Auto/Moto

MotoGP bilan 2022 : Ducati triple champion incontestée

La saison 2022 de MotoGP terminée, l'heure de faire le bilan est arrivée. We Sport vous propose une analyse équipe par équipe de l'année qui vient de s'écouler. Pour commencer cette série, honneur au champion équipes : Ducati Lenovo Team. Avec deux autres titres, celui pilotes et constructeurs, les Rouges ont tout simplement réalisé une campagne historique.

 

Ducati Lenovo Team : Champion équipes, 454 points 

Ils ont enfin vaincu la malédiction ! Pendant 15 ans, Ducati a cherché un successeur à Casey Stoner, dernier champion avec la marque en 2007. En 2022, la firme de Bologne a trouvé l'élu en la personne de Francesco Bagnaia. Un champion italien sur une machine transalpine, cela a de quoi faire rêver les tifosi, heureux d'enfin voir les Rouges triompher.

Pendant des années, le clan Ducati pensait qu'Andrea Dovizioso serait le pilote que tout le monde attendait. Mais celui qui a pris sa retraite en milieu de saison 2022 n'a jamais réussi à vaincre l'ogre Marc Marquez. Peu importe le passé, les Italiens ont réussi leur saison et la fête ne fut que plus belle au terme de l'ultime Grand Prix à Valence.

Redoutable en ligne droite grâce à une vitesse de pointe intouchable pour ses adversaires, la Ducati GP22 a permis à Pecco Bagnaia de faire une magnifique remontée en deuxième partie de saison. 

Champion constructeur avec une marge importante sur Yamaha (192 points) l'écurie officielle peut aussi se targuer d'avoir réalisé le triplé en empochant le titre team. 

 

Francesco Bagnaia (champion du monde 2022 : 1er, 265 points) : Roi de Ducati, Roi de l'Italie 

L'attente fut longue mais le symbole est grand. Il y a 50 ans, Giacomo Agostini triomphait sur une moto italienne. Un demi-siècle plus tard, Francesco Bagnaia lui succédait en devenant champion du monde sur une machine transalpine. Et pourtant, c'était loin d'être gagné.

Dès la première course, Pecco chutait et abandonnait au Qatar. Venait ensuite du bon et surtout du moins bon, plusieurs fois à terre le N°63 commettait des erreurs “bêtes”, parfois impardonnable quand on prétend jouer le titre mondial. Le Turinois a compté jusqu'à 91 points de retard sur Fabio Quartararo, au soir du Grand Prix d'Allemagne. 15 jours plus tôt, en Catalogne après un abandon à Barcelone, Francesco Bagnaia n'avait pas renoncé au championnat. “L'an dernier, je devais reprendre 60 points en 4 ou 5 Grands Prix et j'y croyais. Aujourd'hui j'en ai plus de 80 mais la saison est encore très longue donc j'ai toutes mes chances.” Malgré ses dires, beaucoup d'observateurs imaginaient déjà un duel Fabio Quartararo – Aleix Espargaro pour remporter le titre. Loin de se préoccuper de l’avis des autres, le vice-champion du monde 2021 allait se lancer dans une remontée inespérée. Vainqueur de 4 courses d'affilée (GP des Pays-Bas, de Grande-Bretagne, d’Autriche et de Saint-Marin), Francesco Bagnaia mettait la pression à Fabio Quartararo. Plus en difficulté, le Français voyait son rival revenir puis le dépasser à au championnat à quatre GP du terme de la saison. 

En tête du championnat, l'Italien arrivait à gérer sans flancher mentalement comme il en avait l’habitude dans des situations stressantes. Plus serein et avec une meilleure moto que le pilote Yamaha, Francesco Bagnaia ne prenait aucun risque lors du dernier week-end pour assurer les points qu'il lui fallait. Il a réussi son pari, le voici champion du monde de MotoGP.

 

Jack Miller (5e, 189 points) : du show, des shoey et une victoire pour clôturer son aventure chez les Rouges

Après 4 ans de bons et loyaux services au sein de Ducati, dont deux dans le team officiel, Jack Miller va quitter la firme de Bologne. Pour sa dernière campagne avec le constructeur italien, le sympathique australien a remporté une ultime victoire avec la machine italienne lors du Grand Prix du Japon. Un succès qui valait bien le traditionnel shoey australien qui consiste à boire une gorgée de champagne dans sa botte. 

Moins à l'aise que son coéquipier, le N°43 a su saisir les opportunités quand elles se sont présentées à lui. Il conclut cette année 2022 avec 7 podiums. 

5e pour son ultime saison avec Ducati, Jack Miller sera chez KTM l'an prochain. Avec les Autrichiens, le natif de Townsville va apporter toute son expérience pour faire progresser des motos pas toujours maniables depuis quelques mois. 

 

Saison 2023 : un nouveau binôme et une couronne à conserver 

Ducati va découvrir un nouveau statut l'an prochain, celui du team qui remet son titre en jeu. Sans surprise, les Rouges espèrent encore signer un triplé. Avec la moto la plus rapide du plateau et huit pilotes dessus, ce serait surprenant de voir le titre constructeur leur échapper. Celui d'équipes pourrait aussi rapidement venir dans leur escarcelle. 

Du côté des pilotes, Francesco Bagnaia aura aussi comme idée de devenir double champion du monde. Mais le vainqueur du classement général devra notamment faire face à Fabio Quartararo, les Aprilia d'Aleix Espargaro ou Maverick Viñales, un Marc Marquez en pleine forme et les autres pilotes Ducati à commencer par son nouveau voisin de garage : Enea Bastianini.

Impressionnant cette saison avec 4 victoires, le pilote Gresini Racing va découvrir l'environnement de l'équipe officielle. Pas impressionné par son futur coéquipier, le pilote de 24 ans s'est déjà confronté à Pecco cette saison. Dans des batailles parfois limites, les deux hommes se sont souvent affrontés et Enea Bastianini est sorti vainqueur à plusieurs reprises. Avec une moto capable de jouer le titre, attention à Bestia qui pourrait rapidement mettre à mal la supériorité du champion du monde en titre.


Dernières publications

En haut