NBA

Course aux trophées NBA 2021/2022 : Rookie of the Year

Rookie of the Year NBA

La mi-saison passée et le All-Star Game se profilant, l’heure est au bilan de mi-parcours pour les différents trophées que la NBA remettra en fin d’exercice. Cette semaine, We Sport vous délivre ainsi son top 5 pour chacune des récompenses remises habituellement lors des NBA Honors. Aujourd’hui, zoom sur la course au trophée de rookie de l’année, où un favori se dégage clairement par rapport à ses poursuivants.

NB1 : le classement a été réalisé par trois membres de notre rédaction, dont le top 5 a été pondéré suivant un système de points (5 pour le 1er, 4 pour le 2e, …). Au maximum, un joueur pouvait donc recevoir jusqu’à 15 points, et plus son total est élevé, plus il se place haut dans le top 5 ci-dessous.

NB2 : les statistiques reportées ci-dessous ont été arrêtées avant les rencontres de la nuit du 24 au 25 janvier 2022.

1 – Evan Mobley (Cleveland Cavaliers) [15/15]

Détails des votes : 3x première place

Stats 2021/2022 : 39 matchs joués – 15,0 points (51,1 % FG ; 30,9 % 3 pts) ; 8,1 rebonds ; 2,6 assists ; 0,8 interception ; 1,7 contre

Décision unanime dans notre rédaction pour la place de n°1 : après plus de trois mois de compétition, Evan Mobley se dégage comme le joueur le plus à même de remporter le trophée de rookie de l’année. Sélectionné en troisième position par les Cavaliers, l’ancien intérieur de USC crève l’écran depuis qu’il est arrivé dans la Grande Ligue. Placé sur le poste 4 aux côtés de Jarrett Allen dans la raquette de Cleveland, le natif de San Diego rayonne et s’affirme déjà comme un élément clé pour le futur de la franchise. Très régulier au score (seulement trois matchs en-dessous des dix points) et au rebond (aucun match avec moins de cinq prises), Mobley a tout pour devenir une star et être l’un des visages de Cavaliers à l’avenir prometteur qui étonnent depuis le début de saison.

2 – Scottie Barnes (Toronto Raptors) [9/15]

Détails des votes : 2x deuxième place, 1x cinquième place

Stats 2021/2022 : 37 matchs joués – 14,6 points (46,9 % FG ; 30,6 % 3 pts) ; 7,8 rebonds ; 3,4 assists ; 1,0 interception ; 0,9 contre

Choix presque surprise des Raptors en quatrième position lors de la dernière draft, Scottie Barnes a rapidement montré pourquoi la franchise canadienne a décidé de le choisir aussi haut. Excellent défenseur mais aussi capable de prendre feu en attaque (pointe à 27 pts il y a trois jours contre Washington), l’ancien de Florida State est un titulaire indéboulonnable dans le Cinq Majeur de Nick Nurse depuis le début de la saison, ayant démarré toutes les rencontres qu’il a disputé. S’il connaît une baisse de régime depuis plusieurs semaines par rapport à sa production du début de saison, le Floridien éclabousse la ligue de son talent et semble être l’une des pièces autour desquelles construire pour Toronto sur les prochaines saisons. L’écart avec Mobley est marqué dans notre rédaction, mais il est loin d’être impossible de le voir enlever la récompense s’il poursuit sur sa lancée et n’est pas frappé par le rookie wall.

3¤ – Cade Cunningham (Detroit Pistons) [7/15]

Détails des votes : 1x deuxième place, 1x quatrième place, 1x cinquième place

Stats 2021/2022 : 37 matchs joués – 15,7 points (40,2 % FG ; 32,2 % 3 pts) ; 5,4 rebonds ; 5,2 assists ; 1,3 interception ; 0,6 contre

Premier choix de la Draft 2021 et joueur le plus attendu de cette cuvée, Cade Cunningham est en train de trouver son rythme sur les bords du lac Michigan. Appelé à devenir le franchise player des Pistons, l'ancien guard d'Oklahoma State semble peu à peu s'adapter à son nouvel environnement et commence à confirmer le potentiel qui avait fait de lui le n°1 de cette cuvée. Associé au sophomore français Killian Hayes sur les lignes arrières, son entente avec ce dernier est en pleine amélioration, et Detroit peut entrapercevoir un futur radieux avec ces deux jeunes. Légèrement distancé dans la course au trophée de rookie de l'année, sa montée en puissance progressive pourrait lui permettre de se repositionner pour glaner la récompense.

