F1 : Le bilan de la saisons 2018 de Alfa Romeo Sauber

Après cette fin de saison de Formule 1 version 2018, le moment du bilan s’impose. Quelles ont été les écuries en forme ou en méforme, en progression ou en régression ? Cette saison nous a réservé des surprises de taille, et des déceptions immenses. Des pilotes se sont fait remarquer et d’autres oublier… Analysons d’un peu plus près la saison 2018 de chaque écurie et penchons nous aujourd’hui sur l’écurie Alfa Romeo Sauber.

LA surprise de l’année ?

Le raccourci peut paraître facile, mais après des années en fond de grille sous la houlette de Monisha Kaltenborn, la tâche paraissait difficile pour Frédéric Vasseur. Il remporte cependant ce premier défi avec brio. Avec l’arrivée de Charles Leclerc, pilote de la filière Ferrari, Sauber conclut un beau partenariat avec la firme italienne. Sauber se voit fournir des moteurs V6 Ferrari, et les chronos s’en ressentent. En tout, sur les 4 saisons précédentes, Sauber n’avait marqué que 43 points. Elle en a marqué 49 sur cette unique saison 2018 ! La performance est donc majuscule pour Sauber, qui a pu lutter plusieurs fois au cours de l’année pour des points.

L’ombre et la lumière

D’un côté, un pilote sur la pente descendante. Marcus Ericsson se lassait-il de la Formule 1 ? Le futur pilote en IndyCar a en tout cas pris la porte. Archi dominé par son coéquipier en course et en qualifications, ne faisant pas mieux que 9ème en course (Bahreïn, Allemagne, Mexique), il ne marque que 9 petits points pour son écurie. Il a souffert toute l’année la comparaison avec Charles Leclerc, dont c’était pourtant sa première saison en Formule 1.

De l’autre côté donc, un pilote mis en lumière très rapidement. Issu de la filière Ferrari, il n’aura pas tarder à montrer l’étendue de son talent. Rapide en qualifications (7ème au Brésil et en Russie), auteur de performances plus que remarquées (6ème à Bakou), il marque 39 points pour sa première saison ! Ses exploits furent tels que Ferrari décide de l’engager dès la saison 2019, dans le cadre d’un échange avec Kimi Räikkönen, le Finlandais faisant le chemin inverse. S’il peut faire preuve d’insouciance de part son jeune âge, le talent est indéniablement là. On l’attend donc au tournant pour la prochaine saison de Formule 1, aux côtés de Sebastian Vettel, quadruple champion du monde.

Quelques chiffres

  • 49 : comme le nombre de points inscrits par Alfa Romeo Sauber en 2018
  • 7 : son rang au classement constructeurs
  • 6 : comme la meilleure place de Sauber sur une grille de qualifications (Ericsson, Brésil)
  • 2017 : l’année d’entrée en fonction de Frédéric Vasseur chez Sauber

La saison de Sauber est globalement bonne. Pas parfaite, ni incroyable, mais bonne. Après tant d’années en fond de grille, accrocher la 7ème place du classement constructeur devant Toro Rosso est encourageant. Cependant, gare à la perte d’équilibre. Sauber perd en effet ses deux pilotes. Et si le recrutement de Kimi Räikkönen paraît malin, l’autre recrue, Giovonazzi, est un rookie. Le temps d’adaptation risque d’être un peu plus long pour lui. Il s’agira l’année prochaine de ne pas casser cette bonne dynamique de développement mise en place. 

A propos de l'auteur

Si un jour on m'avait dit que je deviendrais journaliste F1 ... Fan d'athlètes espagnols en tout genre, mais surtout d'un en particulier. Considéré comme un footix par mes pairs, je supporte fièrement l'Olympique Lyonnais. Considéré comme un basketix par mes pairs, je supporte fièrement GSW.

Poster un commentaire

ipsum sem, dolor. sit Sed quis odio quis, ante. Aliquam