalle Rovanperä continue de rajeunir les records. © Icon Sport.

Lui aussi a marqué une nouvelle fois l’histoire de son sport. En signant le meilleur temps de la neuvième spéciale, Kalle Rovanperä a remporté son centième succès sur une spéciale. A vingt-deux ans, trois mois et vingt jours, le champion du monde en titre est le plus jeune pilote à atteindre cette barre symbolique. Le prodige finlandais a même accentué son capital à cent un en s’adjugeant la onzième spéciale. Il lui en manque encore un paquet pour battre le record de Sébastien Loeb qui s’élève à neuf cent trente-cinq. 


Dernières publications

En haut