¤ ex-aequo avec Josh Giddey

3¤ – Josh Giddey (Oklahoma City Thunder) [7/15]

Détails des votes : 1x troisième place, 2x quatrième place

Stats 2021/2022 : 41 matchs joués – 11,5 points (40,5 % FG ; 27,4 % 3 pts) ; 7,4 rebonds ; 6,2 assists ; 1,0 interception ; 0,4 contre

Considéré comme un joueur encore brut et à développer lors de sa sélection par le Thunder d'Oklahoma City, Josh Giddey s'est montré bien plus précoce que prévu et crève déjà l'écran avec sa franchise. À tout juste 19 ans (né le 10 octobre 2002), l'Australien a montré ses multiples qualités sur les arrières arrières aux côtés de Shai Gilgeous-Alexander. Si son explosion a poussé le Français Theo Maledon hors du Cinq Majeur, le natif de Melbourne ne vole pas sa place et enchaîne les prestations satisfaisantes, à l'image de son triple double (17 points, 14 assists, 13 rebonds) le 2 janvier dernier contre Dallas. Encore perfectible dans de nombreux domaines, notamment physique, Giddey part peut-être de trop loin pour espérer être rookie de l'année, mais reste pour l'instant une des bonnes surprises de cette cuvée, lui dont l'explosion était vraisemblablement attendu pour plus tard.

¤ ex-aequo avec Cade Cunningham

5 – Franz Wagner (Orlando Magic) [4/15]

Détails des votes : 1x troisième place, 1x cinquième place

Stats 2021/2022 : 48 matchs joués – 15,4 points (45,3 % FG ; 33,5 % 3pts) ; 4,8 rebonds ; 2,9 assists ; 1,0 interception ; 0,5 contre

Tout le paradoxe d'un joueur qui surnage dans une équipe presque en perdition. Au sein d'un Magic bon dernier de la ligue avec seulement neuf victoires en quarante-huit rencontres, Franz Wagner excelle et est l'un des principaux points de satisfaction dans la franchise floridienne. Drafté en neuvième position, derrière notamment son coéquipier Jalen Suggs (sixième choix), lui aussi plutôt convaincant avec Orlando, l'Allemand montre une constance montre une belle constance dans ses performances. Régulier notamment au scoring, où il n'a pas franchi la barre des dix points seulement huit fois (et seulement trois fois depuis début décembre), le frère de Moritz Wagner, lui aussi joueur du Magic, s'est déjà affirmé comme une pièce maîtresse dans le futur de sa franchise. Placé tout en haut du ladder des rookies par NBA.com, il pourrait bien rafler la mise si son équipe venait à avoir de meilleurs résultats collectifs et qu'il parvient à se montrer constant jusqu'à la fin de la saison.

A également reçu des votes : Chris Duarte (Indiana Pacers) [3/15]

Indiscutable dans notre rédaction, Evan Mobley devra désormais confirmer sur la deuxième partie de saison pour sécuriser le trophée de rookie de l’année et ainsi succéder à LaMelo Ball, lauréat l’année dernière. Pour les autres, il faudra espérer une baisse de régime de l'intérieur des Cavaliers, ou élever son niveau de jeu pour le dépasser. Rendez-vous dès demain pour la suite de notre point sur les différentes récompenses décernées par la NBA, avec un focus sur le trophée de défenseur de l’année.

Crédit image en une : Mark Blinch/Getty Images

Dernières publications

En haut