NBA

All Star Game : qui sera le dindon de la farce?

L'heure approche à grand pas. Dans un petit peu plus d'un mois désormais, le All Star Game 2023 prendra place, dans l'Utah, à Salt Lake City. Avec au programme, comme chaque année, le rising star challenge qui concerne les jeunes et les rookies, qui précèdera le match des célébrités le vendredi. Viendront ensuite les concours, le lendemain, où le spectacle, notamment lors du concours de dunk, ne manque pas. Puis, enfin, le dimanche, place au match des étoiles. Là où les stars brillent. En NBA cette saison, c'est d'ailleurs le cas tous les soirs. C'est pour cela que la lutte fait rage concernant les potentiels titulaires pour ce match au sommet. Et ce, notamment, à l'Est. 

Ils sont quatre. Quatre pour trois places sur la ligne de départ. Giannis Antetokounmpo, Kevin Durant, Joël Embiid et Jayson Tatum réalisent tous, de différentes manières, une saison digne d'un MVP. Mais avant de penser au titre individuel ultime de fin de saison, il y a cet événement de mi-parcours, qui reste malgré tout plébiscité. Malheureusement, ils sont quatre à être dans la catégorie frontcourt, c'est à dire intérieurs, pour seulement trois accessit. Alors, qui aura la chance d'accrocher une nouvelle titularisation au All Star Game en temps que stater.

Tatum, des stats et un collectif 

Il réalise la meilleure saison de sa carrière. JT, sur une autre planète depuis les playoffs la saison dernière, espère bien mener les siens vers le titre Larry O'Brien, après l'échec en finale face aux Warriors la saison dernière. Pour cela, rien de mieux que de s'occuper de tout, soir après soir. Avec 30.7pts de moyenne, il marque près de quatre points de plus en moyenne par match, par rapport à la saison passée, qui était déjà la meilleure de sa carrière. Sa moyenne au rebond (8.1) atteint également des sommets jamais égalés.

Surtout, il semble vraiment avoir mûri, et n'est plus le joueur forceur qu'il fut parfois par le passé. Il s'efface volontiers quand le jeu l'oblige. Cela arrive très rarement, c'est un fait, mais avec 47% de réussite au shoot, cela prouve que sa sélection de tirs est meilleure que jamais. Ce qui ne l'empêche pas de réaliser d'énormes cartons, comme lors du match de noël face aux Bucks (41pts, 7rbds, 5asts, 3stls), ou encore contre les Lakers de LeBron (44pts, 9rbds, 6asts). Sans oublier sa masterclass contre le Heat, où il a roulé sur Miami avec 49 pions et 11 rebonds. 19 fois, en 37 matchs, il a dépassé les 30 points. Soit plus d'un match sur deux. Six fois, il en a même inscrit plus de 40.

Surtout, son duo avec Jaylen Brown porte, à l'heure actuelle, les Celtics tout en haut de la conférence Est. Avec un bilan de 27 victoires pour 12 défaites, Boston compte plus d'une victoire d'avance sur tous ses poursuivants les plus proches. De quoi voir l'avenir sereinement dans le Massachussetts. Et faire fermer quelques bouches. Tatum ne s'en est pas privé, récemment, après une nouvelle démonstration :  “C’est dingue. Il y a un an vous vouliez tous trader un de nous et désormais vous parlez de Michael et Scottie. Nous ne sommes pas aussi mauvais que vous le dites, mais nous ne sommes pas aussi bons que Michael et Scottie. Pas encore. Nous sommes tout simplement deux jeunes gars qui aiment la compétition, qui essaient d’aider notre équipe à gagner chaque soir. Nous essayons de progresser. Mais nous devons gagner, nous devons gagner quand ça compte le plus pour que ça signifie vraiment quelque chose.”

Impossible de dire si Boston ira enfin au bout cette saison, mais les C's semblent avoir grandi, après une saison 2021-2022 où ils ont touché leur rêve du bout des doigts.

Giannis, toujours aussi dominant 

Lui est double MVP. A déjà remporté une bague, en 2021. Se bat régulièrement sans la plupart des ses lieutenants cette saison (Middleton, Holiday). Et pourtant. Pourtant les Bucks sont toujours tout en haut de la conférence Est, deuxièmes, juste derrière Boston. Ils enchaînent les bonnes performances, malgré la pléiade de blessures. Oui, les Bucks n'iront nul part sans un effectif au complet, et notamment sans Khris Middleton. Mais en attendant, force est de constater que le Greek Freak plane toujours sur la ligue. Que son style de jeu plaise ou pas, les stats sont là pour le rappeler. Avec 32.7pts de moyenne par match, il réalise tout bonnement la meilleure saison statistique de sa carrière. Et de loin.

D'autant qu'avec également plus de 12 rebonds par match, il atteint des sphères qu'il n'avait plus tutoyé depuis la bulle, à Orlando. Une autre époque. 3ème meilleur marqueur de la ligue derrière l'intouchable Doncic mais aussi son rival Embiid, Giannis se donne, soir après soir, pour permettre aux siens de briller. Si ses gros défauts récurrents (pourcentage catastrophique aux lancers, pertes de balle) sont toujours mis en lumière, en partie de sa faute, il n'en reste pas moins le joueur le plus dominant physiquement de la ligue. Seul Joël Embiid pourrait éventuellement lui contester ce titre honorifique.

