Les 30 moments marquants de 2019 : Andreescu, éclosion à vitesse grand V

1

Il y a 19 ans maintenant, Nelson Mandela disait « Sport has the power to change the world ! » Impossible de le contredire après ce que tous les amateurs de sport et de sensations fortes ont vécu cette année. À l’instant même où vous êtes en train de lire cette phrase, Trent Alexander-Arnold s’apprête sans doute à tirer un corner et Julian Alaphilippe a sûrement eu le temps de se glisser dans une échappée. Mais qu’importe votre sport de prédilection, la rédaction de WeSportFr a fait de la place à tous, et revient sur les 30 événements sportifs qui ont fait 2019.

Aujourd’hui, retour sur la folle saison de Bianca Andreescu, qui a crevé l’écran cette année.

 

Ne vous fiez pas aux joues rebondies qui donne cet air si enfantin à Bianca Andreescu. A 19 ans, la jeune prodige a déjà tout d’une grande du tennis et compte déjà un palmarès qui pourrait faire rougir des joueuses bien plus expérimentées qu’elle.

Après une saison marquée par des performances hors normes mais aussi de blessures, Bianca Andreescu marque incontestablement la progression la plus folle du tennis féminin cette année.

 

Finale à Auckland, premier grand tableau en Grand Chelem et titre à Newport Beach

Classée 152e en début de saison 2019, Bianca Andreescu démarre son année dans l’anonymat de son classement. Pourtant, c’est à Auckland, pour son premier tournoi de l’année que la Canadienne va commencer son ascension fulgurante. A 18 ans, la native de Toronto atteint sa première finale sur le circuit WTA. Pour se faire, la jeune prodige élimine des adversaires de choix, telles que Caroline Wozniacki (première victoire sur une top 10), Venus Williams, et l’atypique Su-Wei Hsieh. Elle s’incline néanmoins en finale face à Julia Goerges.

Crédit photo : France tv sport

A l’Open d’Australie, Bianca Andreescu sort des qualifications et rejoint le grand tableau d’un tournoi Majeur pour la première fois de sa carrière. Elle passe le premier tour face à la 122e joueuse mondiale, mais s’incline au second tour face à Anastasija Sevastova (tête de série n°13) malgré un gros combat en 3 sets.

Fin janvier, elle s’aligne à Newport beach (WTA 125 – équivalent d’un Challenger) où elle remporte le titre face à Jessica Pegula.

 

Demi-finale à Acapulco et titre à Indian Wells

Toujours en constante progression, Bianca Andreescu aborde le tournoi d’Acapulco classée à la 71e place mondiale. Elle rallie les demi-finales en battant notamment Mihaela Buzarnescu, alors tête de série n°4, puis Saisai Zheng en quart de finale. Elle s’incline dans le dernier carré face l’Américaine Sofia Kenin.

C’est à Indian Wells que la carrière de la Canadienne va rentrer dans une autre dimension. Bénéficiaire d’une wild-card, le grand public découvre l’explosivité d’Andreescu. Son jeu tout en variations et son mental d’acier à seulement 18 ans vont alors marquer les esprits et casser totalement avec l’image du jeu stéréotypé du tennis féminin souvent décrié.

Après un premier tour compliqué face à Camelia-Irina Begu, Bianca Andreescu surclasse Dominika Cibulkova (6/2 6/2), puis Stefanie Voegele (6/1 6/2). Elle surprend ensuite Qiang Wang en huitièmes (7/5 6/2) avant de dominer totalement Garbine Muguruza en quarts (6/1 6/0). En demi-finale, elle remporte sa deuxième victoire sur une top 10 face à Elina Svitolina (6/3 2/6 6/4).

Et bien que diminuée par une douleur à l’épaule, Bianca Andreescu va signer sa 3e victoire sur une top 10 pour remporter son premier titre en Premier Mandatory à seulement 18 ans face à Angelique Kerber. Elle devient alors la plus jeune joueuse à remporter un tournoi de cette catégorie, et fait un bond au classement en devenant 24e joueuse mondiale. Une star est née sur les courts de Californie.

