Euro 2019 (par équipes) : les Bleus renversants, le Portugal à la fête

Les Bleus ont eu très, très chaud. Menés 0-2 par la Pologne, les Français se sont fait violence pour aller chercher leur qualification pour les demi-finales. Néanmoins, la France n’aura pas ses deux équipes en demis après la défaite des filles face à la Roumanie. Tout le contraire du Portugal. Le résumé de cette journée du vendredi, c’est tout de suite.

 

La France est passée par tous les états

Opposée à la Pologne, l’équipe de France a tremblé. Pourtant favoris de cette rencontre, les Bleus sont tombés sur des Polonais en feu, bien décidés à jouer leur carte à fond. Tout commence de la pire des manières. En effet, le n°1 tricolore Simon Gauzy (n°20 mondial) se fait d’entrée cueillir à froid par le surprenant Marek Badowski (n°120), très solide et très stable tactiquement, comme depuis le début de la compétition (1-3). Même sort pour Emmanuel Lebesson (n°31), qui malgré une remontée dans le deuxième set puis un avantage d’un set au tableau d’affichage (à 2-1 en sa faveur), a fini par rendre les armes face à Jakub Dyjas (n°76).


Menée 0-2 à la surprise générale, la France comptait alors sur le champion de France en titre, Can Akkuzu (n°54), pour la remettre en scelle dans ce quart de finale, face à Maciej Kubik (n°414). Chose que le jeune Français réussi avec brillo (victoire 3-0). C’est ensuite un Simon Gauzy revigoré qui se présente à la table face à Jakub Dyjas. Très agressif, le n°1 français ne laisse pas respirer son adversaire, et sert le jeu de façon idéale, pour s’imposer 3 sets à 1, et ramener les Bleus à 2 partout. Lors de la cinquième et dernière rencontre, Emmanuel Lebesson, porté par toute une salle et toute une équipe, surfe sur la belle dynamique bleue, et déroule son tennis de table. Marek Badowski est sonné et débordé par la précision et la vitesse d’execution du champion d’Europe 2016. “Lebess'” s’impose finalement 3 sets à 1, et envoie la France en demi-finales !

 

Rendez-vous avec l’Allemagne

Plus tôt dans la journée, l’Allemagne avait facilement disposé de la Slovénie (3-0) pour composter son ticket pour le dernier carré. L’équipe de France aura fort à faire face à cette équipe demain (19h00), avec des joueurs tels que Timo Boll (n°7 mondial), Dimitrij Ovtcharov (n°12) ou Patrick Franziska (n°15) dans ses rangs. Plus que le niveau des deux premiers, dont la réputation internationale est connue de tous, c’est peut-être celui du troisième qui interpelle le plus. Franziska est en effet dans la forme de sa vie, et évolue à un niveau très élevé pour un n°3.

De son côté, la Suède continue son bonhomme de chemin après sa victoire autoritaire face à l’Angleterre de Liam Pitchford (3-0). Avec dans ses rangs le finaliste des derniers mondiaux (Falck, n°9) et un jeune prodige qui ne cesse de monter (Moregard, n°81), les Suédois peuvent envisager le dernier carré sûrs de leur force. Ils joueront ce samedi (16h00) face au Portugal, qui a battu l’Autriche (3-1), pour une place en finale.

 

Fin de parcours pour les Bleues

Superbes vainqueurs du Luxembourg hier, les Françaises n’ont pas pu rééditer l’exploit ce vendredi. Opposées à la meilleure équipe d’Europe, la Roumanie, les filles de l’équipe de France n’ont pas fait le poids, et se sont inclinés sur le score de 3-0. Si les deux premières rencontres, entre Gasnier et Samara, et entre Migot et Szocs, ont pu être légèrement accrochées par moment, les points importants ont basculé en faveur des Roumaines, qui ont ensuite conclu grâce à Dodean, qui a battu Zarif 3-0. Les Bleues peuvent néanmoins être fiers de leur parcours, elles qui ont rempli le contrat qui leur était fixé de se qualifier pour les quarts de finale.

 

Le Portugal (F) crée la surprise

Dans les autres rencontres du jour, la Pologne avait été la première à se qualifier pour les demis ce matin au gré d’une victoire face aux Pays Bas (3-1). La Hongrie s’est également invitée dans le dernier carré grâce à une victoire sur l’Ukraine.

Mention spéciale au Portugal, qui a réussi la grosse performance de sortir l’Allemagne (3-2) dans ce qui était le choc de ces quarts de finale chez les dames. Emmenées par leur leader Fu Yu (n°10 européenne), les Portugaises se sont qualifiées à l’issue d’un cinquième match haletant, où Jieni Shao (n°37 européenne) a remonté un handicap de deux sets à rien pour venir à bout de Petrissa Solja (n°3 européenne) ! Désillusion donc pour les septuples vainqueurs de l’épreuve, qui manqueront le rendez-vous final prévu avec la Roumanie. Les Portugaises s’assurent quant à elles une médaille, et joueront la Hongrie demain (13h00). Dans l’autre demi-finale, la Roumanie défiera la Pologne (10h00).

 

Crédit photo de l’image en Une : FFTT

 

Grégoire ALLAIN

A propos de l'auteur

Surnommé l'électron libre. Fan de Rafa, et heureusement car ce n'est ni l'OL ni le Stade Français qui satisfont mon capital victoires chaque week-ends. Bon sinon, je réussis quand même à être objectif dans mes articles, sauf quand il s'agit d'écrire sur pourquoi le PSG peut-il un jour gagner la Ligue des Champions.

Poster un commentaire

id, commodo ut sit suscipit in lectus fringilla libero consequat. ut