NBA

Comment les Nets ont remis la marche avant

Qui l'eut cru, après un été et un début de saison aussi agités. Les Nets de Brooklyn, deuxième de la conférence Est derrière Boston, viennent d'enchaîner une 10ème victoire consécutive ! Parmi celles là, on notera le succès à Cleveland, les victoires contre Milwaukee, Golden State ou encore deux fois les Hawks. Avec 14 victoires sur les 15 derniers matchs, les coéquipiers de Kevin Durant sont (re)devenus l’un des épouvantails de leur conférence. Jusqu’où peuvent-ils aller ?

Un été agité.. puis de la sérénité

Tout commence au beau milieu de l'été. Quand, tout à coup, un certain Kevin Durant demande tout simplement.. à partir. Lui, la tête de gondole du projet, le franchise player ne veut plus être coaché par Steve Nash. C'est l'un ou l'autre. Après une intersaison a tenté tant bien que mal de trouver le meilleur deal possible, le board se résout à apaiser les tensions pour garder tout le monde. KD voyant que bon nombre de franchises n'avait pas l'air chaud à l'accueillir, met de l'eau dans son vin. Mais finalement, cela n'aura duré que très peu de temps. Sept matchs très précisément. Avant que Nash ne soit remercié. Durant aura eu gain de cause. Même si cela aura pris le temps.

Mais alors que l'organigramme est remodelé, et que les résultats ne sont pas au beau fixe, un autre cas épineux vient se greffer: celui de Kyrie Irving. Après avoir fait parler de lui toute la saison dernière à cause de ses affaires de vaccin, le “platiste” n'a rien trouvé de mieux que de faire la promotion d'un film antisémite, mettant en rogne l'ensemble de la NBA, Adam Silver en tête. Résultat des courses, sa franchise le sanctionne de huit matchs de suspension. De quoi, encore en faire pâtir un groupe toujours orphelin de Ben Simmons, tout juste sur le retour.

Finalement, une fois tout ce petit monde d'attaque, les Nets ont commencé à gagner des matchs, pour le résultat que l'on connait aujourd'hui. Beaucoup les ont critiqué, à juste titre. Force est de constater que désormais, ils méritent les louanges.

Un big three de haut niveau

Tous, mais certains plus que d'autres. Et un en particulier. Car il faut le reconnaître: malgré son caractère bien trempé, Kevin Durant est l’un des basketteurs les plus talentueux de la ligue. Si ce n’est le plus. Avec 29.9 pts, 6.9 rbds et 5.4 asts par rencontre, il fait bel et bien toujours partie de la crème des crèmes. Toujours monopolisateur de défenseurs, cela ne l’empêche pas de scorer, encore et toujours. On ne parle finalement que trop peu de lui, alors qu’il est encore là et bien là pour faire gagner les siens. Soir après soir.

Depuis son retour de suspension, Kyrie Irving est redevenu un vrai basketteur. Un mec qui ne pense qu’à la grosse balle orange. Et qu’est ce qu’il est fort quand il est focus sur son jeu. Capable de sortir des grosses performances comme à Cleveland, son ancien jardin, où ses 32 pts ont sorti les siens de la panade. Ou encore ses 32 pts pour faire tomber les Raptors au Canada. Sans oublier ses 33pts, 5rbs et 9asts contre les Hornets pour lancer la série. Le magicien que l’on a connu aux côtés du King, dans l’Ohio..

Lui aussi a beaucoup fait parler de lui pour d’autres raisons que le sportif ces derniers temps. Mais force est de constater que Ben Simmons revient à un niveau plus que correct. Cela demande évidemment confirmation, notamment dans les matchs qui compteront (a partir d’avril par exemple), mais l’Australien, après une saison blanche, fait un bien fou aux Nets. Cela ne se ressent pas nécessairement au niveau statistiques, lui qui ne tourne qu’à 8.3pts, 6.8rbs et 6asts par match. Son impact se retrouve bien plus au niveau défensif où, sans lui, les siens prendraient encore plus la marée que ça n’est le cas actuellement. Parce que mine de rien, avec plus de 114 points encaissés en moyenne lors de cette série de victoires, il faut bien une attaque qui tourne à plein régime. Et surtout, l’apport défensif de Ben Simmons n’en est que plus important.

Un calendrier favorable

Bien qu’il ne faille en rien occulter la performance des New-Yorkais, il faut tout de même relativiser ce formidable passage. Si le succès à Milwaukee est sans doute le fait marquant de la série, pour le reste, des Nets en forme se devaient de tout rafler. Détroit, Indiana, Charlotte naviguent dans les bas fonds de la Ligue, Washington et Toronto brillent par leur inconstance et restent bien trop dépendants des performances de leur franchise player que sont Bradley Beal et Pascal Siakam. Atlanta est en crise et ne met plus un pied devant l’autre, alors que les Warriors étaient privés d’Andrew Wiggins, Klay Thompson et Steph Curry.

Malgré tout, il fallait être capable d’enchaîner autant de victoires. Les Nets l’ont fait, et il faut savoir le reconnaître. D’autant plus que le programme paraît encore abordable : Charlotte, San Antonio, Chicago et New Orleans lors des quatre prochains matchs. Il y a un coup à faire pour Brooklyn avant le choc face à Boston, mi janvier.

Tout n'est encore pas parfait à Brooklyn, mais la lumière réapparaît petit à petit. Si les stars restent concernées par le basket, nul doute que Brooklyn pourra avoir de l'ambition. Jusqu'à quel point? La suite de la saison nous le dira. 

Crédit photo: the Free Agent


Valentin Martin

Le cœur meurtri par la fin de carrière de Rodgeur, je m'en remets aux stepback de The Beard. Rien de tel qu'un Vélodrome incandescent pour me faire chavirer de bonheur

Dernières publications

En haut