Rome : Caroline Garcia et Kristina Mladenovic, à l’aube du face à face

Le tennis français a vibré au rythme des paires de double qui ont marqué l’histoire de ce sport. A l’image d’Arnaud Clément et Mickaël Llodra, Edouard Roger-Vasselin et Julien Benneteau, ou plus récemment de Pierre-Hugues Herbert et Nicolas Mahut. Une énumération strictement masculine jusqu’à l’éclosion du binôme formé par les natives du cru 1993, Kristina Mladenovic et Caroline Garcia. C’était en 2016 : une année féconde pour les tricolores.

Toi et moi contre le monde entier

L’union des deux joueuses françaises se concrétise en 2016. Kristina Mladenovic et Caroline Garcia s’allient, partagent et assument leur rage de vaincre sur le court. « A deux on est plus fort » résonne dans l’air comme un écho qui s’installe au fil de cette saison dantesque.

Kiki et Caro engrangent quatre titres sur terre en l’espace d’un mois et se hissent jusqu’en finale de quatre autres tournois. L’année où Bolt décroche sa troisième médaille d’or du 100 mètres, où Teddy Riner remporte son deuxième titre olympique, où Andy Murray réalise une saison inoubliable et où Martin Fourcade met la main sur son cinquième globe de cristal, les deux joueuses de tennis elles aussi marquent l’Histoire du sport.

Les adeptes de la balle jaune en France voient en elles, la lueur de grandes choses. Une alchimie qui fleurit à travers ces résultats concrets, telles les saveurs d’un vin bonifié par l’âge.

Tu es l’ombre de ma peine

Si vous aussi, vous étiez devant votre télévision le 13 novembre 2016, vous avez certainement le souvenir de cette terrible boule au ventre qui vous tire les larmes de douleur suite à la défaite in extremis de la France en finale de Fed Cup. La République Tchèque de Karolina Pliskova et de Petra Kvitova vient de nous arracher cette coupe que l’on imaginait déjà entre nos mains. Evidemment que nous avons partagé les larmes de Caroline Garcia, que nous avons compris le regard hagard de Kristina Mladenovic et néanmoins décelé la fierté d’Amélie Mauresmo.

Source photo : France 24

Et pourtant, la rupture prosaïque des championnes du monde de double 2016, Kristina Mladenovic et Caroline Garcia ne tardera pas à faire la Une des papiers sportifs. Caroline Garcia met un terme à sa collaboration avec Kristina Mladenovic et décline sa participation à la Fed Cup, pour se concentrer sur sa carrière individuelle. L’heure du divorce entre Garcia et ses compatriotes a sonné.

Un acte jugé égoïste par son ancienne partenaire, qui aura des répercutions sur leur carrière respective. Pragmatique, Caroline Garcia assume ce choix et affermit sa saison. Côté vestiaire, leur complicité d’antan s’évapore jusqu’à s’éclipser intégralement. Ironie du sort, les « amies-ennemies » du circuit WTA ne verront jamais leur destin se recroiser lors d’un face à face durant deux saisons complètes (le dernier remontant à janvier 2016 à Sydney).

On gagnait toutes les guerres et on avait peur de rien

Février 2019, un homme aura réussit ce qui nous semblait impossible : réunir de nouveau Kristina Mladenovic et Caroline Garcia sur un court. Julien Benneteau sera parvenu à trouver les mots justes pour fédérer les anciennes coéquipières et penser les maux qui paraissaient indélébiles.

 

La minute Bleue – 21 avril 2019 

Source vidéo : Fédération Française de Tennis 

Au summum de l’impensable s’ajoute le double décisif d’un week-end tricolore à Rouen. Une demi-finale qui s’inscrit dans l’histoire. Le double “Kiki et Caro” réunit sur la terre battue du Kindarena, sous les yeux charmés des spectateurs. Certains diront qu’un cruel manque de communication et de complicité jaillit de la paire à cet instant-là. D’autres, vivront le moment comme étant le point d’orgue d’une réunification. Qu’importe, le moment reste gravé comme tatoué dans nos esprits azimutés.

En ce mardi 14 mai 2019, pour les 26 ans de Kristina Mladenovic, les deux joueuses se verront opposées à Rome. Une juxtaposition de fait et de fête qui laisse à penser que les Bleues étaient faites pour se reconquérir.

A propos de l'auteur

Passionnée de sport en général avec une préférence pour le tennis et le biathlon ! On dit qu'en Bretagne il ne pleut que sur les cons... ça tombe bien, je ne vis que des journées ensoleillées.

Poster un commentaire

ut efficitur. ut libero Phasellus pulvinar Praesent et, consectetur ut Donec