Auto/Moto

30 moments 2021 : Quartararo, premier champion du monde de MotoGP français

Après onze mois fournis en évènements sportifs, notamment à cause du report de nombreuses compétitions qui devaient avoir lieu l’an passé, le mois de décembre conclut un cru 2021 riche en émotions. De la septième bague de Tom Brady au titre de champion du monde de Fabio Quartararo en MotoGP, en passant par les Jeux olympiques et paralympiques, We Sport revient sur 30 moments marquants qui ont rythmé l’année civile. Aujourd'hui, retour sur le premier sacre mondial du Français Fabio Quartararo en MotoGP à l’issue d’une saison complètement folle.

Quartararo – Zarco, la France à l’honneur

Tout juste promus au sein de plus grosses équipes, les deux Français Fabio Quartararo et Johann Zarco ont fait forte impression en MotoGP en 2021. Le premier, qui passait de Petronas à l’équipe officielle Yamaha, n’a fait qu’une bouchée de Viñales. L’Espagnol n’a d’ailleurs même pas fini la saison avec la marque au diapason. Arrivé au Qatar plein d’ambitions, il doit cependant se contenter de la 5e place, tandis que son coéquipier l’emporte. Mais les positions s’inversent, une semaine après, toujours sur le tracé de Losail. Il y remporte la première course de sa saison et offre même à la France un doublé historique, puisque Zarco finit 2e. Un événement qui ne s’était plus vu depuis 1954 (!).

Impressionnant de régularité, Fabio Quartararo finit dans les points à chaque course, consolidant son avance au classement sur Bagnaia. Autrefois peu à l’aise dans le traffic, il compense désormais ses départs manqués par des remontées folles au classement. Il s’impose à nouveau au Portugal, et finit 3e en France, derrière Miller et Zarco. Si la concurrence ne vient pas de chez Yamaha, les Ducati ont de la puissance à revendre et les 4 pilotes officiels et Pramac mettent à rude épreuve le Niçois. Sans cesse, l’adversaire en piste de « El Diablo » change de visage. Tantôt Jorge Martín, tantôt Jack Miller, tantôt – et pour la plupart du temps – Francesco Bagnaia venaient éprouver le moral du Français.

Pluie de podiums

Ses victoires aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne et ses podiums en Allemagne, au GP de Styrie, au GP de Saint-Marin et sur le Circuit des Amériques le propulsent largement en tête du championnat des pilotes. Cependant, Bagnaia n’a pas dit son dernier mot et au cours des deux derniers GP cités, il s’impose à chaque fois. L’avance de Quartararo est tout de même confortable, mais l’Italien est une nouvelle fois en tête en Émilie-Romagne. Finalement, à force de trop pousser avec sa machine, il tombe et abandonne. Fabio Quartararo, englué dans la masse (il finira 4e), devient, à 22 ans, le premier champion du monde de MotoGP tricolore. Une victoire historique, couronnée par une cérémonie d’après-course hors du commun. Vidéos rétrospectives, casque doré, animations en trois dimension… Le spectacle est total.

À nos confrères d’Eurosport, il déclarait peu après avoir reçu sa médaille de son titre de champion du monde à Monaco qu’il avait pensé à beaucoup de choses en franchissant la ligne d’arrivée de Misano. Il ajoutait que : « bien évidemment quand j'ai vu Bagnaia tomber je savais que j'étais déjà champion. Je ne sais même pas comment j'ai pu terminer les quatre derniers tours. Quand j'ai passé la ligne j'ai surtout pensé aux moments difficiles que j'ai eus, quand j'ai fait énormément de voyages avec mon père pour faire des courses (en Espagne dès 7 ans), tous les moments où on a fait le plus de sacrifices avec mes parents, ma famille ».

Une fin de saison sous forme de parade

Libéré d’un poids, tout comme l’avait été Joan Mir l’année dernière, il finit les deux derniers Grands Prix en roue libre, chutant et abandonnant même (sans gravité) en Algarve. Il termine sa saison 2021 à la 5e place à Valence, GP une nouvelle fois remporté par Bagnaia, son plus féroce concurrent. Moins régulier que le Français, l’Italien, avec un moto pourtant plus puissante, aura réussi à faire douter le numéro 20 jusqu’aux confins de cette saison complètement dingue. Avec un plateau hyper relevé, le retour en grâce du grand Marc Márquez et l’émergence de jeunes pilotes comme Jorge Martín, la saison 2022 s’annonce elle aussi assez grandiose.

Depuis son titre et sa fin de saison officielle, et après des essais hivernaux en demi-teinte, Quartararo profite de son aura de champion du monde pour multiplier les apparitions sur petit écran. Au coup d’envoi de PSG – Nice, sa nouvelle célébrité pourrait bien permettre l’apparition de nouvelles vocations chez les plus jeunes. Jamais la MotoGP n’avait été aussi populaire en France, et les performances de Zarco et Quartararo n’y sont pas étrangères. Et ce dernier de conclure, toujours pour Eurosport : « je suis vraiment fier de me dire qu'il y a énormément d'enfants qui viennent me voir et me disent que je suis leur modèle pour être pilote. Ce sont des choses qui me touchent vraiment. Ça me fait revoir des images de quand j'étais petit, quand j'attendais des heures pour voir Valentino (Rossi). Ça me fait énormément plaisir, et je fais le maximum pour être un modèle ».

Si son contrat signé début 2021 court sur deux saisons, il ne sait pas encore vraiment de quoi son avenir sera fait. En effet, il confiait récemment son envie (légitime) d’avoir accès à une moto performante, et pour l’instant la Yamaha ne lui convient pas. Pas plus qu’à Morbidelli et Dovizioso d’ailleurs. Il se murmure que Ducati serait intéressé par le prodige français. En vue d’une association avec Zarco ? 

Dernières publications

En haut