De l’ombre à la lumière : l’envolée de Caroline Garcia.

0
Ligue 1

Alors qu’il y a encore quelques mois elle vivait le moment le plus difficile de sa carrière, sonnée par sa blessure au dos et les polémiques sur la Fed Cup, Caroline Garcia est aujourd’hui n°1 française et membre du top 10 WTA (9ème). A la veille du Masters de Singapour où elle s’alignera pour la première fois en simple dès lundi prochain, retour sur la saison aux allures de montagnes russes de la Lyonnaise qui vient de fêter il y a quelques jours ses 24 ans.

En bref….

Caroline Garcia a été révélée au grand public en 2011, au deuxième tour de Roland-Garros face à  Maria Sharapova. A l’issue d’un match où la jeune Caroline âgée de 17 ans avait failli mettre à terre la tsarine, Andy Murray avait réagi sur Twitter : « La fille contre laquelle joue Sharapova sera n°1 mondiale un jour… Caroline Garcia, quelle joueuse, oui, n°1 mondiale. »

Retour d’abord sur… 

La finale de la Fed Cup contre la République Tchèque en novembre 2016. Nos françaises avaient brillé malgré leur défaite. Nos bleues, pourtant si proches du titre, s’étaient inclinées dans l’ultime match de la rencontre. On se souvient de Caroline Garcia, véritable meneuse de cette équipe française, et de ses deux matchs titanesques remportés face aux deux leaders Tchèques Petra Kvitova et Karolina Pliskova.

Au lendemain de ce week-end riche en émotions et nos âmes encore meurtries par cette triste défaite, Caroline, alors 24ème mondiale, exprimait son souhait de se retirer de l’équipe de France en 2017 afin de privilégier sa saison en simple dans le but de « passer un cap », avec pour objectif principal d’entrer dans le top 10.

En conférence de presse après son premier tour à l’Open d’Australie en janvier, Caroline confirme : elle ne participera pas à la Fed Cup en 2017. Souhaitant se focaliser uniquement sur le simple, elle mettra également un terme à sa collaboration fructueuse avec Kristina Mladenovic en double avec qui elle avait remporté le titre à  Roland Garros en 2016.

Cette annonce va finalement faire des vagues 

Début de saison compliqué donc pour la française, sujette aux polémiques et aux interrogations sur son renoncement à l’équipe de France; bien qu’elle insista néanmoins sur le fait qu’elle ne tournait pas le dos définitivement à la Fed Cup.

Elle défendra par ailleurs représenter le drapeau tricolore au quotidien sur les courts du monde entier : «J’ai toujours su que ça n’allait pas plaire. Après, c’est difficile d’imaginer des réactions aussi grandes. Je ne veux pas que les gens pensent que je n’aime pas représenter mon pays. C’est faux. J’aime représenter mon pays et je le représente chaque semaine en jouant sur le circuit WTA…»

Touchée au moral et également blessée au dos, elle aura du mal à enchaîner les matchs, passant très rarement les seconds tours des tournois auxquels elle a participé.

Suite à la défaite en quarts de finale de la Fed Cup contre la Suisse en février, Kristina Mladenovic ne tarda pas à tacler son ancienne coéquipière de double :  « Pour vivre des émotions fortes, il n’y a pas que le côté sportif. L’aventure est plus belle avec les vraies personnes, celles qui ont des valeurs, celles qui sont prêtes à mourir sur le terrain et à ne pas être égoïste.”  Une déclaration qui fera écho jusqu’aux oreilles de Caroline Garcia qui confiera par la suite vivre le moment le plus difficile de sa carrière.

En avril, malgré la volonté de Caroline, le nouveau capitaine de Fed Cup Yannick Noah décide de convoquer la Lyonnaise pour participer aux matchs de barrage contre l’Espagne les 22 et 23 avril. S’exprimant par un communiqué sur Twitter le 10 avril, la Française inapte à la compétition à cause de sa blessure récurrente au dos, annonçait se  retirer des courts jusqu’en mai, synonyme de forfait pour la Fed Cup.

Caro Garcia Communiqué .jpg

La hache de guerre loin d’être enterrée et moins d’une heure après son annonce, ses anciennes camarades Kristina Mladenovic, Alizé Cornet et Pauline Parmentier réagissaient simultanément sur Twitter avec un cinglant «LOL».

LOL Garcia Cornet

Meurtrie par cet acharnement médiatique, Caroline est au bord de l’effondrement. Jurant ne mentir à personne sur sa blessure, elle se confiera par ailleurs dans les lignes de l’Equipe : «J’ai l’impression qu’elles pensent que ma blessure est fausse ? Elles ont le droit de le penser mais j’ai l’impression qu’il n’y a plus de confiance et c’est dur à imaginer quand je repense à la finale de Strasbourg (en novembre, défaite 3-2 contre la République tchèque) … J’ai pris note de ce qui s’est passé. Est-ce que ça s’oubliera un jour ? Complètement, je pense que c’est dur à imaginer.» 