Car Giannis, en plus de ses stats ahurissantes, donne l'impression d'être inarrêtable. C'est lui qui décide le nombre de points qu'il marquera dans une rencontre. S'il sera plus passeur ou finisseur ce soir-ci, ou ce soir-là. Personne n'est en mesure de le stopper. Le contenir, potentiellement. Le limiter, pourquoi pas. Mais impossible de l'arrêter. Si cela devrait lui permettre d'obtenir une place de titulaire pour le match des étoiles, puis d'emmener les siens en post-season, il aura tout de même besoin de soutien s'il veut décrocher une deuxième bague.

Joël Embiid, le sous-estimé

C'est sans doute celui dont on parle le moins dans la course au titre de MVP. Car oui, les quatre joueurs cités pour le All-Star Game sont évidemment en course pour décrocher également le titre de meilleur joueur de la saison. Sans doute son absence au début de saison  fait que l'on pense un petit peu moins à lui. Mais quelle saison encore il réalise. Il est le seul a venir chatouiller les chevilles de Doncic au classement des meilleurs scoreurs (33.5pts de moyenne !), et s'il prend moins de rebonds qu'à l'accoutumée, il s'est mué en passeur régulier (4.6asts de moyenne, meilleur total en carrière). Et ce, alors que James Harden reste le meilleur passeur de la ligue. Et qu'il pourrait donc se concentrer uniquement sur le scoring.

Surtout, après un début de saison en dents de scie, les Sixers ont remis la marche avant et avec le retour des deux franchises players (en attendant également celui de Maxey), Philly a recollé au peloton de tête. Le trou est fait avec le 6ème, les Knicks de New-York, et Doc Rivers et les siens vont pouvoir se concentrer sur ce qu'il y a devant.

Et quoi de mieux qu'un Jojo en mode MVP? Elu meilleur joueur du mois de décembre à l'Est, il a roulé sur sa conférence, montant en puissance : 9 victoires en 13 matchs, 35.4pts, 9.9rbds et 4.2asts, circulez il n'y a rien a voir. Enfin si, un formidable joueur capable d'en coller 59 à Utah, 53 aux Hornets, ou 48 à Washington. A 28 ans, il sait qu'il est dans la force de l'âge. Que pour remporter un titre, c'est maintenant ou jamais. Il ne pense qu'à cela : “C’est la saison NBA. Je suis concentré sur le fait qu’on s’améliore collectivement, et moi en tant que joueur; sur le fait d’arriver en playoffs et d’y faire quelque chose. Je m’inquiéterai du reste plus tard. Il s’agit d’essayer de faire tout ce qui est possible pour gagner un titre.”

Avant de penser au titre, il y a donc ce rendez-vous dans l'Utah, où Joël Embiid devrait en être. Reste à savoir s'il débutera sur le parquet, ou sur le banc.

Durant, culture de l'instant

Il reste lui aussi évidemment l'un des meilleurs, si ce n'est le meilleur joueur de la ligue. Toujours aussi performant avec 29.9pts de moyenne, KD porte à bout de bras sa franchise, qui renaît de ses cendres depuis quelques temps. Après douze victoires consécutives, Brookyln a chuté récemment, contre les Bulls. Ce qui n'a pas empêché les Nets de remonter à la 3ème place à l'Est. Et si Durant a su magnifier les siens tout au long de cette série, il a également été capable de les maintenir à flot quand le bateau tanguait sévèrement. Il était en partie responsable de cette instabilité après une inter-saison agitée, où il n'a rien fait pour arranger son image. Mais il a au moins eu le courage de répondre sur le terrain. Lorsque Kyrie Irving était encore emmêlé dans des soucis extra-sportifs, et lorsque Ben Simmons était toujours sur une jambe.

Injouable, il reste sans doute le meilleur attaquant en NBA. Le plus beau a voir jouer, surement. Et surtout, les New-Yorkais semblent enfin avoir trouvé une osmose, autour de lui. Pour la première fois depuis son arrivée, les Nets seront peut-être enfin dans la course au titre. Il reste du chemin, mais avec un Durant à ce niveau, les hommes de Jacque Vaughn ont des raisons d'espérer. En attendant, avec déjà plus de 2 millions de votes, KD est en tête des plébiscites.

Après la salve des premiers votes, Kevin Durant, Giannis Antetokounmpo et Joël Embiid sont les potentiels titulaires. Tatum serait quant à lui sur le banc. Mais les fans ont encore le temps de voter, et si Boston refait une grosse série après son humiliation à OKC avant-hier, nul doute que la lutte sera encore acharnée. 

Crédit photo : Basket USA


Valentin Martin

Le cœur meurtri par la fin de carrière de Rodgeur, je m'en remets aux stepback de The Beard. Rien de tel qu'un Vélodrome incandescent pour me faire chavirer de bonheur

Dernières publications

En haut