Crédit photo : l’Equipe

 

Blessure à l’épaule, retour avorté sur les courts à Roland-Garros

Après son titre à Indian Wells, Bianca Andreescu enchaîne avec le tournoi de Miami. Comme à Indian Wells, elle bat Camelia-Irina Begu de justesse avant de se défaire de Sofia Kenin plus facilement au second tour.

Toujours gênée au niveau de son épaule, elle livre un gros combat pour battre Angelique Kerber en 3 sets quelques jours après leur finale en Californie. Visiblement vexée par le comportement de la Canadienne, l’Allemande va même traiter son adversaire de “biggest drama queen ever”, n’ayant visiblement pas apprécié ses multiples appels au kiné durant la partie.

Sa blessure à l’épaule devenant trop gênante, Bianca Andreescu abandonne en huitièmes de finale face à Anett Kontaveit après avoir été menée 6/1 2/0.

Souffrant d’une déchirure à l’épaule, la jeune Canadienne voit sa folle progression stoppée net. S’en suivra alors une longue période sans compétition pour la jeune joueuse. C’est à Roland-Garros, sans tournoi de préparation sur terre battue qu’elle fait son grand retour. Tête de série n°22, elle passe difficilement le premier tour face à Marie Bouzkova (5/7 6/4 6/4), avant de renoncer à sa rencontre contre Sofia Kenin, sa blessure à l’épaule s’étant réveillée.

 

Titre à Toronto après une absence de deux mois

En convalescence durant plus de deux mois pour soigner sa blessure à l’épaule, Bianca Andreescu fait son retour à domicile, au Premier 5 de Toronto. A la surprise générale, la 27e joueuse mondiale va déjouer tous les pronostics. Elle signe deux nouvelles victoires sur le top 10 : en huitièmes de finale d’abord face à Kiki Bertens (6/1 6/7 6/4), puis en quarts contre Karolina Pliskova (6/0 2/6 6/4). Après une demi-finale tout en maîtrise face à Sofia Kenin (6/4 7/6(5)), la Canadienne s’offre une nouvelle finale en tournoi Premier, cette fois face à Serena Williams. Malheureusement, l’Américaine, diminuée par des douleurs au dos, est contrainte d’abandon en début de partie (3/1 ab.). Bianca Andreescu remporte son deuxième tournoi en catégorie Premier et atteint la 15e place mondiale au classement.

Crédit photo : WTA

 

Première titre en Grand Chelem et entrée dans le top 5

Préférant se préserver pour l’US Open, Andreescu renonce au tournoi de Cincinnati.

Pour sa première participation dans le grand tableau du Grand Chelem américain, Bianca Andreescu ne va pas faire, comme à son habitude, dans la demi mesure. Elle remporte facilement ses trois premiers tours face à Katy Volynets (6/2 6/4),  Kirsten Flipkens (6/3 7/5) puis Caroline Wozniacki (6/4 6/4).

En huitièmes de finale, elle subit quelques passages à vide et se fait peur face à la surprenante Taylor Townsend (116e), mais s’en sort finalement en 3 sets (6/4 4/6 6/2). Elle continue son chemin dans un match décousu face à Elise Mertens (3/6 6/2 6/3) en quarts, puis écarte Belinda Bencic en demi-finale (7/63 7/5).

En finale, Bianca Andreescu s’offre son premier titre Majeur dès sa 3e participation à un tableau final en Grand Chelem en disposant de Serena Williams, à l’issue d’une rencontre à rebondissements, mais finalement dominée par la Canadienne. Bien que l’Américaine soit revenue de 1-5 à 5-5 dans la deuxième manche, “Bibi” n’a pas flanché, et à démontré toute sa force de caractère pour boucler la rencontre et infliger à Serena Williams sa quatrième défaite de suite dans une finale de Majeur.

 

Malgré une (nouvelle) blessure en fin de saison qui l’oblige à abandonner en cours de Masters, l’année 2019 aura donc été faste pour la Canadienne. Le vent de fraîcheur de Bianca Andreescu se sera vite transformé en ouragan. Raflant tout sur son passage, la native de Toronto a de quoi pouvoir prétendre à dominer le circuit féminin dans les années à venir, si son corps la laisse tranquille.

 

Demain, cap sur le snooker avec le retour sur la fantastique saison de Judd Trump !

 

Crédit photo de l’image en Une : olympique.ca

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here