Alors que Kristina Mladenovic accomplissait un début de saison remarquable (n°1 française, entrée dans le top 15, premier titre en WTA Premier à St Petersbourg), Caroline reste tapie dans l’ombre, essayant de se reconstruire psychologiquement et physiquement avec l’aide de son papa et coach Louis Paul.

Après un passage mouvementé, la confiance revient 

Éloignée des courts pendant plusieurs semaines, elle fera son retour à la compétition en mai, et  reprendra un peu de confiance à Strasbourg où elle finira par s’incliner dans le dernier carré.

En juin, à Roland-Garros, alors que Kristina Mladenovic fait la Une des journaux sportifs qui la considèrent comme une véritable outsider au titre, Caroline débarque porte d’Auteuil sans susciter vraiment d’attention. A la surprise générale, elle se hisse jusqu’en quarts de finale pour la première fois de sa carrière en grand Chelem, balayant au passage Alizé Cornet sur le court Philippe Chatrier. Malgré sa défaite contre Karolina Pliskova, la Française retrouve le sourire : elle renoue avec les sensations, prend plaisir sur le court et aborde un état d’esprit différent.

Caro Garcia 2.jpg

C’est bel et bien en octobre que Caroline Garcia est entrée dans une nouvelle dimension.

A Wuhan, elle brille en battant notamment Angélique Kerber et Dominika Cibulkova (toutes deux membres du top 20). Elle décrochera le plus gros titre de sa carrière en finale face à la jeune australienne Ashleigh Barty (victoire 6-7,7-6,6-2) après un énorme combat gagné au mental et une incroyable remontée au deuxième set.

Caro Garcia Pékin .jpg

Faisant un bond de neuf places au classement WTA, et désormais 15ème mondiale lors de son entrée en lice à Pékin la semaine suivante, Caroline Garcia ne semble pas vouloir se reposer sur ses lauriers.

Pourtant strappée à la cuisse droite depuis sa finale à Wuhan, rien ne semble pouvoir enrayer la machine Garcia. Celle que l’on connaissant fébrile face aux meilleures joueuses mondiales, aborde un mental d’acier et un tennis impressionnant. Diminuée à cause de sa blessure à la cuisse droite, la Lyonnaise fait fi de la douleur.

Elle battra pour la seconde fois de l’année sa compatriote Alizé Cornet avant de s’offrir le scalpe d’Elina Svitolina (3ème mondiale) en quarts de finale (7-6 5-7 6-7), au terme d’un match dantesque de 3h26.

Elle étrillera Petra Kvitova en demies (6-3, 7-5) avant d’écraser la nouvelle n°1 mondiale Simona Halep en finale (6-4 7-6) pour s’offrir son deuxième titre consécutif et la 9ème place mondiale.

2 titres WTA Premier en deux semaines consécutives (l’équivalent d’un Masters 1000 chez les hommes), Caroline est la nouvelle impératrice de Chine.

Quelques statistiques sur sa folle quinzaine asiatique : (Source Tennis Magazine)

Caro Garcia 3.jpg

⁃Elle a remporté 11 match d’affilée

⁃Elle a battu cinq joueuses top 20, dont trois top 10

⁃Elle est passée de la 20ème à la 9ème place mondiale

⁃Elle a gagné 1900 points en 15 jours.

Aujourd’hui 8ème à la Race et 9ème joueuse mondiale, Caroline a gagné son pari. Celle qui avait pour objectif d’entrer dans le top 10 en début de saison s’est vu récompenser de ses efforts. Estimant avoir grandit dans la tête et dans le jeu, elle se dit aujourd’hui avoir beaucoup changé et appris sur elle même.

Qualifiée in extremis aux dépens de Johanna Konta, on la retrouvera dès lundi aux Masters de Singapour. Elle demeure la première française à y participer depuis Amélie Mauresmo, il y a 11 ans. (Marion Bartoli y avait participé en tant que remplaçante).

C’est avec un tout nouvel état d’esprit, désirant se focaliser sur ses matchs plutôt que sur l’enjeu que Caroline va entamer dès la semaine prochaine son tout premier Masters de Singapour en simple. Si aujourd’hui, elle se remémore avec sourire les heures de souffrance qu’elle a passées en début d’année, Caroline ne se donne désormais plus de limites dans ses objectifs.

Et si la prophétie d’Andy Murray était entrain de se réaliser ? 

Fly with Caro

Charlotte HILDEBRAND (@MadameTennis)

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here