Entre tennis de table et tennis, retour sur le parcours atypique de Fred Perry

1
Ligue 1

Alors qu’on le connaît généralement davantage pour sa marque de textile ou ses exploits tennistiques, Fred Perry reste un personnage important de l’histoire du sport dont beaucoup ignorent encore aujourd’hui certaines des caractéristiques qui ont fait sa légende.

Frederick John Perry, bien que grand champion des années 1930 connu sous bannière britannique, est né à Stockport, en Australie, le 18 mai 1909 et est mort le 2 février 1995 à Melbourne, dans ce même pays. Droitier au revers à une main, il a pourtant réalisé un exploit majeur avant de se lancer dans le monde de la petite balle jaune.

 

Une carrière de pongiste avant le tennis

C’est dans un autre sport de raquette que s’illustre dans un premier temps Perry : le tennis de table. Cinq fois médaillé dans les épreuves de doubles et de par équipes aux championnats du monde, il devient le troisième champion du monde de l’histoire en simple messieurs, en 1929, après une victoire à Budapest face au local Miklos Szabados en finale. Il connaît par ailleurs une carrière pongiste pleine de succès, et remporte de nombreux autres titres, parmi lesquels l’Open de Grande-Bretagne en double (1928, 1929, 1930), dont le mixte en 1929. Il abandonne finalement cette discipline en 1930 pour se lancer sérieusement dans le tennis, où il amasse déjà les titres amateurs depuis l’année 1929.

https://wesportfr.com/wp-content/uploads/2020/04/fred-perry.jpg

 

Une légende tennistique de son temps

Vient alors la période sportive qui reste celle à laquelle il doit sa renommée. Ancêtre du jeu de paume, le tennis va s’avérer être le terrain de jeu de Fred Perry, qui va tout rafler sur son passage pendant près de dix ans. Décrit comme un redoutable serveur et un des pionniers du fameux “service-volée” grâce à un physique impressionnant et une vivacité qu’il doit à sa pratique antérieure du tennis de table, il impressionne tous les observateurs de l’époque.

Il remporte son tout premier titre du Grand Chelem à l’US Open, à l’époque appelé US Championships, en 1933, battant l’Australien Jack Crawford en finale (6-3, 11-13, 4-6, 6-0, 6-1). Suivront trois nouveaux titres majeurs l’année suivante, à l’Open d’Australie, Wimbledon (toujours face à Crawford en finale), et de nouveau à l’US Open (face à l’Américain Wilmer Alisson). Une saison rocambolesque qui lui permet d’accéder à la première place mondiale. Il complète son Grand Chelem en carrière en remportant Roland-Garros en 1935.

Fred Perry termine finalement sa carrière, freinée par une fracture du coude, avec un palmarès hors normes, comptant 55 titres dont 14 titres en Grand Chelem (8 en simple dont trois Wimbledon et trois US Open) mais aussi 4 Coupe Davis consécutives avec les Britanniques, entre 1933 et 1936. Des performances qui lui vaudront d’être intronisé en tant que membre du International Tennis Hall of Fame en 1975.

 

Une reconversion réussie

La suite ? Un sens des affaires, qu’il avait commencé à découvrir dans le tennis en rachetant le Beverly Hills Tennis Club avec l’argent récolté par le biais de cours de tennis donné à des acteurs de renoms aux Etats-Unis (Charlie Chaplin ou encore Errol Flynn, rien que ça), qu’il va développer en s’associant à Tibby Wegner à la fin des années 1940 pour créer la marque de polos Fred Perry en 1952. Son design particulier (chemisette de tennis avec une ouverture boutonnée et des liserés de couleur sur les manches et le col) et le carnet d’adresse de Perry vont rapidement permettre à la marque de se développer et de se faire connaître aux yeux du grand public. Malgré diverses appropriations culturelles ou même politiques tout au long de l’histoire, elle reste encore aujourd’hui une marque prisée, collaborant jusque récemment avec certaines têtes d’affiche britanniques, comme le tennisman Andy Murray ou le chanteur Miles Kane par exemple.

Wimbledon 2009 - Andy Murray launches Fred Perry kit: in pictures ...

Si une partie de son palmarès tennistique a souvent été remise en cause de par son statut “amateur” de l’époque, l’héritage global laissé par Fred Perry reste lui indéniable, à tel point qu’on peut encore admirer à l’entrée du site de Wimbledon une statue à son effigie.

 

Grégoire Allain

Sport en directMercato Football

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here